Home Food and WineVins et Spiritueux Voyage au pays du vin charentais

Voyage au pays du vin charentais

by pascal iakovou
0 comment

Il y a quelques jours, Luxsure partait à la découverte des vins de pays charentais, une région surtout connu pour son cognac et qui gagne à être connue pour son vin de qualité. Nous y avons rencontré pendant ces deux jours des viticulteurs passionnés et exigeants et des vins étonnants à découvrir de toute urgence.

Voici les temps forts de notre visite :
Visite de la Cave Coopérative Charente Alliance à Saint Sulpice de Royan


Déjeuner insolite à la Cabane Buissonière

Rendez-vous chez Stéphane CAZULET, vigneron

Visite du Domaine de Caroline et Mathieu QUERE-JELINEAU

Rencontre au centre de l’embouteillage du Domaine MERLET

Voyage au fil de l’eau, à bord d’une Gabare

Château de l’Yeuse : Découverte des Jardins Respectueux

Dégustation de vins au Domaine du Grollet

Un peu d’histoire.
Les premières traces d’implantation d’un vignoble destiné à la production de vins tranquilles dans les Charentes remontent vraisemblablement à la fin du IIIème siècle, période pendant laquelle les Gaulois obtiennent le privilège de posséder des vignes et de produire du vin. Petit à petit et surtout à partir de la fin du XXeme siècle, la charente devient un pays de cognac. Néanmoins, en raison des difficultés économiques survenues à partir de 1973, la production du Cognac se trouve encadrée et limitée, ce qui incite les viticulteurs à diversifier leur production. Dès lors, ceux-ci s’investissent dans la production de vins tranquilles de plus grande qualité, reconnus par décret « Vin de Pays Charentais » en 1981. Cette même année, 2 000 hectares de vignes sont affectés à la production de « Vins de Pays Charentais ».

Les vignerons se concentrent, dans un premier temps, sur la vinification des cépages blancs les plus répandus tels que l’ugni blanc B et le colombard B, mais s’orientent rapidement vers une sélection de cépages plus aromatiques, déjà implantés localement, tels que le sauvignon B, le chardonnay B ou le chenin B. Dès 1985, la production de « Vins de Pays Charentais » se décline dans les trois couleurs. Ce développement de la production de vins rouges s’accompagne également d’un choix de cépages plus « nobles » tels que le merlot N, le cabernet-sauvignon N, le cabernet-franc N, le gamay N et le pinot noir N.

Cette sélection de cépages s’inscrit dans une démarche qualitative plus globale qui intègre une sélection de portes greffes mieux adaptés, un meilleur raisonnement de l’implantation des vignes et l’acquisition de nouveaux savoir-faire de vinification par les viticulteurs qui bénéficient alors d’un accompagnement technique de la part des organisations professionnelles agricoles locales.

Du rouge, du blanc et du rosé !
Rouges – Racés & charpentés !
Ils ont l’arôme des cépages nobles : Cabernet-Franc, Cabernet-Sauvignon, Gamay, Merlot et parfois Pinot noir . Partenaires généreux des repas en famille ou entre amis, ils dévoilent toute leur finesse après un vieillissement de six à douze mois en bouteille.
Vous les dégusterez à la température idéale de 16°C.
Suggestions d’accompagnement : charcuteries, viandes rouges, tartes salées, fromages.

Rosés – Nuancés & tout en délicatesse !
Ils sont appréciés des gourmets qui aiment retrouver sur leur table un vin frais et fruité associant plaisir et élégance.
Les rosés se dégustent frais.
Suggestions d’accompagnement : salades, grillades, plats exotiques et coupes de fruits.

Blancs – Secs, légers & subtilement parfumés.
Ils proviennent des cépages Chardonnay, Colombard et Sauvignon.
Les blancs se dégustent frais au cours des repas ou en apéritif.
Suggestions d’accompagnement : poissons, fruits de mer, viandes blanches, fromages de chèvre, tartes sucrées.

Ses caractéristiques

La zone géographique de l’Indication Géographique Protégée « Charentais » s’étend sur la totalité des départements de la Charente et de la Charente-Maritime.

Elle correspond à la terminaison nord du bassin aquitain et s’inscrit entre les abords de l’estuaire de la Gironde au sud, l’océan Atlantique à l’ouest jusqu’au marais poitevin au nord et les premiers contreforts du Massif Central à l’est. Elle est traversée par le fleuve Charente et se présente sous la forme d’une succession de plaines au relief peu marqué. Le substrat géologique est principalement constitué de roches sédimentaires accumulées au fond de la mer durant l’ère secondaire.
Les sols les plus fréquemment rencontrés sont de nature argilo-calcaire sur calcaire, comme dans le secteur de Saint-Sornin, mais peuvent présenter une certaine diversité selon leur degré de décarbonatation et leur teneur en argile. Des sols plus sableux sont observables sur les secteurs côtiers et sur les îles de Ré et d’Oléron.

L’Indication Géographique Protégée « Charentais » initialement reconnue « Vin de Pays Charentais » par le décret du 5 mars 1981 fait l’objet d’un cahier des charges qui fixe les conditions de production suivantes :
le nom de l’indication géographique protégée
les mentions et unités géographiques complémentaires
l’aire de production : territoire de la Charente et de la Charente-Maritime
le rendement à l’hectare : 90 hl/ha au maximum
le mode de conduite de la vigne : la densité de plantation
les conditions analytiques du vin : degré du vin et acidité du vin par exemple
les cépages autorisés pour la production des Vins de Pays Charentais.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :