Home Mode Schiaparelli Haute Couture Printemps/Eté 2016

Schiaparelli Haute Couture Printemps/Eté 2016

by pascal iakovou
0 comment

Haute Couture
Printemps/Eté 2016

« Un dîner de Gala ou les plaisirs du goût »« Manger n’est pas qu’un plaisir matériel. Bien manger confère à la vie une
joie spectaculaire, contribue énormément à la bonne volonté des hommes et à
l’heureuse entente. Moralement, c’est fort important. »
Elsa Schiaparelli, Shocking Life, 1954Insuffler de l’extraordinaire dans l’ordinaire touche à l’essence même de la Haute Couture. L’histoire d’une table dressée pour un festin inspire une collection touchée par la grâce. Chaque plat se mue en une opulente délicatesse. L’osmose du beau et du bon n’a d’égal que la munificence de silhouettes éveillant les sens. L’exquis se touche des yeux. La gourmandise met les papilles en émoi : hier, au sous-sol de l’hôtel particulier d’Elsa Schiaparelli transformé en trattoria pour dîners entre amis et aujourd’hui où un tel moment anodin d’art de vivre peut étrangement devenir un acte de résistance.Elsa, Louise & Gala pratiquent une cuisine relevant de l’alchimie. L’art se régale des arts de la table. Louise Bourgeois donnait vie aux textiles de l’office. La rayure d’un torchon du XIXème tisse désormais sa toile en une veste structurée au graphisme arachnéen. Les recettes de Gala Dali inspiraient à son mari des compositions surréalistes. Fruits, légumes et autre homard s’accommodent en motifs se jouant de leur relief, forme et couleur.

La verticalité du style Schiaparelli est renouvelée par une légèreté empreinte de transparence. La cigaline rose shocking s’évapore en tuyaux d’orgues et plissés soleil. Un souffle de franges de chanvre fait écho à des tresses de lin. La sensualité des matières naturelles caressant la peau ne voile pas une tension sous-jacente propre à l’allure Schiaparelli. Les broderies de porcelaine dorée à la feuille d’or sont enchâssées dans un crochet de soie. Savoir-faire et sensibilité se conjuguent dans des élaborations rares. Applications et incrustations d’agneau plongé multicolore se fondent en une scène de table de fête. Un blouson de motard cristallise un soleil d’épis de blé et de raphia révélant un tableau à la poésie organique.

Les bijoux sont tels des amuse-gueule réinventés: cœurs transpercés de crevettes, cadenas ailés surplombés d’une coquille d’œuf ou élixir d’iris. Les salomés au talon pois gourmands imprimé 3D déconstruisent un visage sur le coup de pied. Le panier de pique-nique en osier se métamorphose en minaudière Stamp, affranchie du profil d’Elsa en émail telle une invitation à un dîner de Gala…

 

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :