869 Views |  Like

Maison Francis Kurkdjian présente ‘Les Maisons de la Maison’

Toutes les créations de Francis Kurkdjian racontent une histoire sensorielle dont le parfum est naturellement le héros. Les histoires qu’il vous raconte aujourd’hui à travers sa nouvelle collection de bougies parfumées sont liées à l’intime, à ses souvenirs, à des instants présents.

Traduites en couleurs et en odeurs, la collection de bougies réunies sous la dénomination « les maisons de la Maison » est composée de cinq bougies faisant échos à cinq maisons dans lesquelles il a habité ou habite encore.

Rue des Groseilliers : C’est la rue de mon enfance. Située à une vingtaine de kilomètres à vol d’oiseaux de Paris, la demeure familiale était bordée d’un petit jardin potager. L’été venu, Rue des Groseilliers, baies rouges et colorées, sucrées et acidulées faisaient le délice des petits et des grands. Aujourd’hui, ces saveurs se révèlent dans cette bougie qui traduit mes souvenirs d’enfance.

Anouche : Ce mot mélodieux ravive la saveur du petit appartement de mes grands-parents maternels auprès desquels j’ai vécu quelques années non loin du château de Vincennes. Anouche capture le souvenir indélébile de la confiture de pétales de rose dont ma grand-mère avait le secret. Une bougie suave, fleurie, légèrement miellée et épicée, soutenue par une brassée de coings.

La Trouverie : Ancienne ferme perdue dans un lieu-dit du Perche, La Trouverie fut le théâtre de mes échappées belles pour jouer à cache-cache, construire des cabanes en bois et chasser les papillons. Cette bougie redonne vie à mes souvenirs d’enfance à travers une douce odeur de paille fraîche qui chatouille le nez, côtoie la lavande et joue avec le thym et le romarin.

Les Tamaris : C’est mon petit coin de paradis situé sur la côte Atlantique, entre Bordeaux et La Rochelle ; une maison de famille nichée en pleine nature où seuls le chant des grillons et le craquement des pins parasols résonnent.Les Tamaris, comme le vent estival, transporte les effluves des immortelles et des acacias qui bordent les chemins menant au bord de la mer.

Au 17 : J’aime Paris, sa magie, sa vibration et son esprit de liberté. Au 17, adresse de mon refuge dans la Ville Lumière, règne une ambiance cosy et éclectique où les dîners intimistes, les soirées animées et les doux lendemains se vivent à la lueur de cette bougie aux effluves de feu de cheminée et d’encens japonais.

 

www.franciskurkdjian.com