Home Art de vivre On trouve tout à la Samaritaine

On trouve tout à la Samaritaine

by pascal iakovou
0 comment

La Samaritaine décloisonne les univers de la mode pour une offre hétéroclite en constante évolution. Une sélection avisée de pièces des grands noms du luxe statutaire, des marques françaises incontournables mais aussi des pièces exclusives de créateurs émergents. Des vêtements aux souliers en passant par les sacs, chaque étage est l’occasion de piocher dans les différents univers pour créer une silhouette originale.

Côté Pont-Neuf, le luxe et les créateurs

Comment définir l’élégance? Une façon de porter l’air de rien une veste richement brodée avec un jean de créateur, d’associer sans complexe un sac de luxe et des baskets en édition limitée. Bonne nouvelle pour les adeptes de cette silhouette parisienne: la Samaritaine côté Pont-Neuf débride la mode en regroupant le très haut de gamme comme le designer émergent sur chaque niveau. La fine fleur de ce qui fait la mode aujourd’hui: lesincontournables du luxe, les créateurs qui défilent dans les Fashion Weeks et les marques françaises accessibles et celles confidentielles qui aimantent les fashionistas saisons après saisons. Besoin d’aide pour trouver la tunique la plus cool du moment ou savoir associer des souliers à la robe phare de la saison? Les conseillers de vente et les personal stylists ne sont jamais loin pour accompagner les clients pendant leurs emplettes.

Au rez-de-chaussée, on accessoirise !


Au choix,
des grands noms de la maroquinerie (Dior, Louis Vuitton, Céline…) qui possèdent leur propre boutique, des multimarques thématisés autour des maisons incontournables de la création française (Jérôme Dreyfuss, Isabel Marant, A.P.C….) ou les sacs des nouvelles marques dénichées de la saison (le Néerlandais Wandler, Dragon Diffusion, Danse Lente ou encore les pièces-bijoux de Vanina).

Au premier étage, la femme s’habille !


Un étage entier dédié à la mode féminine, du luxe jusqu’aux marques du moment,
s’articule autour de trois uni- vers pour s’initier au fameux «mix and match» parisien. Autour du grand escalier, sous la verrière, le parquet clair et les tapis sur-mesure reflètent l’univers du luxe avec des maisons emblématiques (Dior, Fendi, Gucci, Prada…). Envie d’une pièce de créateur ? Direction la partie consacrée aux designers (Loewe, Dries van Noten, Alexander McQueen, Marni, Chloé, Sacai, Alaïa…) Autour de ces maisons très établies, la mode créative, accessible et rassurante (Sandro, Maje), des marques pour des silhouettes plus pointues (Self-Portrait, In The Mood For Love), un look très parisien (Rouje) ou scandi cool (Ganni, Nanushka, Rotate…). Un espace incubateur met en avant des jeunes talents du moment (Awake, Petar Petrov, Gauchere ou Khaite) pour jouer la carte avant-gardiste. Enfin, pour accessoiriser sa tenue, on jette un œil aux pièces de maroquinerie de niche au savoir-faire artisanal (Maison Moreau, Rosantica…), de joaillerie fine et à la sélection de couvre-chefs tels Maison Michel et Lack of Color.

Au quatrième étage, la femme se chausse !


Pour trouver soulier à son pied,
La Samaritaine a réuni une cinquantaine de marques pour la gent féminine sur un plateau baigné par la lumière qui filtre par la verrière historique. S’y côtoient les grands noms du luxe (Chanel, Dior, Gucci, Jimmy Choo, Manolo Blahnik, Christian Louboutin…), les maisons plus confidentielles (Victoria, Alaïa, The Row, Wandler…), les créateurs (Giannico, By Far, Ganni, Studio Amelia…), les collaborations (Gia x Pernille Teisbaek) et les marques emblématiques du savoir-faire français (Michel Vivien, Carel, Roger Vivier, Repetto, Isabel Marant, Bobbies, Veja).

Au troisième étage, place à l’homme de la tête aux pieds !

Le vestiaire masculin est décliné du statutaire classique (Louis Vuitton, Dior, Gucci…) à une silhouette plus streetwear de luxe (Off-White, Balmain et Stone Island) pour un homme pointu et international.
Pour faire son choix dans l’espace multi- marques (Acne, Maison Margiela, Thom Browne…), on s’installe dans de grands canapés modulables. En prime, les accessoires made in France signés Bleu de chauffe, la maroquinerie au classicisme chic Smythson ainsi qu’une sélection de souliers allant des boots de Saint Laurent aux baskets iconiques d’Alexander McQueen, en passant par les chaussures Balmain, Acne, ou encore Balenciaga…

Côté Rivoli, un vrai concept store

Le bâtiment en verre de la rue de Rivoli se veut un terrain de jeu pour le visiteur, invité à découvrir les dernières tendances de mode urbaine, tout en sirotant un espresso devant des oeuvres de street artistes.

Le sweat de la dernière marque streetwear dont on parle, un café siglé, un teeshirt de la nouvelle marque californienne, un petit beurre sur-mesure, une paire de baskets en édition limitée, une montre unisexe made in Japan… Côté Rivoli, la Samaritaine s’affranchit des codes traditionnels des grands magasins pour imaginer un espace urbain façon concept store. Un magasin dans le magasin, transversal, en mouvement, à l’image de son décor brut industriel signé ciguë. Mode, accessoires, beauté, restauration, horlogerie, art et même high-tech puisque Devialet y a installé son emblématique Soundbox, tous les univers se côtoient dans ce décloisonnement des genres qui plait tant aux Millennials.

Côté mode, le rez-de-chaussée propose pour les hommes une sélection pointue et edgy à travers les créateurs les plus plébiscités du moment (JW Anderson, Sunnei, Ambush…), les designers (Marni, Casablanca, Ahluwalia, Juun.J…) et la jeune relève de la création française telle que EGONlab.

Côté féminin, les collections mixent habi- lement le loungewear des Danoises de Rotate, les capsules de Ganni, de Nanushka, les marques coréennes (Pushbutton, System) et la mode ultra minimaliste de The Frankie Shop.

Au premier étage, aux côtés des marques streetwear (Billionaire, Carne Bollente…) et de l’espace de baskets éthiques SHINZO Green, les noms qui font la silhouette pari- sienne (A.P.C., Maison Kitsuné, Etudes, Atelier de Nîmes) alternent avec un espace outwear unisexe (Canada Goose, North- face, Patagonia…) pour parfaire son look.

Dans un décor avec murs bruts, statues antiques jouant les mannequins, vis apparentes et plots façon chantier, les portants multimarques, les éditions limitées, les espaces éphémères et les ateliers de personnalisation ponctuent l’espace qui va sans cesse créer la surprise en se renouvelant fréquemment.

Une horlogerie-joaillerie exclusive

Ici, le collier d’un grand nom de la joaillerie, là, une montre d’exception, plus loin, la pièce unisexe d’un jeune créateur… La Samaritaine décloisonne les codes de l’horlogerie et de la joaillerie en regroupant au les grands noms et les jeunes pousses. À l’image du « mix and match » qui anime la mode, on peut aussi bien craquer pour un bijou précieux que se faire plaisir avec une pièce fantaisie.

Côté Pont-Neuf

Au 2e étage, entièrement dédié à la joaillerie et l’horlogerie, place aux grands noms de Blancpain à Vacheron Constantin, de Chaumet à Tiffany qui reçoivent dans leur boutique. Baigné par le reflet des métaux précieux, le mobilier en métal brossé et l’éclairage naturel qui filtre par la trémie, on prend le temps d’essayer aussi les pièces de créateurs de joaillerie comme Stone, JEM, Yannis Sergakis et la sélection du pop up de l’agence Pink Heater (Cedille, Tsura, Kavant…). Envie d’un garde-temps précieux? L’horloger Bréguet installe à la Samaritaine son unique point de vente dans un grand magasin parisien.

Au sous-sol, au coeur de l’univers de la beauté, on retrouve les montres et bijoux fantaisie de Swarovski, APM Monaco, Michael Kors ou encore Swatch.

Au rez-de-chaussée, Van Cleef & Arpels, Cartier et Bulgari possèdent chacun leur propre boutique. À leur côté, un espace multimarques abrite de la joaillerie fine signée Monsieur, Lovingstone, Ginette NY… mais aussi en exclusivité, Pascale Monvoisin.

Au 1er étage, dans l’espace prêt-à-porter, une partie consacrée au bijou fantaisie et créateurs rassemble des pièces d’Aurélie Bidermann, Goossens, Gas, Completed- works ou encore en exclusivité, la Danoise Pernille Lauridsen.

Au 3e étage dédié à la mode masculine, une vitrine centrale propose une offre ciblée avec des bijoux mais aussi de petits acces- soires (boutons de manchette, pinces à cra- vate, porte-clés…). Au programme, Sibylle Von Munster qui lance ici en exclusivité sa collection masculine avec le dessinateur Jean-Marie Tixier mais aussi Tom Wood, Alice Made This ou encore Le Gramme.

Côté Rivoli

Au rez-de-chaussée du “concept store”, l’horlogerie se fait plus urbaine, plus accessible aussi. Dans cet esprit unisexe qui anime le bâtiment Rivoli, on retrouve ainsi Casio, Vasco en exclusivité, Daniel Wellington ou encore LIP.

La boutique de Loulou : une sélection éclectique

C’est le magasin dans le grand magasin ! La caverne d’Ali Baba pour dénicher un cadeau original de dernière minute ou rapporter un souvenir unique de la Samaritaine.

Pas le temps de flâner dans le grand magasin ? Direction Loulou, l’espace lifestyle de 200 m2 situé directement sur les quais, au pied du Pont-Neuf, et sa grande vitrine à la scénographie très visuelle. Dans le décor qui change régulièrement, Parisiens comme voyageurs de passage sont toujours surpris par la sélection minutieusement éditée qui reflète parfaitement l’esprit parisien, joyeux et raffiné de la Samaritaine! Mode, high tech, design, papeterie…, plus de 1 500 objets choisis par une équipe dédiée qui traque les coups de cœur, français mais aussi des quatre coins du monde, pour tous les budgets. On repart avec une carte postale, une pièce de designer, ou pourquoi pas un vélo pour arpenter les quais juste devant la Samaritaine.

A l’occasion de l’ouverture, Loulou pro- pose également plusieurs produits imaginés en exclusivité : des broches brodées Macon et Lesquoy, des affiches en série limitée de la maison d’édition Plakat, un goût Framboise-Rose-Litchi avec la

Confiture Parisienne, des bijoux laqués aux couleurs de la Samaritaine d’Elise Tsikis… C’est l’endroit parfait aussi pour s’offrir un produit siglé la Samaritaine: une soixan- taine de références dont des carnets de notes, des mugs ou encore des cabas en organza de soie qui revisitent d’anciennes publicités, des extraits de catalogues illus- trés, des éléments de la ferronnerie ou encore des motifs Art Nouveau du bâti- ment en les twistant graphiquement. Un petit morceau du patrimoine de la Samaritaine à emporter !

Dans la grande vitrine, les décors très visuels donnent des envies de posts Instagram. Pour le lancement, les clients sont invités à se prendre en photo dans un café parisien. À l’intérieur, loin des codes traditionnels du merchandising, les objets sont présentés selon des coloramas ou des thèmes. Avec une scénographie sans cesse renouvelée et une sélection toujours différente, Loulou casse les codes pour surprendre les visiteurs toujours en quête de nouveautés.

www.samaritaine.com


Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :