Home Voyages Cap sur l’Antarctique à bord du Commandant Charcot

Cap sur l’Antarctique à bord du Commandant Charcot

by Hélène Feltin
0 comment

Après une quinzaine d’heures d’avion entre Paris et Santiago du Chili et un vol intérieur de trois heures au-dessus de la Cordillère des Andes, me voici à Punta Arenas, capitale de la région de Magallenas et de l’Antarctique chilienne. 

Il est maintenant devant moi, amarré au bord du Détroit de Magellan. Avec sa longue silhouette bleu marine et blanche, sa grande arche vitrée, Le Commandant Charcot, fleuron de la flotte Ponant, se profile au bout du quai avec ses cent cinquante mètres de long.

©Studio PONANT-Olivier Blaud

La superstructure de ce navire a nécessité six années pour concevoir et développer le premier navire de classe polaire PC2 au monde, le plus puissant et le plus sûr, un navire hybride électrique propulsé au GNI et capable d’emmener des passagers au bout du monde. Le 6 septembre 2021, il a ainsi été le premier bateau battant pavillon français à rejoindre le pôle nord géographique lors des essais de navigation en Arctique. Trois semaines plus tôt, il avait quitté Le Havre, port de départ des expéditions de Jean-Baptiste Charcot, dont il porte le nom et les valeurs de ce médecin, scientifique, aventurier et humaniste né au début du XXème siècle.

Nous, nous sommes venus à Punta Arenas pour rallier le continent austral, cet Antarctique qui représente vingt-cinq fois La France et une fois et demi l’Europe, et dont 98% de la surface est recouvert de glace. Mais, le challenge est bien plus grand. Au-delà de l’exploration, Ponant invite à conjuguer voyage et sens, connaissance et ouverture au monde, aventure et nouvelles découvertes de façon responsable et écologique. Membre de l’IIATO (association internationale des tour-opérateurs en Antarctique), Ponant respecte des règles strictes concernant le nombre de passagers autorisés à débarquer, la distance avec la faune, la formation des équipes, la présence de scientifiques,…

En montant à bord du Commandant Charcot, accueillie par Le Commandant Etienne Garcia et les membres d’équipage en uniforme marine et blanc, me reviennent les mots de Charcot : « Essayer, tenter, chercher, ne jamais renoncer ».

©PONANT-Nicolas Dubreuil

Nous sommes cent passagers et deux cent vingt membres d’équipage, fiers et heureux de nous servir et de servir Le Commandant Charcot. Après un ultime contrôle sanitaire, le navire quitte le port. Le ciel est bleu, tapissé des ailes des grands cormorans qui ont élu domicile ici. Le Commandant Garcia a annoncé quelques remous et bourrasques dans le Passage du Drake. Mais, à bord, tout est fait pour la sécurité et le confort des passagers. Ma cabine, très spacieuse avec son beau salon et sa longue terrasse, allie élégance et sophistication. Ponant a confié la conception des intérieurs à deux architectes de renom : Jean-Michel Wilmotte et Jean-Philippe Nuel qui ont privilégié l’expression de la nature et du raffinement. Une réalité que je vais vite apprécier en découvrant le nombre de sabords et autres hublots qui permettent d’admirer les paysages. Leur travail a mis l’accent sur l’idée du voyage et du nautisme, avec l’utilisation de la sellerie, des poignées et tiroirs pour évoquer les malles cabines. Ils ont également travaillé avec des matériaux authentiques comme la pierre, le bois, les tissus laineux et chaleureux ainsi qu’une gamme chromatique autour des gris-bleus et du beige. Je me prépare à une odyssée inconnue mais luxueuse.

©PONANT

Pourvu de cent trente-cinq cabines seulement, avec balcon, dont soixante-huit suites avec terrasse privative, Le Commandant Charcot renforce le sentiment de voyager sur un yacht privé. À l’arrière des ponts 6 et 7 se trouvent pour la première dois quatre suites Duplex étonnantes de 94m2, avec terrasses privées et jacuzzi. Pont 8, l’époustouflante suite de l’Armateur de 115m2 dispose de grandes baies vitrées ouvertes sur une terrasse privative de 180m2. Parmi les plus, plus, plus, notons que les suites sont accompagnées d’un service de majordome, un luxe à la française dans ces terres du bout du monde.

©PONANT

Tandis que Le Commandant Charcot franchit les quarantièmes rugissants, puis les cinquantièmes hurlants, la navigation se poursuit agrémentée des paroles rassurantes du Commandant Garcia : « Mes Chers Passagers, nous allons bientôt atteindre le 60° sud. Nous verrons alors comment approcher ou pas l’Ile Pierre 1er ». En effet, en Antarctique, rien n’est écrit et peu cartographié. Avec deux passerelles à l’avant et à l’arrière, le bateau permet de nombreuses manœuvres, mais sous ces latitudes, c’est la nature qui a le dernier mot.

Pendant ce temps, la vie à bord s’organise pour notre plus grand plaisir : Piscine intérieure, extérieure ou Blue Lagoon, jardin d’hiver, cabine de neige, sauna, Spa de 430m2. Sans oublier les promenades sur le pont 5 qui fait le tour du navire (une prouesse) et offre tous les jours un nouveau spectacle dans le ciel où apparaissent les premiers pétrels et sur la banquise des phoques et des manchots.

©PONANT-JulienFabro

Partie intégrante de l’Art de Vivre à la Française, la gastronomie occupe une place de roi sur le Commandant Charcot puisqu’elle offre le meilleur des restaurants Alain Ducasse. Le chef executif, Florent Delfortrie et Michel Jureck, chef pâtissier ont été formés à l’Hôtel de Paris à Monaco et sont en charge de trois espaces de restauration : Inneq, sur la terrasse extérieure du pont 9, est un peu le grill chic du navire; Nuna, au pont 5, est le restaurant gastronomique avec des plats signatures des restaurants gastronomiques d’Alain Ducasse ; et Sila, le restaurant buffet du pont 9 pour des repas informels où sont représentées toutes les cuisines du monde. Sans oublier les nombreuses goûters – surprises des chefs avec dégustation de chocolat, de macarons, de gaufres et de Caviar Kristal arrosé (avec modération) de champagne Veuve Clicquot pour célébrer par exemple le passage du 60° sud !

©PONANT-Gilles Trillard ©PONANT-JulienFabro

©PONANT-Gilles Trillard ©PONANT-Gilles Trillard

Tout au long de notre exploration, Florence Kuyper, Chef d’expédition et son équipe de vingt naturalistes vont aussi partager avec nous leurs connaissances, leur passion pour l’Antarctique et planifier nos sorties. Comme Florence le dit, il s’agit « d’opportunités car la neige dicte la vie sur le continent, nous sommes impliqués dans la préservation des océans, de leur écosystème, et plus largement de l’environnement ». Tous les jours, des conférences sont proposés sur des thèmes variés : Les grands explorateurs, les oiseaux, l’Antarctique, les poissons à plumes,… Puis, un matin, … alors que tout est blanc et silencieux autour de nous, nous posons le pied sur la banquise, un moment solennel, émouvant, unique, inénarrable. D’autres suivront comme la première balade en zodiac près des icebergs et leur féérie bleutée. Le Commandant Charcot n’en finit pas de réserver des surprises.

©Studio PONANT-Olivier Blaud ©PONANT-Gilles Trillard

©PONANT

Pendant quatorze jours, les équipes de Ponant nous ont fait vivre des moments exceptionnels et rares, comme cette dernière sortie en raquettes à la rencontre des manchots Papous.

L’Antarctique est un monde où la beauté règne partout, où la lumière brille 24 heures sur 24 pendant le solstice d’été du 21 décembre, un monde sans fin et protégé pour des Hommes en quête d’authenticité et aimant leur terre. Le Commandant Charcot nous propose tout cela et plus, au cours d’une circumnavigation pour aller « au plus près du plus loin » et au plus près de soi.

www.ponant.com

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :