Home Horlogerie et Joaillerie BREITLING CHRONOWORKS

BREITLING CHRONOWORKS

by pascal iakovou
0 comment

Le laboratoire des performances

L’automobile a ses «préparateurs», attachés à retravailler les moteurs pour obtenir des performances supérieures. Avec le département Breitling Chronoworks®, l’horlogerie a maintenant aussi ses «motoristes d’exception», chargés de développer et de tester des avancées techniques qui pourront être introduites ensuite sur les modèles de série. Se penchant sur le Calibre manufacture Breitling 01, les spécialistes de Chronoworks® ont déjà intégré cinq innovations majeures permettant de faire passer sa réserve de marche de 70 à 100 heures. Le fruit de ces efforts est mis à l’honneur dans une série limitée Superocean Héritage Chronoworks® au look et aux exploits hors du commun.

Spécialiste du chronographe, Breitling a joué un rôle capital dans le développement technique de ce type d’instruments – grâce à des inventions comme le premier poussoir indépendant à 2h (1915), le second poussoir indépendant (1934) et le chronographe automatique (1969). La firme est l’une des rares maisons horlogères à posséder ses propres mouvements de chronographes mécaniques, entièrement conçus et fabriqués dans le complexe ultramoderne de Breitling Chronométrie, à La Chaux-de-Fonds. Pour développer ces calibres manufacture, Breitling a réuni sous son toit les meilleurs ingénieurs et constructeurs horlogers. Ainsi est née toute une gamme de moteurs performants et intelligents, dotés de fonctions utiles et simples d’emploi, et tous certifiés chronomètres par le COSC (Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres), le nec plus ultra de la fiabilité et de la précision.

Le banc d’essai des technologies de demain

Pour Breitling, la performance est une véritable obsession. Partenaire privilégié de l’aéronautique, un domaine où la sécurité et la fiabilité sont d’importance vitale, la firme ne cesse d’améliorer la qualité de ses mouvements. C’est dans cet esprit qu’a été créé le département Chronoworks®. Pour aller toujours plus loin. Pour repousser les limites, au service des professionnels. Rassemblant les meilleurs spécialistes, et disposant de l’un des laboratoires les mieux équipés de toute l’industrie horlogère, cette cellule de pointe a pour but de rechercher des solutions novatrices qui permettront d’accroître les performances des mouvements et de tester des concepts d’avant-garde pouvant être introduits dans la production courante. Un laboratoire d’idées. Un banc d’essai pour les technologies de demain – telles ces innovations développées en Formule 1, et intégrées plus tard dans les voitures de série.

Un Calibre Breitling 01 retravaillé

Passionnés par leur mission, les experts de Chronoworks® ont entièrement reconsidéré le moteur phare de Breitling, le Calibre manufacture 01, un mouvement de chronographe automatique doté d’une architecture moderne, avec roue à colonnes, embrayage vertical et réserve de marche de plus de 70 heures. But: accroître son rendement partout où cela est possible. Les ingénieurs et horlogers ont réexaminé tous les organes du mouvement en traquant la moindre perte d’énergie, la moindre friction inutile, le moindre «surpoids» augmentant l’inertie. Ils ont ainsi développé cinq avancées techniques (choix des matériaux, géométrie des pièces, etc.) permettant de réduire les frottements ainsi que les efforts dynamiques à tous les stades – au bénéfice d’une meilleure «efficacité énergétique».

• Platine et ponts de rouage en céramique

La première optimisation a porté sur le châssis du mouvement (platine et ponts de rouage). Pour diminuer les frictions dues au pivotement des axes, ces composants ont été fabriqués dans une céramique high-tech (nitrure de bore hexagonal) déjà utilisée comme adjuvant de lubrifiant solide dans les moteurs hautes performances, mais mise en œuvre pour la première fois dans des applications mécaniques horlogères. Grâce au coefficient de frottement très faible, les axes peuvent pivoter directement dans les trous de la platine et des ponts, sans usure ni perte d’énergie, et sans aucune lubrification – ce qui a permis de supprimer 11 rubis sur 47.

• Roues en silicium
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un mouvement horloger est à l’arrêt 95% du temps et chaque «redémarrage» entraîne une certaine perte d’énergie. Pour lutter contre cette inertie, le calibre a été doté de trois roues (roue de centre, roue moyenne, roue de seconde) en silicium, un matériau deux fois plus léger que la normale – et donc plus facile à «relancer». Quant à la géométrie de ces roues, fabriquées par procédé de gravure ionique (DRIE), elle a été retravaillée pour rendre la structure plus rigide et éviter ainsi toute déformation des bras.

• Echappement en silicium
L’attention s’est aussi concentrée sur l’organe «distributeur», l’échappement, là où se situe traditionnellement une grande partie des pertes d’énergie. L’échappement à ancre suisse a été conservé, mais avec une roue et une ancre en silicium permettant d’abaisser le poids, donc l’inertie, et de supprimer les levées en rubis, d’où une plus grande précision au niveau des formes. Pour assurer une transmission plus efficace de l’énergie en provenance du barillet, la géométrie des deux pièces a également été revisitée (découpe des dents et des levées). La limitation angulaire de l’ancre sans butées contribue, par ailleurs, à accroître la fiabilité. Il a ainsi été possible de gagner 42% de rendement sur cet organe capital, tout en assurant une sécurité optimale – un aspect essentiel des performances.

• Balancier à inertie variable
Le réglage des oscillations du balancier s’effectue généralement en agissant sur la longueur active du spiral à l’aide de goupilles, ce qui peut perturber la chronométrie. Les spécialistes de Chronoworks® ont opté pour un balancier à inertie variable réglable grâce à quatre petites masselottes en or situées à la périphérie. Pour s’affranchir de la sensibilité à la température et conserver la même précision de marche en toutes circonstances, ils ont choisi de marier une serge (anneau) en nickel à une croix (bras) en laiton – en utilisant la dilatation/rétraction du laiton pour modifier l’inertie. Lorsque la température augmente, la croix se dilate et pousse la serge vers l’extérieur, ce qui accroît l’inertie. Lorsque la température descend, la croix se rétracte et «tire» la serge vers le centre, diminuant l’inertie. Ce système réinterprète ainsi le principe des balanciers bimétalliques, en exploitant toutes les possibilités de fabrication les plus modernes (LIGA).

• Dentures élastiques

Autre point névralgique dans un mécanisme de chronographe à embrayage vertical, le minuscule organe chargé de faire le lien entre le mouvement de base et la roue portant la trotteuse (mobile de chronographe). Cet ensemble composé d’un axe et de deux roues (2 mm de diamètre) présente généralement un certain jeu pouvant entraîner des saccades, que l’on élimine en utilisant un «ressort de friction» – ce qui cause une perte d’énergie de 15%. Plutôt que compenser ce jeu par freinage, les spécialistes de Chronoworks® ont préféré doter les deux roues de dentures élastiques épousant la forme des dents opposées – grâce à une structure en nickel-phosphore. Résultat: plus aucune perte d’énergie et une autonomie identique, que la fonction chronographe soit enclenchée ou arrêtée.

Une réserve de marche de 100 heures

En réduisant les frottements ainsi que l’inertie des composants mobiles, tout en assurant un fonctionnement optimal du mouvement de base comme du chronographe, ces cinq mesures réunies ont très nettement accru le rendement énergétique du Calibre Breitling 01. Il a dès lors été possible de le munir d’un ressort plus fin – donc plus long, ce qui a permis de faire passer la réserve de marche de 70 à 100 heures, soit un gain de 45%. Ce progrès ne représente pas seulement un confort supplémentaire pour l’utilisateur, qui peut laisser sa montre plus de quatre jours au repos sans devoir ensuite la remettre à l’heure. Il contribue également à améliorer la précision. Plus la réserve de marche est élevée, moins la force du ressort diminue durant les premières 24 heures, ce qui garantit une meilleure régularité de marche du mouvement. Cette avancée technique, parfaitement dans l’esprit des «instruments pour professionnels», fait du Calibre Breitling 01, plus que jamais, la référence en matière de performances et de fonctionnalité.

Une série limitée très exclusive

Pour faire profiter les connaisseurs et amateurs d’exclusivités de ces avancées techniques signées Chronoworks®, dont certaines se retrouveront prochainement sur des modèles courants, Breitling lance une série limitée à 100 pièces. La firme a choisi pour cela l’un de ses modèles phares, la Superocean Héritage, déclinée en version entièrement noire, avec un tout nouveau boîtier en céramique mate. Un look résolument original, puissant et contemporain. Le cadran s’orne d’index en pointe rappelant la Superocean de 1957, créée pour les amateurs de plongée et de sensations fortes. Un fond transparent permet d’admirer le mouvement Chronoworks®, avec sa mécanique revisitée et sa masse oscillante noire. Autre exclusivité, la montre est équipée d’un bracelet en caoutchouc tressé inspiré du bracelet en acier tressé d’origine. Grâce au département Chronoworks® et à ses avancées techniques réunies en avant-première dans la Superocean Héritage Chronoworks®, Breitling s’affirme une fois de plus comme un motoriste d’exception. Le maître des performances.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :