Home ModeFashion Week Lacoste – Fashion Week Paris Automne-Hiver 2018-2019

Lacoste – Fashion Week Paris Automne-Hiver 2018-2019

by pascal iakovou 17 juin 2018 0 comment

UNE CARTE POSTALE D’UNE CARTE POSTALE
Un golfeur la taille d’un timbre Poste s’apprête à faire un swing. Un sapin se tient droit comme un pic au coeur d’un bois minimaliste. Des cartes postales vintage documentent Chantaco ou un Saint-Jean-de-Luz passé. Des estampes botaniques délinéent la feuille d’un chêne rouvre dans ses moindres détails. Les archives des années 80 et 90 de la maison, notamment ses vêtements de golf, habillent la collection d’un souffle forestier. Imprimés pastoraux en all-over, sweatshirts graphiques et verdoyants, pull-overs oversize aux illustrations enfantines : les motifs pictographiques agissent comme une boutique de souvenirs, au kitsch assumé, sublimé, repensé, sorte de carte postale géante de l’époque chez Lacoste, où hier fait écho à demain.

LES CHARMES DISCRETS DE LA BOURGEOISIE
La famille royale anglaise sous la pluie ou Simone Lacoste, après un match de golf. A l’heure où le streetwear est devenu un véritable basique, la maison, elle, salue les multiples héritages et discussions entre les sphères, les registres, les icônes.

Cette fluidité apparaît dans un remix urbain de pièces « héritage » : des matières réconfortantes, comme un papier peint ou une couverture dans une vieille maison de vacances, sont travaillées de façon enveloppante et épurée. Les jeux de Prince de Galles recolorés et les motifs écossais façon carreaux de chemise flirtent avec le nylon, les coupe-vent sont réversibles, le sac à dos multipoches est en toile de coton ultralégère, et les bottes, en collaboration avec Aigle, se prêtent autant à la ville qu’à la campagne.

La palette conte également son propre récit : les verts touffus, les teintes rouille, les camaïeux couleur sapin et châtaigne comme une forêt d’automne, rappellent le Golf de Chantaco et appuient le sous-texte végétal et organique de la collection.

ARCHITECTURE MODULAIRE
Des parkas double-face, des matières techniques doublées de fausse fourrure, un manteau de pluie paré d’une ample capuche qui s’enroule sous la nuque : souvent des pièces abritent diverses lectures, portés et fonctions.

Des polos déconstruits, des ponchos thermosoudés, de la panne de velours matelassée, des manteaux qui se divisent en deux, des vestes en cuir réversibles aux emmanchures détachables ; ces pièces modulables sont pensées dans la continuité de la philosophie hybride de la collection, vers une démultiplication des quotidiens.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :