Home ModeFashion Week Défilé Haute Couture Julien Fournié SS18

Défilé Haute Couture Julien Fournié SS18

by pascal iakovou 13 février 2018 0 comment

Premier Éveil
Printemps-Été 2018
Défilé du 23 janvier 2018
Julien Fournié compose un vestiaire en compagnie des héroïnes asiatiques qui peuplent son imaginaire. Qu’elles soient personnages d’anime, impératrices, épouses, danseuses, protagonistes des films de Zhang Yimou, de Chen Kaïge ou des romans de Yasunari Kawabata, leur retenue signe leur élégance.
Dans des lignes résolument 1950, le minutieux travail d’aiguille du couturier français mixe à de nobles étoffes unies, des jacquards anciens adoptés, inspirés ou réinterprétés à partir du patrimoine textile de l’Extrême-Orient. Dans des trompe-l’oeil de robes qui flottent au-dessus du sol s’incrustent tour à tour les traces du kimono japonais, les empreintes du hanfu chinois ou du qi-pao mandchou. La Haute Couture joue ici avec les codes pour mieux les transcender en osant le pois sur un serre-taille de tradition asiatique, en ornant de tuyaux d’orgue un fourreau « cheongsam », en ajoutant à une basque les reliefs d’un obi, en brodant sur une robe quelques glycines recréées dans le même tissu, façon véritable origami de geisha. La palette s’interdit le noir et favorise les tons poudrés, les dégradés du bambou et les brillances rosées, voire le reflet de la laque. Les transparences des tulles et des dentelles privilégient les superpositions et tamisent délibérément les brillances pour davantage de pudeur.
Le drap de soie s’impose et sculpte les corps dans des coupes près du buste dont les emmanchures font la part belle aux secrets de la Haute Couture. Le cuir s’immisce ici ou là pour acérer la taille ou fuseler la jambe. Chaussées de salomés à multi-brides en kaléidoscope de cuirs aux couleurs de la
saison, les mannequins s’élancent sur un rythme soutenu. Maquillage, coiffure, lumière, musique confirment le caractère futuriste de cette esthétique. Tempes étirées, cheveux plaqués au plus près du crâne signent l’éveil de ces femmes à une nouvelle conscience. Comme ces interprètes de Butô, de Nô ou de Kabuki qui, après leur spectacle dans leur loge, éveillent leur personne sous des traits plus vulnérables, révélant davantage de compassion.
C’est à cet éveil-là que convoque Julien Fournié : celui d’une esthétique propre qui mêle les meilleurs secrets hérités de la Haute Couture parisienne à d’autres savoir faire artisanaux reconnus et identifiés, sans craindre de les associer aux technologies numériques. Loin de tout caractère ethnique ou identitaire, pour constamment réinventer l’esprit même de la Haute Couture, Julien Fournié fait rimer tradition avec innovation pour exprimer une nouvelle conscience cosmopolite.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :