Home Henrik Vibskov – collection « The Transparent Tongue » printemps/été 2013

Henrik Vibskov – collection « The Transparent Tongue » printemps/été 2013

by Sophie Farjon
0 comment

Le défilé du créateur danois Henrik Vibskov : une mise en scène digne des plus grands Kubrick, par son visuel et sa sonorité très 2001 l’Odyssée de l’Espace. Alors que deux hommes en béret noir perforé déplient une longue traine rose recouverte de ce qui semble être des points noirs, la forme prend vie et se gonfle en l’espace de quelques instants pour donner l’aspect de l’organe situé dans notre cavité buccale : la langue.Des mains commencent à sortir de cette sphère rose irréelle dénotant avec le reste du paysage très classique, valsant au rythme d’une mélodie oppressante. Des corps recouverts de combinaisons ondulent lentement hors de cette langue titanesque en attendant l’arrivée des modèles.

 La collection défile sous nos yeux électrisés, et nous retrouvons des éléments phares notamment la panière dans le dos portée en guise de sac à dos, beaucoup de motifs à «trous» qui semble être le symbole de cette nouvelle collection printemps été 2013 : pulls et shorts aux perforations symétriques, bérets à trous, etc. Alors que le créateur s’est penché sur des couleurs à connotation enfantine et proche d’une douce excentricité, nous retrouvons ce je ne sais quoi d’inquiétant, procuré notamment par la mise en scène et par les imprimés magnétisant. Une danse macabre, qui dérange. La foule est comme hypnotisée par les modèles qui enchainent leur passage. Une prédominance de blanc, blanc cassé, du drapé en coton, des bermuda, des imprimés esprit navajo, du pull oversize, du tye die aux nuances de gris et de noirs, du zip, des symboles psychédéliques, en passant par la veste de costume jusqu’à l’authentique trench, sans oublier les couvre-chefs originaux et insolites. On retrouve aussi des chaussures parées de bandes élastiques qui ne sont pas sans rappeler les différents muscles de la langue. Le créateur mixe et assemble des pièces street wear à des pièces plus classieuses. Un joli mashup relevé par des notes d’originalité avec la panière et le sceptre que l’on retrouve souvent, semblant représenter un balais de ramonage assorti aux couleurs du show. L’homme Vibskov est un homme bien dans sa peau, osant le sweat-shirt en coton associé à un bermuda en lin, mixant matières nobles et vêtements plus douillets. Il brise les codes du politiquement correct, et on lui accorde tous les honneurs.

 

Henrik Vibskov sur le catwalk pour saluer ses invités à la fin du show

Sophie Farjon

%d blogueurs aiment cette page :