Home Food and Wine La Maison de Cognac Frapin dévoile sa nouvelle cuvée de prestige et son nouveau millésime

La Maison de Cognac Frapin dévoile sa nouvelle cuvée de prestige et son nouveau millésime

by pascal iakovou
0 comment

LA CUVÉE RABELAIS
Honneur à François Rabelais qui donne son nom à cette cuvée rare.

François Rabelais, humaniste et homme de lettres, dont l’oeuvre célèbre l’amour de la vie, est avant tout l’aïeul de Pierre Frapin, le fondateur de la Maison.
Si cette filiation rappelle l’ancrage historique des cognacs Frapin, elle souligne le caractère exceptionnel de ce cognac : un assemblage d’eaux-de-vie remarquables provenant uniquement de leurs « chais Paradis » ainsi que de leurs dames-jeannes contenant de vieux cognacs d’âges inconnus.

Le précieux élixir de la Cuvée Rabelais se distingue par son élégante complexité aromatique.

Dans une robe ambrée aux reflets orangés, cet assemblage révèle un nez particulièrement délicat, ponctué de parfums d’oranges et d’abricots confits puis de discrètes senteurs boisées.
En bouche, elles se fondent dans des notes de fruits secs et de réglisse, avant de dévoiler les arômes complexes du fameux rancio charentais, évoquant le tabac et la boîte à cigares.
Infinie, sa longueur en bouche vient parfaire la dégustation extrêmement évolutive de cette édition limitée.

LE MILLÉSIME 1989 – 30 ANS
1989, une année dominée par le feu.

Imaginez, des conditions climatiques capricieuses mais favorables, un été généreux. En 1989, au sein des 240 hectares du Domaine Frapin, enchâssé au cœur de la Grande Champagne, Premier Cru du Cognac, est né ce millésime.

En 1989, un raisin gorgé de promesses est récolté. Derrière les murs du Domaine, il est distillé sur lies, doublement soumis à l’épreuve du feu et veillé sans relâche jusqu’en extraire l’âme.
Puis, sous le contrôle du BNIC, l’eau-de-vie, cette gemme pure, est confiée au secret de l’ombre et du temps, dans le ventre odorant de trois fûts scellés.

Exceptionnellement chez Frapin, le millésime 1989 sera vieilli en chai humide. C’est une première pour un millésime. Ces cognacs rares, sans assemblage, qui exigent de l’intuition et du doigté, sont traditionnellement façonnés dans les greniers.
Pendant 30 ans, à la faveur d’une lente évaporation de l’alcool, le millésime 1989 va s’arrondir, s’assouplir, s’imprégner de l’atmosphère feutrée des caves.
Lors d’un vieillissement en chai humide, c’est 2% du patrimoine qui s’évapore chaque année au profit des anges !

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :