Home Mode Alberto Biani présente la nouvelle collection Femme SS20

Alberto Biani présente la nouvelle collection Femme SS20

by pascal iakovou
0 comment

Rock&Work Des citations sans aucun lien (apparent) : du rock au workwear. Les années 70, celles des Rolling Stones et de l’European Tour de 1973. Car il s’agit également de confessions. Alberto Biani et ces escapades pour assister à quelques-unes de ces 22 dates. Puis les albums, écoutés en boucle, et les vidéos d’aujourd’hui. Mick Jagger, à l’époque, avec ses vestes archi longues ou archi courtes, puis soudainement Michael Jackson avec Billie Jean, son smoking et ses pantalons archi serrés. Tous deux des inspirations énergiques, pour diverses raisons, mais conduisant au final à un résultat identique : une élégance naturelle, en dépit des mélanges jugés à cette époque de mauvais goût. Il s’agissait plutôt d’erreurs intelligentes. Ainsi, on se retrouve à nouveau dans l’océan des dichotomies, des taches et des excès. Tout cela avec une même clé stylistique et précise. Une essence virile qui devient féminine à l’extrême. Un smoking protagoniste, car il y a bien sûr les stars. Mais pas seulement. Une synthèse extrême de l’élégance. Une désacralisation du smoking, c’est un jeu. Un hommage impératif. Le plus gracieux ? Celui en satin duchesse blanc. Le prix ? En tissu de cravates. Sur scène, voici LE workwear… de star. Les cargos se transforment en précieuses histoires grâce à ce jacquard de viscose et de coton qui les rend uniques et chics. Et ces nouveaux pantalons toujours un peu trendy, les Chaplin : amples et classiques mais avec des poches de jeans. En vérité, une collection comme l’on n’en a jamais vu, aucune préférence en matière de vêtements : le look est une question de personnalité, de liberté. Nous y retrouverons par conséquent des jupes, des pantalons, des liquettes, des vestes et des tuniques à parts égales. Démocratie d’utilisation. Superpositions autorisées. Impressions des plus farfelues, contraste de taches, dessins d’archive style années 50, fleurs, lignes et pois. Une palette de couleurs variée : du vermillon au fuchsia, en passant par le chair, mais aussi du citron vert, du bleu clair, du noir et du tabac. Des ensembles en Lurex or et argent tout aussi surprenants. Après tout, le groupe de Biani jouerait-il uniquement du rock ?

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :