Home Art de vivreCulture Que penser du procès mené à l’encontre d’Eleven Paris ?

Que penser du procès mené à l’encontre d’Eleven Paris ?

by Manon Renault
0 comment

La marque Eleven Paris se retrouve au centre des projecteurs, mais le contexte ne lui offre pas la meilleure des lumières. Beyoncé, Pharrel Williams Kayne West et Rihanna ont décidé de poursuivre la marque qui utilise leurs noms et visages sur différents vêtements et accessoires.  Ces détournements faits par la marque de prêt-à-porter sportwear, ne semble pas au goût des artistes…

Pourtant leur nom et leur renommée ne fait-elle pas de Beyoncé ou Kayne West de nouveaux symboles , qui sont passés dans le domaine public ?

200

Avant il fallait souvent attendre le doux moment de  mort pour atteindre le statut de légende. Désormais, les artistes deviennent des divinités de leur vivant, depuis leur simple condition de mortel. Leurs figures sont reconnues par tous, leurs noms deviennent des noms commun et donnent lieu a des expressions familières. Beyoncé porte avec elle tout un ensemble de connotations : femme indépendante et emprunte de pouvoir, des courbes à faire tomber à la renverse,  un mari nommé Jay-Z, ou encore une réussite qui se traduit par une influence et en dollars (Beyoncé et Jay-Z sont tout les ans à la tête du classement Forbes). De même , à l’image de Kayne West se joint tout un imaginaire.
La marque Eleven Paris n’utilise pas de simples célébrités ou starlettes qui sont dans le besoin : la marque utilise des symboles institués de la culture contemporaine .

orig-22750958.jpg

Ces derniers reprochent à Eleven Paris, une utilisation frauduleuse de leur image, à des fins  pécuniaires. Il est vrai que la marque fait des profits grâce à ses t-shirt à l’effigie de Rihanna ou Kayne. Les avocats ont relevé environs 60 violations à l’encontre de la lois faites par Eleven Paris….

images-1 images-2 images-3 images-4images

Cependant ne renforce t-elle par leur statut de légende ? Ne permet-elle pas à ces dieux une publicité supplémentaire et une appropriation plus ludique par le grand public…
Certes, chacun devrait rester maître de son image. Il n’est pas forcément plaisant de faire l’objet de jeux de mots comme  » Kayne is my Homie » ou « Pharrel is my Brotha ». Chacun devrait être en droit de maîtriser son image public et les produits fait sur son nom. Cependant le grand public n’est pas crédule : il fait la distinction entre le travail fait par un artiste et un produit fait à partir d’un artiste. Pas d’amalgames…

Eleven Paris s’est fondé sur le détournement d’objet et de représentant de la culture populaire. C’est part de l’ADN de la marque. Ces détournements ne sont pas insultants et ont plutôt tendance à assouvir le statut de demi-dieu des concernés.

solange-elevenparis-campaign

Du pour et des contres. Notons que pour certaines célébrités, des faits paradoxaux sont à prendre en compte. Solange Knowles, la petite soeur de la Queen B , a été égérie pour la marque. Quand à Kayne West, sa demi-soeur- Kendall Jenner- a été vu portant à plusieurs reprises des t-shirt de la marque.

Enfin qu’en est-il de Kate Moss ou Iggy Pop ? Vont-ils suivre dans le flot de plaintes ?

La marque n’en serait pas à son premier déboire avec ces célébrités et aurait déjà été alertée. La production a continué malgré les demandes de retraits de ventes…Alors faut-il courrir dans les boutiques Eleven Paris pour se procurer les derniers T-shirt  avec Rihanna qui porte une moustache ? ( Cette dernière à déjà gagné un procès à l’encontre de Topshop qui vendait des t-shirt comportant son visage alors qu’elle n’avait pas été convoquée)….

Coup de pub pour qui ?

images-5 Einstein portera-t-il plainte ???

 

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :