Home Mode Remise de la Grande Médaille de Vermeil à Inès de la Fressange

Remise de la Grande Médaille de Vermeil à Inès de la Fressange

by Marie Odile Radom
0 comment

A la question : « Quelle femme représente le mieux le chic parisien ? », bon nombre de personnes répondront Inès de Fressange. Elle incarne pour la plupart d’entre nous le Paris de la Mode, de l’élégance et reste la figure emblématique de la mode et l’image de la parisienne dans le monde entier. L’ancien mannequin devenue directeur artistique et ambassadrice de la Maison Roger Vivier possède ce petit quelque chose d’infiniment chic qui la rend inoubliable.

Ce vendredi 22 janvier, Bertrand Delanoë a remis la Grande Médaille de Vermeil de la Ville de Paris à Inès de la Fressange dans le cadre du « Salon Paris, capitale de la création ». Cette cérémonie, chargée d’émotion tant l’ancien mannequin est appréciée, a été l’occasion pour le maire de la Capitale de dire combien la Ville de Paris était fière de récompenser Inès de la Fressange au titre de la contribution qu’elle a apportée, durant toute sa carrière, pour le monde de la mode.

Inès de la Fressange incarne la mode mais c’est également une femme de coeur, de courage, les qualificatifs n’ont pas manqué pour le Maire de Paris, visiblement ému sur le plan personnel.

M. Delanoë a salué sa grâce mais aussi la femme de conviction, la femme de pensée et la femme libre qu’est l’ancienne égérie de la maison Chanel :  « Ce n’est pas facile de faire en sorte que la mode soit un des arts reconnus. Et si beaucoup de ceux qui ont fait vivre la mode ont contribué à faire de Paris une ville plus riche par ce que la mode apporte à la culture, il y a quelques personnages qui, par leur identité personnelle, contribuent à ce cheminement là« .

Le discours de Mme de la Fressange a été son image, pétillant avec une pointe d’humour quand elle trouve rigolo d’incarner la femme parisienne alors qu’elle était née à Saint-Tropez, que sa mère était argentine et sa grand-mère colombienne. « C’est amusant d’évoquer ce genre de chose au moment où on parle d’identité nationale. » Elle a charmé l’assistance et montré combien ce prix lui correspondait en rendant même hommage à l’hôtel de la Monnaie de Paris où a du être confectionnée cette médaille et, en nous parlant de l’aura des marques de couture françaises et surtout parisiennes à l’étranger. Son émotion était palpable.

Inès de La Fressange a fait ses premières photos en 1975 pour le magazine ELLE avec Olivier TOSCANI, puis est apparu pour la première fois sur un podium lors d’un défilé pour Thierry Mugler. Elle devint de 1983 à 1989 l’égérie de la maison CHANEL et fut le visage du fameux parfum Chanel N° 5 durant cette période. Elle a été le premier mannequin à signer un contrat d’exclusivité avec une maison de couture. Représentant une certaine image de la beauté, et incarnant l’élégance parisienne, elle impose son style personnel, plein de naturel et d’humour, ce qui lui vaut le surnom de « mannequin qui parle », et fait d’elle la personnalité la plus populaire de la mode.

Elle est choisie en 1989 comme modèle pour la Marianne et quitte la Maison Chanel en 1990. En 1991, elle crée sa propre maison de prêt-à-porter et ouvre sa première boutique au 14 de l’avenue Montaigne à Paris, avec sa propre griffe, dont le succès est immédiat aux Etats-Unis et au Japon notamment.

Après avoir entre autre créé son propre parfum en 2000, elle publie en octobre 2002 un livre autobiographique : « Profession Mannequin » chez Hachette Littératures, co-écrit avec Marianne Mairesse, journaliste au magazine Marie-Claire. Elle collabore en 2004 avec Bruno FRISONI pour relancer la marque de souliers haute couture Roger VIVIER. Elle est Directrice de Communication et consultante  pour la maison Roger Vivier. L’ambassadrice de ce bottier haute couture est aussi chevalier de la Légion d’Honneur depuis juin 2008, nommée par Georges Kiejman dans leurs salons de la rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris.

Inès de la Fressange a su utiliser sa grande popularité pour apporter son soutien à des œuvres caritartives, en soutenant notamment l’association Orphelinats d’Afrique. De plus elle est la marraine de l’association Mécénat Chirurgie Cardiaque, qui permet à des enfants de pays défavorisés de subir des opérations du cœur en France.

Cette décoration est amplement méritée et on espère qu’elle continuera inlassablement à représenter la Parisienne, cette femme d’émotion incroyablement chic, pleine de vie et de liberté…

Crédit photos : ©Sophie Robichon/Mairie de Paris

Marie-Odile Radom

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :