Home Horlogerie et Joaillerie Harry Winston, Histoire de Tourbillon 7

Harry Winston, Histoire de Tourbillon 7

by pascal iakovou
0 comment

Pour la septième année consécutive, Harry Winston dévoile un nouvel accomplissement de Haute Horlogerie contemporaine. Doté de deux tourbillons bi- axiaux, le garde-temps Histoire de Tourbillon 7 franchit une nouvelle étape dans l’audace et le défi des conventions. En poussant encore plus loin le curseur de la liberté de création, de la complexité et de l’impact graphique, Harry Winston démontre sa capacité à étonner et ses savoir-faire innovants. Résolument fidèle à sa collection dédiée au tourbillon, Harry Winston affirme à nouveau sa maîtrise des complications et une détermination horlogère sans faille.

Harry Winston dévoile sa septième interprétation de la plus mythique des complications : le tourbillon. Après l’avoir exploré dans ses variantes – bi-axial, tri-axial, double ou couplé à un carrousel -, Harry Winston en dépasse à nouveau les limites techniques. Dans un incroyable spectacle, Histoire de Tourbillon 7 dévoile deux tourbillons bi-axiaux qui dansent et dialoguent avec le temps.
Du côté droit du cadran, la zone de lecture taillée en pyramide sert de promontoire à l’aiguille des heures et à celle des minutes. Elle est ceinturée de plaquettes rapportées qui forment un tour d’heure tridimensionnel et incliné. Prolongé d’un long ruban d’aluminium de couleur rouge ou anthracite, selon la version, ajouré pour mieux dégager la vue sur les deux tourbillons bi-axiaux, il surplombe un indicateur de réserve de marche en forme de rouleau, qui affleure une glace en verre saphir bombé.
Du côté gauche du cadran se déploie le ballet incessant des deux tourbillons bi-axiaux. Une première cage de tourbillon est portée dans une seconde cage et toutes deux tournent sur un axe différent. Les deux tourbillons bi-axiaux déplacent alors les échappements de Histoire de Tourbillon 7 dans l’espace.
Cette pièce est profondément asymétrique, imprévisible et spectaculaire ; paradoxe extrême pour un objet d’une intensité technique hors norme, produit d’une somme infinie de calculs savants.
La synthèse de deux régulateurs d’exception
Tout danseur l’avouera sans rougir : la performance s’appuie sur une technique sans faille. Histoire de Tourbillon 7 joue sur la complexité mécanique. Tout d’abord, il s’agit de créer un tourbillon dont la première cage effectue sa rotation en 45 secondes. Il abrite un balancier incliné de 30 degrés. Puis il faut les loger dans une seconde cage, qui décrit une trajectoire différente et en 75 secondes. Les deux cages imbriquées l’une dans l’autre prennent une variété de positions infinie par rapport à la gravité, ennemie de la chronométrie.


Second enjeu, ces deux tourbillons sont de faux jumeaux. Identiques dans leur structure, leur fréquence et leur vitesse, ils ont leur propre comportement, dû à leurs positions différentes dans l’espace. Afin de réconcilier la marche de ces deux organes réglants rotatifs, Histoire de Tourbillon 7 utilise un différentiel de type sphérique pour en optimiser le rendement. Son but est de relier les deux tourbillons, qui présentent des marches finement différentes, et d’en faire une moyenne. Histoire de Tourbillon 7 profite donc de la précision de deux tourbillons exceptionnels et en extrait le meilleur.

Le sens du détail de Harry Winston
Histoire de Tourbillon 7 est un écrin de haute technicité pour un mouvement de haute complication. Cela suppose un soin exceptionnel dans le design. La boîte est réalisée dans un bloc d’or blanc. Avec 50 mm de diamètre et sa lunette polie, elle offre une ouverture aux proportions uniques pour mettre en valeur la danse des tourbillons bi-axiaux.
Sa couronne est protégée par la signature Harry Winston : les trois arches représentant la porte d’entrée du mythique Salon Harry Winston de la 5ème Avenue à New York. Sa carrure est satinée et ses cornes caractéristiques sont soulignées d’un biseau diamanté. Courtes et plongeantes, elles sont pensées pour que les cotes importantes du garde-temps se posent de façon optimale sur le poignet. Ce souci d’ergonomie est la signature des pièces de haute horlogerie pensées jusque dans le moindre détail.
La discipline des grandes complications se noue également sur le plan de la bienfacture. C’est pourquoi chaque mouvement Histoire de Tourbillon a été le fruit de centaines d’heures de travail afin que chacun de ses composants soit parfait, sous tous les angles. La finition manuelle de ces pièces minuscules est un exploit par sa minutie, son étendue et par sa difficulté. En effet, la platine et les ponts de ce mouvement sont réalisés en titane.
En choisissant une matière aussi exigeante, Harry Winston se met au service de l’expérience du porteur. Grâce à elle, Histoire de Tourbillon 7 est une pièce particulièrement légère. De plus, son épaisseur contenue à 17 mm relève d’un exploit lorsque l’on considère la hauteur requise par chaque tourbillon bi-axial.

Une référence de la Haute Horlogerie moderne
Histoire de Tourbillon 7 est un garde-temps de haute horlogerie au sens le plus abouti du terme. Son mouvement aux finitions superlatives est parmi les plus sophistiqués qui soient. Cette complexité est mise au service d’une forme extrême d’exclusivité. En effet, cette création ne sera éditée qu’à 20 exemplaires, comme chaque révélation de la série Histoire de Tourbillon : 10 pièces pour la version rouge et 10 pièces pour la version anthracite. Mais ces attributs ne sont pas son but. L’hyper technicité n’est pas une fin en soi.
Histoire de Tourbillon 7 procurera un intense plaisir à son propriétaire. Lui seul aura le privilège d’observer en permanence le tournoiement de ses deux tourbillons hors norme. Leur danse imprévisible est un défi aux conventions de l’horlogerie contemporaine. Harry Winston a créé Histoire de Tourbillon 7 pour dépasser les règles et les habitudes, avec maestria, avec légèreté, et avec une voix unique.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :