Home Art de vivre 48 heures chez les drôles de dames de Jobart Barjot

48 heures chez les drôles de dames de Jobart Barjot

by pascal iakovou
0 comment

Crédit photos : Geoffrey Benoit

Pour sa 4e édition les 23 et 24 mars derniers, le très privé club Jobart Barjot n’a pas déçu ses membres, qui se sont retrouvés dans un appartement du 16e arrondissement haut en couleurs. Au coeur d’un labyrinthe d’oeuvres d’Art contemporain, les adhérentes se sont réunies à nouveau avec la spiritualité pour mot d’ordre, soufflé par la maîtresse de cérémonie, Armelle Cohen.

Conférenciers de qualité et doigts de fée se sont appliqués à chouchouter ces invitées privilégiées. Dans une atmosphère intimiste et reposante, elles ont eu le plaisir de tester un éventail de pratiques énergétiques et de relaxation : reiki, luxopuncture, système sounder sleep, psychologie énergétique… Dans une chambre à la lumière tamisée, une voyante accordait des consultations à celles qui s’interrogeaient sur leur avenir, tandis que dans le salon, un chamane donnait une conférence. Autre méthode de bien-être révélée à ces dames : la VCMA (Visualisation Créative Médiumnique Assistée), proche de la pratique de l’hypnose, dans ce véritable cabinet de curiosités. Le ton de la sagesse était donné par Emmanuel Jaffelin, qui présentait son oeuvre philosophique, Eloge de la Gentillesse.

Outre les activités de développement personnel, d’autres plus ludiques et fantaisistes se déclinaient en différents ateliers, reflétant la marque de fabrique excentrique de Jobart Barjot. Au salon, se déroulait une vente de cuirs féminins d’inspiration italienne, de la créatrice Chris Mary. La chambre de bébé était investie par une vente de foulards et de vestes originales à queue de pie de la marque Lord SM, ainsi que de lingerie fine aux dentelles délicates confectionnée par Mademoiselle Lola. De quoi émoustiller Just Jaeckin, venu dévoiler sa philosophie de vie et des anecdotes d’une carrière atypique.

Côté boudoir, un atelier proposait tantôt une séance de coiffure spéciale chignon, tantôt des soins de manucure, du visage et divers massages ainsi que des séances de tatouage, une pratique qu’affectionne particulièrement le club. Une conférencière de chirurgie esthétique livrait les méthodes de rajeunissement du visage à produits résorbables.

Dans une chambre à l’ambiance feutrée, quelques audacieuses confiaient leurs courbes harmonieuses et dénudées à l’objectif de la photographe Sophie Badens.

S’ensuivait un cours de danse orientale, une démonstration de la chorégraphie mythique de Dirty Dancing, pendant que deux graffeurs brésiliens relookaient en live le mur de la porte d’entrée d’une fresque représentant une scène de capoeira.

Crédit photos : Geoffrey Benoit

Plus tard dans la soirée, les messieurs étaient autorisés à rejoindre leurs compagnes pour s’adonner au plaisir du jeu de Poker (après une initiation pour les femmes par les professionnels de la LKTeam) et devant le show de deux sublimes effeuilleuses, Scarlett Diamond, égérie du club fatale et dangereuse, et Mademoiselle Joris Sabrou, montée sur ses pointes telle une ballerine de Degas, dans un registre poétique et candide. Parmi les réjouissances, Myrtille Chartuss, humoriste, se livrait à un spectacle burlesque et farfelu de jeux de mots.

Un événement riche en surprises pour prendre son temps, sans une minute de répit pour s’ennuyer… Prochain tome au mois de Juin.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :