Home Mode Interview d’Inès Olympe Mercadal

Interview d’Inès Olympe Mercadal

by marine morvan
0 comment

Rencontre avec la délicieuse et pétillante Inès Olympe Mercadal, la plus décalée des parisiennes branchées pour nous parler de son actualité.

Quelle est votre actualité ?

Inès Olympe Mercadal : Je lance cette année ma nouvelle marque éponyme – Inès Olympe Mercadal – qui est une collection avec un vestiaire dans lequel on retrouve un peu mon univers. Ce sont des pièces iconiques de ma garde robe ainsi que beaucoup d’accessoires, on retrouve un perfecto doré, une jupe crayon, une pièce en fourrure, …

 

 

Vous avez aussi fait une collaboration avec La Redoute, comment est elle venue ?

IOM : J’ai eu la chance cette année de collaborer avec La Redoute qui est vraiment une des maisons françaises qui met à l’honneur chaque année des jeunes créateurs, je sais qu’il y a aussi Wanda Nylon … Ils ont le bon goût d’aller chercher de jeunes créateurs  et de leur offrir la possibilité de s’exprimer autour d’une collection capsule. Ils m’ont vraiment laissé carte blanche.

Pouvez-vous nous présenter brièvement votre collection ?

IOM : C’est une collection qui comme toujours, se réfère un petit peu aux années 80, qui sont vraiment ma décennie. Il y a pas mal de doré comme toujours, il y a un petit trench coupé en veste dorée avec une jupe midi dorée, aussi un pantalon carotte doré  et un petit pull noir. C’est une collection très lumineuse, relativement originale mais avec des lignes chics, sobres et assez classiques. C’est plutôt la couleur qui fait l’originalité de la collection, pas les lignes.

 

Comment décririez-vous le processus de création de cette capsule ?

IOM : C’est en regardant de vieilles images des années 70 que je suis tombée sur une vieille photo de Catherine Deneuve avec Monsieur Saint Laurent sur laquelle elle portait une robe dorée panthère, quelque chose d’assez incroyable et elle est assise sur un canapé en velours rouge ambiance boudoir avec des palmiers derrière.  On sent l’univers fin 70’s début 80’s et c’est comme ca que j’ai eu l’idée de faire la collection dorée bien que cette couleur soit un petit peu ma couleur fétiche.

Quel est le message derrière cette collection ?

IOM : Comme toujours, dans les collaborations, le message est de faire connaitre la marque à un public plus large, d’offrir des produits de créateurs mais au prix La Redoute, avoir un imper à 90 euros … Donc c’est ca qui est intéressant. Proposer une collection bis de sa propre collection à des prix abordables au plus grand nombre.

 

Qui sont vos plus grands modèles et sources d’inspiration ?

IOM : Ce sont toujours des femmes. Je suis beaucoup plus sensible à la beauté des femmes d’un point de vue esthétique. Je trouve cela plus stimulant si je vois une fille très belle et très bien habillée dans la rue, ça me donne envie de m’arranger et de faire de beaux vêtements.
J’ai des égéries comme par exemple Blondie qui est à la fois une icône de mode et une icône du rock. J’ai un rapport particulier à la musique et j’aime bien quand ces deux mondes se rapprochent. De toute façon, la mode et la musique sont toujours intimement liées, de la même manière que petit, à l’école, on reconnait quel type de musique une personne écoute a la façon dont elle est habillée. Donc c’est vrai que ce sont souvent des chanteuses ou des rock stars dont je suis le plus inspirée… Janis Joplin, Blondie, Catherine Deneuve Grace Jones,  – j’aime bien le jeu de scène aussi…

 

Quel est votre maitre mot dans la mode, dans la vie ?

IOM : Ce que j’aime vraiment dans la mode c’est quand le classique est poussé  à son paroxysme que cela en devient complètement rock et décalé comme par exemple le chignon qui est normalement une coiffure très classique, porté avec des grosses lunettes en devient complètement décalé. J’aime bien ces codes la. De la même façon que la collection La Redoute n’a que des lignes très classiques, si la jupe était noire elle s’apparenterait plus à une jupe d’écolière. J’aime bien jouer avec les codes du classique et du décalé.

 

On vous connait cette passion pour la mode depuis de très nombreuses années, d’où vient elle ?

IOM : Je suis issue d’une famille de chausseurs. La famille de mon père et de mon grand père ont toujours fait des chaussures. On vient de Minorque dans les Baléares où, à l’époque, on était déjà dans ce métier la. C’est la seule industrie qui existe à Minorque, il y a pas mal de marques de chausseurs qui sont la bas. Donc je suis issue du cuir et c’est vrai que le fil directeur de ma collection Inès Olympe Mercadal est toujours le cuir. L’étole en renard est mixée avec de l’agneau, le blouson en cuir,… toute mes étiquettes sont en cuir. J’ai vraiment un rapport particulier à cette matière, c’est dans ma culture et ma famille l’a toujours travaillé.

 

Quel est votre plus beau souvenir mode ?

IOM : Je ne sais pas si on peut vraiment parler de souvenir mode mais j’adore me fabriquer des tenues, mettre des turbans ou des peignoirs… Je me fabrique des tenues pour sortir qui sont assez incroyables, comme quand je mets un peignoir avec une chemise et un turban et que je sors comme ça dans la rue avec des cuissardes vertes en plein mois de mai pour aller à mon anniversaire. C’est juste hallucinant. J’ose moins le faire maintenant mais pendant des années je pouvais passer des nuits entières à coudre des initiales sur un vêtement ou  faire des broderies. J’aime vraiment pouvoir créer à partir d’un film que j’ai vu ou même comme ca. C’est vraiment quelque chose qui me plait.

 

Vous avez également une forte passion pour la musique, est ce que vous pouvez nous en dire un peu plus ?

IOM : Mon père est un fan de musique, j’ai découvert The Clash, The Ramones, Neil Young, Bob Dylan grâce à lui. Nous avons aujourd’hui une collection de vinyles que l’on se passe une fois par mois ou tous les deux mois, chacun en a une partie chez lui. C’est un très bon moment de partage ou l’on échange nos émotions, nos ressentis et nos avis. J’ai grandi en écoutant la musique de mon père et c’est vrai que j’ai toujours eu envie de chanter. Pour moi la chanson est un moyen d’expression comme je pourrais faire un peu du cinéma c’est-à-dire que j’aime avoir un personnage (je suis d’ailleurs souvent blonde quand je chante, je mets des perruques), c’est mon goût pour le spectacle. Le chant est pour moi comme un petit show, j’essaie de faire rire, je prends des accents…  beaucoup de mimétisme, quelque chose d’un peu plus théâtral. Je ne suis entourée que d’artistes.

 

Un peu « touche à tout », on vous voit bientôt au cinéma ?

IOM : (Rires) Ce serait merveilleux.

 

Si vous étiez…

Une couleur ?  Le vert émeraude ou le vert malachite

Un moment de la journée ? L’apéritif 19h /20h

Une boisson ? Une bière pression – una caña comme on dit en Espagne

Un accessoire ? Une paire de lunette … ou une ceinture un peu corset

Un vêtement ? Une fourrure de couleur comme un bleu électrique, vert ou rouge

Une époque ? Les années 80 de toute évidence pour la musique, pour la culture du mauvais goût vestimentaire que j’adore. L’accumulation de vernis rouge, de fard à paupières, les sourcils, les épaulettes, la ceinture, le pantalon taille haut. J’adore !

Une application ? Je rêve que l’on invente l’application qui fasse comme Shazam mais qui reconnaisse la musique simplement au son de la voix

Un parfum ? Un parfum d’homme comme le Vetiver ou Habit Rouge, les vieux parfums de Guerlain

Une musique ? Une nocturne de Chopin même si je suis un peu trop agitée mais justement ça me calme

Un lieu ? Minorque, les Baléares, c’est la où il y a toute l’histoire de ma famille, c’est vraiment mon lieu de ralliement.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :