Home Art de vivreCulture JETEQUITTE.COM

JETEQUITTE.COM

by Elisa Palmer
2 comments

Charles Trenet – Que reste-t-il de nos amours?

Rupture : n.f. 4. Fait d’interrompre des relations ; séparation. Scène de rupture. (Le Petit Larousse Illustré, 2006).

Avant, bien avant Facebook (puisque c’est devenu une date aussi importante que l’an 1), on se demandait si le fait de quitter quelqu’un par sms était quelque chose de moralement correct. Le débat s’ouvrait entre copains copines, et chacun y allait de son avis. On réfléchissait même aux potentiels sms d’au revoir : « Je ne t’aime plus donc je te quitte » (le rapport de cause à effet efficace), ou « J’ai pourtant tout essayé mais je n’arrive pas à oublier mon ex » (sms-star de la catégorie mensonges), ou encore « T’es trop bien pour moi, tu te gâches avec moi » (le jeu du faire semblant qui consiste à donner du poids à l’autre pour mieux s’en soulager).

 

Quand on refusait par excès de moralité et grandeur d’âme l’envoi du sms funeste, il nous restait encore quelques options, certes moins rapides, plus classiques, mais toujours efficaces.

 

Option A : Le silence.

Un profond silence qui provoquait inéluctablement le passage, ou la transition, de la relation de 2 à 1 seule voix. Et assez étrangement – croyez-moi ou non – quelqu’un qui parle seul finit toujours la plupart du temps par cesser tout bavardage.

 

Option B : La tierce personne.

Cette personne n’intervient que dans un souci de venir en aide au personnage voulant quitter en draguant abusivement le personnage désirant rester. Quand le triangle amoureux est enfin formé, ou simplement quand une accusation (même fausse et fondée sur une machination grossière) peut être lancée, normalement la rupture peut être à la fois déclarée et considérée comme juste aux yeux de tous.

 

Option C : Le « Je dois te parler ».

Souvent envoyé par sms, mais geste plus courageux, puisque finissant la plupart du temps dans un bar/café/resto assez glauque (près d’une gare de banlieue ou dans un centre commercial). Généralement, le synopsis veut qu’à la fin du rdv, transformé en entretien individuel d’évaluation, il ne reste plus qu’une seule personne à table. (Selon le degré de courage, la faim, ou la soif, la personne restante n’est pas nécessairement celle quittée.)

 

Il va sans dire, il existe bien d’autres options, toutes plus distinguées et racées les unes que les autres.

La Bonne Nouvelle, c’est qu’aujourd’hui plus besoin de se prendre la tête sur les modalités de le/la quitter, puisque un site est né : JETEQUITTE.COM

 

Quelques exemples au pif :

1 : le 22 mars 2010, Anna quitte Aurélien

« Mon flamand rose, sache que je n’ai jamais supporté tes passions pour les comédies musicales, et les dauphins. Je ne supporte plus non plus les claquettes que tu fais dans le salon à longueur de journée. Je te quitte et tu peux garder cette bonne humeur et cette gentillesse constante qui me fait aujourd’hui vomir. Tu as été un moment merveilleux de ma vie et je ne l’oublierais pas. Bisous mon poulet pané.

PS : tu me rendras ma brosse à dents et mon fer à lisser. »

 

2 : le 2 avril 2010, Louise quitte Etienne

« Darling, on s’est rencontré sur adopteunmec, j’me suis dit « bon bah j’vais l’larguer sur jetequitte »… C’était bien, au début, à travers un écran d’ordinateur, j’avais pas l’odeur, ni les potes… Ca cache les boutons aussi la webcam. Mais le pire aura été le jour où je suis allé te chercher à la sortie du lycée… Bordel, j’ai eu l’impression d’aller cherché mon p’tit frère quoi. Ton haleine de phoque, ton goût prononcé pour le métal, ton groupe de rock… Ton groupe de rock… Non. Le prince charmant n’existe pas. Définitivement.

Allez beauté, vas en trouver une de ton âge, ça passera surement mieux.

Linca, mec. »

 

Parmi les options, le profond silence, c’est maintenant que je le choisis, encore reste-t-il à savoir ici s’il s’agit d’une rupture.

 

Rupture : n.f. 1. Fait de se rompre sous l’effet d’un choc. Rupture de digue. (Le Petit Larousse Illustré, 2006).

 

Elisa Palmer / LUXSURE

 

 

http://jetequitte.com/

 

 

 

 

 


Related Articles

2 comments

Camille Salmon 6 avril 2010 - 0 h 42 min

ah mon Dieu je suis terrorifiée.

Alexandre 9 avril 2010 - 16 h 01 min

« Une illusion de moins, c’est une vérité en plus ». A. Dumas

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :