Home Art de vivre Sotheby’s dévoile une Collection Inédite de Bijoux et Oeuvres de René Lalique

Sotheby’s dévoile une Collection Inédite de Bijoux et Oeuvres de René Lalique

by pascal iakovou
0 comment

Sotheby’s dévoile une collection inédite en vente publique d’œuvres de René Lalique

39 lots exclusivement dédiés au joaillier réunis par Claude H. Sorbac pendant 40 années seront mis en vente le 17 décembre à Paris

Le 17 décembre prochain, Sotheby’s aura le privilège de présenter en vente une collection rare consacrée à René Lalique. Réunie par Claude H. Sorbac, elle retrace en 39 pièces exceptionnelles et inédites en vente publique, dont plusieurs acquises auprès des héritiers de Lalique, la carrière de ce créateur de génie et entrepreneur visionnaire, figure incontournable de l’Art Nouveau.

Les pièces présentées illustrent parfaitement l’audace de cet artiste et ses multiples inspirations, qu’elles soient emblématiques de son art, comme les peignes Orchidée Cattleya ou Hirondelles Amoureuses, ou plus inattendues, comme celles qui illustrent ses liens avec les milieux culturels de son époque, telles les œuvres en rapport avec la pièce de théâtre d’Edmond Rostand Chantecler créée en 1910. Cette collection de qualité muséale rend ainsi un somptueux hommage à la créativité de René Lalique, tout autant qu’à l’œil audacieux et avisé du collectionneur qui l’a rassemblée.

Œuvres Phares

Peigne ivoire, corne, émail et diamants, « Orchidée Cattleya », vers 1903-1905 (estimation : 700,000 – 1,500,000€)

Ce sublime peigne a été acquis en 1976 auprès des héritiers de René Lalique.

En 1903-1904, René Lalique produit une série de trois peignes “Orchidée”, et celui-ci est sans aucun doute le plus grandiose d’entre eux, par sa taille, la virtuosité de la sculpture de l’ivoire.

Peigne corne et diamants, « Hirondelles Amoureuses », vers 1905-1906 (estimation : 400,000 – 600,000€)

Autre pièce acquise auprès d’un descendant de l’artiste, en 1979, ce peigne s’inspire du japonisme.

En 1896, Lalique était le seul artisan à produire des bijoux en corne, matériau qu’il appréciait pour sa transparence et sa souplesse, mais aussi pour ses motifs naturels.

Collier verre, émail et diamants, “Libellules et Fougères” (estimation : 250,000 – 400,000€)

Au début du XXe siècle, Lalique adopte la technique du verre, lui permettant de travailler ses créations de plus en plus sculpturales avec plus de précision qu’en utilisant des pierres fines et ornementales. Dès 1905, cette technique sera prépondérante dans son travail, parfois rehaussée d’émail, de diamants, de perles ou de paillons d’or.

Bandeau verre, émail et diamants, « Pensées », vers 1904-1905 (estimation : 150,000 – 300,000€ )

Ce poétique bandeau est emblématique de l’audace de Lalique qui associe des pierres précieuses à des matières non précieuses telles le verre, l’émail, la corne ou l’ivoire. Ce type de pièces hors normes était le plus souvent porté par des femmes appartenant à des cercles artistiques, telles Sarah Bernhardt, Emma Calvé ou Liane de Pougy.

Lalique et le monde de l’art

Sarah Bernhardt fut l’une de ses muses et mécènes, et elle portera ses créations aussi bien à la scène qu’à la ville, lui ouvrant les portes de la scène littéraire et artistique parisienne : collier pendentif émail et or “Visage de Femme et Glycine” (estimation : 100,000 – 200,000€).

Important col en cuir, émail, verre et citrine, “Chantecler” (estimation : 150,000 – 200,000€)

Ce col fut de tradition orale créé pour Sarah Bernhardt pour la pièce Chantecler d’Edmond Rostand.

Collier verre, émail et diamants, “Grenouilles” (estimation : 400,000 – 600,000 €)

René Lalique reprend ici le thème de la grenouille en 1902-1903, avec un style qui utilise davantage le verre moulé et la stylisation qu’il affectionne au tournant de ce début de siècle.

NB : Les droits d’auteurs de ce visuel demeurent la propriété de Sotheby’s. Merci de noter que ce visuel peut représenter une œuvre qui est elle-même protégée par un droit d’auteur distinct. Sotheby’s ne peut pas assurer que l’œuvre représentée soit protégée ou non par des droits d’auteur propres, ni garantir l’identité du propriétaire des droits. Il est donc de la responsabilité de l’emprunteur d’acquérir toutes les autorisations nécessaires à la reproduction de ce visuel, et c’est sous cette condition que Sotheby’s procure ce visuel. Merci également de noter que cette image vous est fournie pour une utilisation unique et qu’il est interdit de l’altérer

www.sothebys.com

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :