Home Art de vivreCulture We Were Walls d’Elie Chouraqui : voyage aux profondeurs de l’Afrique.

We Were Walls d’Elie Chouraqui : voyage aux profondeurs de l’Afrique.

by Clara Losi
0 comment
cpeliechouraquiwordcom4.004

« Lamu Red » – Elie Chouraqui

On le savait réalisateur, producteur, scénariste, sportif et passionné. Mais cette fois-ci, c’est à travers la photographie qu’Elie Chouraqui revient sur le devant de la scène dès la rentrée avec l’exposition « WE WERE WALLS » en exclusivité dans la Galerie Caplain-Matignon.

Rassemblant une douzaine de cliché de l’artiste, l’exposition We Were Walls est une ode à l’Afrique, son histoire et sa vérité. Le témoin de cette richesse : les murs. Grand voyageur, Elie Chouraqui affectionne l’Afrique et particulièrement le Kenya et ne peut s’empêcher de « mettre un œil dans l’objectif » pour capter ces émotions cachées à travers des détails subtils qui, agrandis, laissent place à un tout autre paysage. En effet, photographiant les murs, Elie Chouraqui s’est attaché à agrandir ses clichés en très grand format, et le résultat est bluffant. Debout face à des photographies à la fois brutes et intimes, le spectateur se croira entouré de peintures d’art contemporain aux couleurs chaudes et rayonnantes.

Homme au regard pointu et à la sensibilité extrême, Elie Chouraqui est un observateur de notre temps. Il photographie avec tendresse et modernité le ciment d’un peuple, le témoin d’un quotidien aux mille couleurs. Un travail profond dont il nous livre quelques lignes :

« J’étais là un midi brûlant à l’air qui se tord tant il a chaud, aux êtres qui tremblent tant la lumière est éclatante, aux animaux immobiles tétanisés incapables de respirer, j’étais là dans une rue d’un village d’Afrique. […] «Où devrait se porter mon regard puis l’objectif de mon appareil pour rendre justice à ces humains, mes frères, et dire vraiment qui ils sont et comment? Comment donner de cette Afrique que j’aime passionnément autant qu’elle m’irrite une juste image? De magnifiques et puissants jeunes hommes noirs, riants suant hurlant, dont un me lança un joyeux «Elie, toi!», me bousculèrent. […] Pour les éviter je me jetais contre un mur. Je restais là, longtemps, les mains appuyées à une matière chaude qui rassurait mon corps. La matière du mur. Avant mes yeux mes mains avaient vu. J’ai photographié ce mur. Puis d’autres. Puis des centaines, des milliers d’autres au fil des années, pour qu’ils portent vers vous   l’inconscient de l’Afrique. Sa vérité. Celle de millions d’hommes et de femmes, qui au fil des millénaires, à force de couche, d’art et de hasard, ont écrit leur Histoire sur ces murs.  » 

Exposition We Were Walls – du 6 au 30 novembre 2013

Galerie Caplain-Matignon – 29 avenue Matignon 75008 Paris – Du mardi au samedi de 14h30 à 19h – http://www.galeriecaplain-matignon.com/

Vernissage le mardi 5 novembre à partir de 19h.

 

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :