Home Horlogerie et Joaillerie BVLGARI DIAGONO ULTRANERO CHRONOGRAPHE : Quatre visages pour une forte personnalité

BVLGARI DIAGONO ULTRANERO CHRONOGRAPHE : Quatre visages pour une forte personnalité

by Andrea Popa
0 comment

En se présentant entièrement noir, ou paré d’aiguilles et d’index rouges ou jaunes, voire avec une lunette d’or, le chronographe Diagono Ultranero de Bvlgari montre pour sa collection 2014 quatre aspects différents de son caractère. Quatre visages pour une forte personnalité.

Il est en avance sur son temps mais donne l’heure parfaitement juste. Il est précieux mais ne brille pas. Il s’inscrit dans une gamme reconnue et prisée, mais il est unique et nouveau. Son nom ? Diagono Ultranero.

Imaginés pour un usage quotidien et intensif, axé sur l’efficacité, sans renoncer au raffinement et à l’élégance, les chronographes à trois compteurs Diagono sont voués à accompagner leur possesseur vers les plus hauts degrés de performance et de précision. Son patronyme est en soi une destinée, puisque Diagono dérive du terme grec ancien « agon », synonyme de compétition.

Déjà, il y a un quart de siècle, la première montre Diagono présentée par Bvlgari était déroutante : au-delà du dessin classique de son cadran, inspiré par le discobole de Myron, symbole sportif universel puisant dans la culture des athlètes antiques, son boîtier était façonné dans de l’aluminium. Ce matériau léger et résistant est depuis longtemps privilégié pour la compétition, notamment
automobile, mais curieusement il était quasi inconnu en haute horlogerie de luxe.

En gravant son empreinte en toutes lettres sur sa lunette, à la manière des créations horlogères les plus emblématiques de la célèbre maison romaine, Bvlgari donne ses lettres de noblesse à cette collection de montres chronographes de caractère, renouvelée en 2014 par quatre variations très
singulières, faisant appel aux matériaux technologiques de l’époque : carbone ou céramique.

Parti pris résolument contemporain, le boitier rond de 42mm, en acier traité en surface selon la technique DLC (Diamond Like Carbon) connue pour sa résistance aux aléas d’utilisation comme les éraflures, s’habille, dans les quatre nouvelles versions, de noir profond. Complétés par des bracelets de caoutchouc renforcé d’inserts en acier satiné, ces montres bracelets polyvalentes et étanches à 100 m, seront aussi à leur aise au poignet de l’homme-grenouille en tenue de plongée que du prince charmant en habit de soirée.
Jouant de subtils effets de contrastes, chaque modèle se pare, pour la lisibilité parfaite de son cadran, de fines touches de couleurs : jaune, rouge, blanc ou or. Ainsi, la trotteuse de chronographe, le chemin-de-fer de la minuterie ou les graduations de sous-compteurs se distinguent-ils d’un garde temps  à l’autre, sans rompre l’harmonie et l’homogénéité de la famille Diagono, et accentuant, avec le revêtement Super-LumiNova, la facilité de lecture des instruments de mesure, commandés par des
poussoirs d’acier, ou de la date affichée dans un guichet.

image005

Les quatre chronographes, fabriqués en Suisse par la manufacture Bvlgari, sont mus par une même mécanique : le calibre manufacture B130, un mouvement à remontage automatique de 37 rubis, dont le balancier décrit 28’800 alternances par heure.

Disponible à partir du printemps 2014, les chronographes Diagono Ultranero disposent de 42 heures
de réserve de marche : l’aventure peut commencer !

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :