Home Horlogerie et Joaillerie L.U.C Perpetual T Spirit of the Dragon and the Pearl

L.U.C Perpetual T Spirit of the Dragon and the Pearl

by pascal iakovou
0 comment

L’art et la technique horlogère au service

des mythes fondateurs de la Chine

Le meilleur de la technique dans un écrin confié aux « Mains d’art » de Chopard : le garde-temps L.U.C Perpetual T Spirit of the Dragon and the Pearl révèle un caractère subtil et passionné. Subtil parce que les gravures de dragons inspirées des mythes fondateurs de la Chine se découvrent avec émerveillement sur la carrure du boîtier gravé à la main. Et passionné parce que cette pièce unique, avec son mouvement tourbillon à quantième perpétuel, est destinée à un véritable esthète.

Voyage aux origines de la Chine

Si la Chine m’était contée, elle parlerait certainement d’un dragon, animal central dans les mythes fondateurs des premières dynasties du Céleste Empire. A fortiori, elle parlerait de dragons à cinq griffes, ces créatures de l’empereur en quête de la perle sacrée qui ouvre la voie vers la sagesse et la connaissance. C’est précisément cette Chine-là que Chopard a décidé de raconter au travers de son garde-temps L.U.C Perpetual T Spirit of the Dragon and the Pearl, une pièce unique qui, en guise de perle sacrée, ouvre la voie vers un monde d’émotions. C’est en effet aux « Mains d’art » de la Maison qu’a été confié le travail de gravure du boîtier en or rose 18 carats. Un travail figuratif, tout en finesse, exécuté en taille douce de manière à faire ressortir sur la carrure de la boîte, entre-cornes comprises, les deux dragons qui courent après la perle sacrée reproduite sur la couronne. Plus précisément, cette allégorie représente deux dragons Tian Long, créatures du ciel et symboles d’élévation de l’âme vers un état de pure conscience. De quoi inspirer un même parcours initiatique au gentleman contemporain que saura ravir ce chef d’œuvre, fruit de 200 heures de pure minutie.

Pour compléter la scénographie, le cadran du L.U.C Perpetual T Spirit of the Dragon and the Pearl en or massif est orné d’un motif gravé, tiré de l’iconographie traditionnelle chinoise, comme celui de la lunette et de la boucle en or rose. Aux volutes du boîtier de la montre répond ainsi la géométrie de son visage. Car ici, c’est la technique qui parle. Une maîtrise micromécanique parfaite qui a distingué la Maison Chopard dans les cercles de la Haute Horlogerie et qui s’est déjà traduite par de nombreuses récompenses. Cette pièce au mouvement L.U.C 02.15-L ne déroge en rien à ces principes d’excellence pour mettre en œuvre deux des complications reines de l’horlogerie.

Un calibre sans concession

Avec ses 353 composants, L.U.C Perpetual T Spirit of the Dragon and the Pearl est ainsi doté d’un régulateur à tourbillon dont la cage, porteuse de la petite seconde, effectue ainsi une rotation par minute sous son pont en acier poli situé à 6h. Un calendrier perpétuel vient compléter l’affichage, calendrier dont la prochaine correction n’est pas prévue avant l’an 2100 – seules les années séculaires divisibles par 400 sont bissextiles faisant de 2100 une année commune. Pour une parfaite lisibilité des indications calendaires, celles-ci sont réparties sur deux cadrans, à 3h pour le mois et les années bissextiles, à 9h pour le jour et l’indication 24 heures, une grande date à double guichet venant compléter la symétrie du cadran à 12h.

Avec son calibre à tourbillon, prestigieuse invention horlogère du début du XIXe siècle destinée à compenser les effets de la gravité terrestre sur les mécanismes horlogers, le garde-temps L.U.C Perpetual T Spirit of the Dragon and the Pearl pouvait résolument prétendre à une très grande précision, une exigence de Karl-Friedrich Scheufele, co-président de Chopard, qui tient à ce que toutes les montres L.U.C de la manufacture soient certifiées par le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC). C’est ce qui permet de faire figurer l’appellation « Chronometer » sur le cadran de L.U.C Perpetual T Spirit of the Dragon and the Pearl, en complément du Poinçon de Genève estampillé au dos, un des labels les plus contraignant de la profession. Pour un confort optimal d’utilisation, la montre est en outre dotée de la technologie Chopard Quattro faisant appel à quatre barillets montés en série pour une réserve de marche de neuf jours avec indicateur au dos de la montre.

Introspectif avec sa mythologie qui donne une dimension spirituelle à la mesure du temps, mais d’une rigueur implacable lorsqu’il s’agit d’en faire le décompte, le garde-temps L.U.C Perpetual T Spirit of the Dragon and the Pearl est une pièce narrative dont l’histoire se raconte avec art et technique. Une osmose parfaite.

L’horlogerie manufacturée de Chopard

Chopard est une Maison familiale à la philosophie d’indépendance très marquée. Les étapes de fabrication des montres L.U.C sont en effet réalisées à l’interne sur ses sites de production de Genève et Fleurier. Conception du mouvement, design du produit fini, fonte de l’or, étampage et usinage des boîtes, composants de mouvements, gravures et décorations traditionnelles faites main, traitements de surface, polissage, assemblage, réglage et contrôle qualité sont toutes les opérations de fabrication horlogère que Chopard maîtrise à l’interne et applique à chaque montre L.U.C. Fruits d’un travail méticuleux, ces garde-temps d’exception répondent aux aspirations du gentleman contemporain. Ils lui parlent sans artifice, sans prétention, dans un savant mélange de savoir-faire artisanal, de distinction et d’émotions. 

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :