Home ModeFashion Week Backstage du défilé Guo Pei Printemps Eté 2020

Backstage du défilé Guo Pei Printemps Eté 2020

by pascal iakovou
0 comment

Par Nicolas Brulez pour Luxsure

Himalaya Collection Couture Printemps-Eté 2020 
« L’Himalaya est un sommet jamais atteint, mais qui m’a apporté d’innombrables rêves. Le pays d‘antan de la neige, la place où les âmes se reposent. Dans mon cœur je dessine avec précision sa silhouette. Le pic vertical magistral de son sommet enneigé et le froid glacial et silencieux ne peuvent pas réduire sa figure divine éblouissant dans mon cœur. Depuis des millénaires, elle symbolise la voie qui mène à la vérité, la maison des dieux et le temple de l’âme. 
J’aime le blanc de l’Himalaya. C’est le blanc immaculé qui relie le sommet enneigé de la montagne avec le ciel. Il est l’allégresse dansante des flocons de neige, il est la solitude de la montagne majestueuse. Il est aussi le reflet étincelant des rayons du soleil lorsqu’ils embrassent le glacier éternel. Le blanc de l‘Himalaya est si pur, si innocent. ll est la couleur qu’une âme devrait avoir, la pureté enfin atteinte après maints efforts spirituels. 
J’aime Ia hauteur de l’Himalaya, car c’est cette hauteur qui conduit au ciel, qui ne craint plus ni la vie, ni la mort, Ie paradis des braves gens, l’autre rive de la foi, le sommet qui contemple et domine le monde profane. 
J’aime aussi le silence de l’Himalaya. De sa hauteur est née Ia solitude, de la solitude est née le silence, du silence est née la pureté, de la pureté est né le sacré. .. 
L’Himalaya. Sur cette route antique, gelée depuis des milliers d’années, sont gravées les empreintes de gens solitaires à la recherche de la Vérité. Avec courage ils relévent le défi du dépassement de soi. Bravant la mort, ils n’abandonnent jamais la foi, tel l’éternel lotus qui éclot dans Ia neige. 
Le 22 janvier 2020 Guo Pei présente sa collection au Palais de Tokyo à Paris. Ce palais, pionnier de l’art contemporain, se transforme en un lieu saint, pays blanc de neige immaculée. La créatrice y raconte l’« Himalaya » de son imaginaire avec 22 pièces couture. 
Le lotus des neiges est l’élément central de cette nouvelle collection. Cette fleur rare, qui éclot dans la neige au-dessus de plusieurs milliers de métre d’altitude, garde une pureté hors du commun. Elle possède une forme initiale limpide et candide. Les tissus, de textures légères et aériennes, tels que les plumes, la soie, les voiles, sont utilisés par les artisans pour créer des lotus des neiges en fleur qui offrent un spectacle éblouissant. Les étamines sont faites de cristal et de perles, d’où jaillissent la force naturelle et la sagesse philosophique. Des tissus blancs moulant le corps sont également utilisés ; les couturiers se servant de plis à haute densité et de techniques de tissage afin de reproduire les différents états naturels de la neige : l’accumulation, Ia fonte et la cristallisation, recréent ainsi un merveilleux monde enneigé sur le vêtement. 
Guo Pei a choisi des tissus précieux venant des quatre coins du monde : tels ces brocards d’or chinois ou des tissus anciens Obi du japon, et les meilleurs tisserands ont créé des matériaux inédits pour cette collection. Parmi eux, les traditionnels kimonos japonais et l’antique tissu Obi de la ceinture ont été largement employés. La créatrice a abandonné le luxueux motif d‘origine au proñt du dos du tissus au tissage croisé, et laisse ainsi place à une illustration abstraite de la trace sinueuse et récurrente de la civilisation et des ramifications culturelles. Plusieurs ceintures de kimono ancien ont été découpées en morceaux de 10cmx20cm, puis recomposées par couleur et texture. La pièce est constituée d‘une centaine de parcelles de tissus, et tout comme la culture adossée à une histoire millénaire, diversifiée par les traditions régionales et muée par les changements d’époque, elle aboutit à une création commune de Ia splendeur de la civilisation du monde. 

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :