Home Food and Wine Les étoilés du Strip

Les étoilés du Strip

by Julien Tissot
0 comment
Si je vous dis « Las Vegas », vous pensez casinos, machines à sous, tables de poker où l’on joue au Texas Hold’em ou au Omaha Hi-Lo, mariages express, Elvis (et oui, il est toujours vivant, la preuve, il vous marie !), concerts (ceux de Céline Dion ou Elton John au Caesars Palace), Cirque du soleil, Tour Eiffel, New York, New York, hôtels grandioses (Le Bellagio et son Fountain Show, le Venitian)… Bref ce qui nous vient à l’esprit d’emblée est le caractère tape à l’œil, surfait, en deux mots, too much.
Géographiquement, la ville se situe à l’Ouest, jadis appelé le Wild Wild West, époque à laquelle on pourra se replonger si l’on parvient à s’extraire de l’agitation et de la folie de Las Vegas Boulevard (connu comme étant « the Strip ») et à condition de passer quelques jours sur place. Et oui, bien avant l’époque du poker en ligne, c’est dans des saloons qu’on jouait au cartes, colt à la ceinture, à l’image de l’illustre joueur du Far West, Bill Hickok, tué d’une balle dans le dos alors qu’il jouait au poker et dont l’histoire a donné son nom a une main, la « dead man’s hand » (la main de l’homme mort). On pensera aux pionniers, aux chercheurs d’or pendant le « Gold Rush », aux cow-boys, aux canyons, aux mines etc. Quelques villes fantômes évoquant ce passé subsistent d’ailleurs non loin de Las Vegas, telle Nelson/Eldorado.
Pour ce qui est de la gastronomie, on ne l’imagine pas (à tort) très raffinée : les burgers et les frites engloutis au Hard Rock Café ou au Planet Hollywood sont à peu près toute l’offre culinaire à laquelle on s’attend. Et si l’on souhaite découvrir ce qu’il reste de la Route 66, on pourra faire une étape à deux heures au sud, dans la petite ville de Kingman en Arizona et se poser dans un diner typique des années 1950 : Juke Box, Root Beer (soda), burger et Shake sont au menu. De la « junk food », de la vraie, dans un cadre rose bonbon où Elvis et Maryline Monroe veillent sur vous et où l’on s’attend à voir apparaitre Fonzie à tout moment.
Il est vrai qu’en raison de l’image de Las Vegas, on s’attend donc à une sorte de « festival » de Junk Food (« mal bouffe ») locale. On ne sera donc pas surpris de trouver sur le Strip un restaurant qui porte le nom de Guy Fieri, présentateur de « Diners, Drive-ins and Dives burgers » sur le Food Network, une émission dans laquelle il nous conduit à travers les États-Unis à la découverte de la comfort food locale, vous l’aurez compris, grasse et haute en calories. Par comfort food, on entend le genre de nourriture que l’on mange lorsque l’on est déprimé (pour se réconforter), ce qui dans certains cas, prend une dimension sentimentale.
Alors si Vegas est le lieu incontournable des World Series of Poker, cet évènement qui rassemble des passionnés (et des compétiteurs) du poker, c’est aussi, contre toutes attentes, une scène de la gastronomie internationale ! Figurez-vous qu’y sont installés parmi les meilleurs chefs du monde.
Pour ce qui est des restaurants étoilés, on compte un 3 étoiles, le restaurant de Joël Robuchon, Joël Robuchon Restaurant ***, situé dans le MGM Mansion. Est-il nécessaire de rappeler que Joël Robuchon est le chef le plus étoilé du Michelin (avec 32 étoiles), nommé chef du siècle par le Gault Millau et dont l’un des restaurants a reçu le titre de « Meilleur Restaurant du Monde » par le International Herald Tribune (en 1994) ? Ce célèbre chef français incarne, sans aucun doute, la gastronomie française et est l’ambassadeur de la nouvelle cuisine à l’étranger : Londres, Tokyo, New York, Macao etc.
Un deuxième restaurant, l’Atelier de JR* au MGM vous accueille autour d’un comptoir et d’une cuisine ouverte dans une ambiance rouge et noir.

Joël Robuchon, Las Vegas

Autre chef, autre ambiance. Guy Savoy** est lui installé au Caesars Palace. Une salle beige et grise à la décoration minimaliste, le restaurant a ouvert en 2006 et fait notable, Guy Savoy, contrairement à la majorité des grands chefs, n’a pas d’établissements à New York mais a fait le choix de Vegas pour son unique aventure américaine.
Une carte des vins impressionnante, « lourde comme un dictionnaire », compte plus de 2 000 grands crus. L’originalité de la cuisine proposée tient à des classiques revisités, comme le foie gras rôti en consommé de canard. Autre originalité dans un pays qui ne compte pas parmi les meilleurs boulangers : on associe un pain différent à chaque plat, comme on le fait pour le vin.
Le Picasso** est quant à lui situé dans l’un des plus spectaculaires hôtels du Strip, le Bellagio, célèbre pour ses fontaines et leur spectacle époustouflant orchestré par 38 techniciens et qui s’appuie sur 5 000 ampoules ! Particularité : vous y dînerez entouré d’œuvres inestimables. Le chef d’orchestre de ce restaurant français, d’inspiration espagnole, est le madrilène Julien Serrano, ambassadeur de la cuisine moléculaire ibérique. Le patio couvert donne sur les fontaines du Bellagio, d’où le classement de ce restaurant parmi les plus romantiques de la ville. Pour l’anecdote, c’est dans cet établissement qu’a été le tourné le film Ocean’s Eleven en 2001.
Outre ces trois restaurants prestigieux, l’offre gastronomique compte près d’une dizaine de restaurants classés une étoile et nombre de restaurants non étoilés qui proposent une cuisine de qualité.
Ajoutons donc à cette liste, Rivéa d’Alain Ducasse, qui propose une cuisine que l’on situe entre la Provence et l’Italie. Aureole du chef Charlie Palmer, situé dans l’enceinte du Mandalay Bay assure une spectacle unique : à l’entrée du restaurant se trouve une tour de verre où sont stockées sur 4 étages les 3 000 bouteilles de vin proposées. Les « wine angels » (anges du vin), mi-serveurs/serveuses mi-acrobates, iront décrocher les étoiles pour leurs clients, comprenez ici qu’elles iront se hisser au sommet de la tour pour vous décrocher la fameuse bouteille commandée à table. Un véritable coup de poker pour le gérant des lieux, qui auraient pu y perdre en réputation. Mais le spectacle vaut bien le détour !
Le chef écossais, Gordon Ramsay, présentateur en Grande Bretagne de l’équivalent de l’émission Cauchemar en Cuisine (« Hell’s Kitchen »), est lui aussi propriétaire de plusieurs restaurants tout près du Caesars Palace. Le restaurant asiatique étoilé de Londres, Hakkasan, est lui aussi présent sur le Strip, sans mentionner bien entendu, le célèbre chef américain Thomas Keller.
Las Vegas organise en outre un salon appelé Food Expo et aussi un festival appelé Uncork’d. Vous l’aurez compris, Sin City offre un large choix en terme d’activités découvertes, qu’il s’agisse du sport régional qu’est le poker ou bien des innovations gastronomiques, les chefs les plus réputés ne s’y sont pas trompés. Et si l’on doutait des talents culinaires de nos amis chefs au pays de la mal bouffe, permettez-moi de vous rappeler que lors de l’édition 2017 des Bocuse D’Or à Lyon, c’est l’équipe américaine qui a remporté la finale !

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :