Home Mode Interview de Caroline Briant Co-fondatrice de Moodz

Interview de Caroline Briant Co-fondatrice de Moodz

by Camille Letz
0 comment

Aujourd’hui, je vous présente Caroline Briant Co-fondatrice de la marque de culotte menstruelle Moodz.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous, sur votre parcours, qu’est-ce qui vous a permis d’en arriver là aujourd’hui?

Me concernant, j’ai eu un parcours académique assez critique. Je n’ai jamais eu de révélation innée le matin en me disant ce que je vais faire de ma vie. J’ai donc testé pas mal de choses et de parcours. J’ai fait un Bac économique et social (ES), par la suite j’ai fait une thèse préparatoire BL (entre le littéraire et l’économie).

Suite à ça je me suis rendu compte que j’étais étouffé par la structure de la classe prépa. J’aimais bien le côté éducation, culture, connaissance mais j’avais vraiment l’impression de consommer de la connaissance et de pas avoir le temps de me plonger dans un livre, dans une vraie période l’historique, dans un vrai phénomène sociologique. J’ai donc décidé d’aller en fac de droit ou je suis resté 3 ans et suite à ça je suis arrivé en master à la Sorbonne que j’ai obtenue. Cependant, tous mes amis commencés à dire « moi j’ai passé le barreau, moi je vais être avocat, je veux être juge, magistrat ou juriste » et moi je me voyais pas du faire ça.

Par la suite j’ai passé le concours école de commerce, j’ai donc intégré EM LYON. J’ai fait quasiment tout le parcours international c’est-à-dire que j’ai fait la première année à Lyon et ensuite je suis parti en Espagne, en Chine, ces années-là m’ont permis de vraiment comprendre que ce que j’aimais. C’était la partie marketing, la partie stratégique mais particulièrement l’aspect très créatif qui moi me plait.

J’ai intégré en dernier stage Fred Farid qui est une agence de communication ou j’ai été planeuse stratégique pendant 4 ans, là je travaillais pour de grandes marques. Je vous avance un peu, en 2017 je me lance dans la protection hygiénique et là tout change. 

Comment vous êtes venu l’idée de créer la marque Moodz avec votre associé Claire Schultz? 

J’ai commencé toute seule et Claire m’a rejoint après. J’ai eu l’idée en 2017 et je me suis lancée en 2018 dû au scandale sur les protections hygiéniques. J’étais en train de changer d’agence, je vais dîner avec une amie et je lui parle de ce qu’on a comme protection hygiénique. J’étais choquée du peu de protection adapté qu’on avait. Elle me dit, mais Caro moi je rentre de New York , il y a 2 choses qui marchent en ce moment c’est les tampons et les culottes menstruelles.

Donc on comment toutes les 2 à se poser la question de créer une marque de tampons bio. Début 2018 moi je m’intéresse de plus en plus sur le marché des culottes menstruel donc je teste et par la suite ça a été une vraie révolution dans ma vie personnelle, j’ai trouvé ça hyper confortable beaucoup plus simple, beaucoup plus écologique.

Ce qui m’a intéressé c’est aussi la partie psychologique, car à travers une pièce de lingerie on peut faire passer différents messages que ce soit : sur l’image du corps de la femme , des personnes menstrues…Après ça j’ai commencé à préparer le premier produit et les premiers prototypes. Un an après j’ai rencontré Claire mon associé, qui a un parcours totalement différent, elle vient de banque d’affaires ou elle a travaillé pendant 7 ans à Londres et à NY. À travers elle j’ai trouvé quelqu’un de complémentaire. 

Pouvez-vous m’en dire davantage sur la marque ?

Si j’ai à résumer la marque, vaste question je pense qu’il y a 4 vraiment point-clé sur Moodz : on est la marque qui porte la voix des nouvelles générations. On est la marque qui capture le mieux leurs aspirations leurs envies. On a réussi en peu de temps à être à la fois innovante mais aussi engagée et mode. On est aussi la marque la plus inclusive du marché, notamment avec une prise de position et nos engagements pour les personnes transgenres et non binaires. C’est des combats dans lesquels ils se reconnaissent beaucoup. 

Je pense qu’on est une marque ou la communauté est vraiment au centre de tout et ça pour moi c’est primordial parce que c’est grâce à la communauté qu’on a réussie à aller si vite, et c’est grâce à elle qu’on existe aujourd’hui. La communauté est encore aujourd’hui au centre de toutes nos réflexions, c’est-à-dire qu’on a un club de l’innovation ou dès qu’il y a un nouveau prototype on les fait tester à certaines de nos clientes.

Les 2 derniers points pour moi, c’est qu’on est une marque avec des efficacités techniques importantes, nos tissus sont certifiés oeko-tex. Les tissus sont aussi pensée pour être au niveau le plus responsable possible, avec des matières premières principalement à 95% du Portugal, Espagne, Italie et France et également la Turquie. On a une volonté qu’on appelle « Moodz in progress », c’est-à-dire de toujours s’améliorer. 

Je pense que c’est ça qui a permis d’aller aussi vite c’est l’engagement que nous mettons pour les autres parce qu’on est le premier driver de succès.

Quel était l’objectif premier de la marque? Quelle était sa vocation?

Au lancement c’est vraiment de permettre à toutes les personnes menstruées de mieux vivre leur règle. Maintenant au fur et à mesure que la marque évolue l’objectif reste le même. Au départ c’était vraiment d’arriver avec une solution qu’il soit déjà mieux techniquement mais aussi plus libérateur, plus des complexes sur le corps c’était vraiment ça l’objectif. 

Au fur est à mesure on est en train de s’affirmer, l’objectif c’est aussi de permettre aux gens d’exprimer leurs personnalités de créer « leurs propres règles ». C’est des objectifs qui restent les mêmes encore aujourd’hui. 

Nous remarquons aussi que votre communication, sur les réseaux sociaux ou sur votre site internet est très coloré est ce que c’est pour vous une manière de dédramatiser un sujet tabou ?

Alors sans doute je ne conscientise pas trop de manière assez subjective parce que moi j’aime bien la couleur et que j’avais aussi envie d’une marque qui soit vivante.

En lingerie, ou protection hygiénique on a principalement des couleurs assez ternes, moi j’avais envie d’incarner un peu plus la réalité. Une femme c’est doux mais parfois c’est aussi dynamique. C’est un moyen de rendre les choses plus vraies et de changer le regard sur les menstruations donc ça c’est pour nous c’est hyper important. 

Pouvez-vous nous en dire davantage sur vos différentes différentes gammes de produits ?

On a 3 gammes de flux : on a une gamme pour flux moyen qui en moyenne dure entre 8 et 12h qui absorbe l’équivalent de tampon, ça c’est vraiment notre gamme d’entrée. Après on a une gamme pour flux abondant qui elle dure entre 6 et 12h et une gamme grand flux.

On a également formes, et aussi un boxeur super abondant qu’on a sorti en avril et là qui absorbe encore plus. On a plusieurs formes : culotte, shorti, taille haute et on vient de sortir en juin des maillots de bain

Comment l’idée de créer une ligne de maillots de bain vous est elle venue?

Des clientes. Les clientes évoquaient que ce serait bien d’avoir un maillot de bain. Nous on y pensait déjà, parce que ça serait quand même cool d’avoir un maillot de bain et que ce serait la suite logique.

Comment voyez-vous le futur de moodz ? Qu’est-ce que vous aimeriez améliorer et quels sont vos projets futurs ?

Je pense que le futur de la marque ça va être de faire grandir l’existence. Actuellement, on a créé des fondations qui sont : engagement, innovation, la possibilité et la communauté et ça c’est comment demain on arrive à agrandir cela, tout en mettant en œuvre avec ces valeurs-là. 

Ce qui a fait le succès c’est qu’on a toujours pensé impact avant de penser business. On a toujours pris des positions en se disant que la première chose importante c’était l’impact et je pense que le boxeur qu’on a lancé pour les personnes transgenres et non binaires c’est là.

On avait juste envie de mettre en lumière des personnes qui étaient sous-représentées , c’est les mettre en lumière dans toute leur entièreté et leur personnalité. C’est cette dynamique-là qu’il faut qu’on garde c’est comment on arrive en grandissant à garder cette liberté d’impact et d’action et je pense que c’est tout ce qu’on peut nous souhaiter.

http://moodz.co

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :