Home Art de vivreCulture Saga Le Meurice: Partie Six, Le Bar 228

Saga Le Meurice: Partie Six, Le Bar 228

by pascal iakovou
0 comment

Bar-228-c-Peter-Hebeisen

Le Bar 228 du Meurice est si intimement lié à l’histoire et aux légendes du palace qu’il lui a emprunté les chiffres de son adresse !
William Olivieri est au Bar 228 depuis trente ans et en tient les rênes depuis 1992. Son origine italienne lui confère une élégance, un sens du panache et de la malice qui ravissent les habitués du bar et séduisent ses nouveaux venus. Son métier est devenu une mission inséparable de l’esprit du lieu. Ecouter, guider, devancer un désir non formulé, se souvenir des usages d’un client ancien, William Oliveri manie avec un art consommé le geste et la parole.
Il a transmis à ses équipes son exigence et sa passion.

Un style et une atmosphère
Le Bar 228, c’est aussi un décor et une atmosphère cosy et élégante, entre cuirs profonds et boiseries sombres, comme un clin d’œil à la clientèle anglaise qui donna au Meurice ses premières heures de gloire. Les monumentales fresques de Lavalley installées en 1807 représentent des scènes champêtres à Fontainebleau. Elles côtoient les étagères des quelques 300 bouteilles, flacons et carafes d’alcools aux transparences acidulées ou ambrées. En 2007, Philippe Starck vint ajouter les détails d’une élégante audace à cette ambiance intemporelle : un mur de bougies, des miroirs suspendus, des fauteuils chaussés d’escarpins ou des bergères à bascule. Plus que jamais, le bar 228 est un lieu où l’on se retrouve, mais aussi un lieu dont on parle.

La création des cocktails au Meurice
Un cocktail raconte souvent une histoire. Monsieur William connaît ses classiques et les exécute avec maestria. On dit que son Bellini est le meilleur de Paris. Une question d’honneur sans doute ! La carte propose tous les cocktails les plus classiques (du Cosmopolitan à l’Alexandra), short drinks et long drinks, une douzaine de dries (du Very dry Martini au Grey Cocktail) et 17 créations originales dont des cocktails gourmands sans alcool. L’histoire et les légendes du Meurice inspirent à Monsieur William ses différentes créations. Le Lord Egerton porte le nom du premier client du Meurice et se compose de 50% de gin et 50% de porto : 100% british ! Le Starcky salue le passage Philippe Starck en 2007 en mêlant feuilles de menthe et champagne. Le Millenium inaugure le nouveau millénaire avec un subtil mélange de champagne rosé, liqueur de rose et extraits d’orange.
En 2008, William Oliveri initie avec Jean Charles de Castelbajac le JCDC, un cocktail très couture.

cocktail 228 - c Francois Marechal

cocktail Starcky

Les rendez-vous du Bar 228
Tout au long de la journée, le Bar 228 offre un cadre propice à la dégustation et à la détente pour les clients de l’hôtel comme pour les Parisiens célèbres ou anonymes. La programmation musicale signée Béatrice Ardisson oscille de l’electro jazz aux inédits de Shazz en passant par les imports d’Ursula 100 la journée tout en allant jusqu’à Château Flight ou Phoenix au-delà de minuit.

A l’heure du déjeuner, le Bar 228 offre une carte séduisante et faussement classique pour un repas rapide : légumes à la croque au sel, club sandwich classique, saumon ou végétarien ou un croque Meurice étonnant. Et pourquoi pas une tartelette aux fruits de saison ou une religieuse au chocolat ?
Chaque mois, le Chef Sommelier Nicolas Rebut convie quelques amateurs de vin à un apéritif œnologique : « les Nocturnes du 228 ».
Plus que jamais, le Bar 228 du Meurice est l’un des endroits privilégiés pour sentir vibrer l’âme du Meurice.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :