Home Art de vivreCulture BORIS VIAN L’insolent

BORIS VIAN L’insolent

by Sophia Lafaye
1 comment

Boris Vian, tendant à l’absolu, incandescent, splendide d’insolence, fascine. Talentueux, musicien, auteur de l’Ecume des jours, l’Arrache-cœur et quelques autres romans, écrivain de pièces de théâtre surprenantes, de poésies, l’artiste a su se jouer des conventions. Sa vie parisienne, son attachement à l’univers de St Germain-Des-Prés, sont bien connus, documentés. Son enfance, moins. Le Contentin dévoile une partie de celle-ci par une exposition très dense.

Le manoir de Tourp, manoir-ferme du XVIIème siècle, abrite la présentation. Celle-ci met en exergue les instants forts de sa vie d’artiste mais également certains, plus intimes, liés à son enfance. Six cents documents, des clichés, .. La promenade est attrayante.

De 1920 à 1939, Boris Vian est venu en famille passer ses vacances à Landemer, au Cap de la Hague. D’où viens-tu Boris ?, recentre le propos et permet, touche par touche, d’entrapercevoir les contradictions, la quintessence et l’étendue de son art. Photographies, écrits, manuscrits divers, permettent d’envisager son existence, son génie. Certains éléments prêtés par la famille offrent une vision inusuelle sur son vécu.


Des extraits de films le révèlent, acteur inattendu de scénettes familiales, rôles secondaires dans de grandes productions ou des courts métrages. (St Tropez, devoir de vacances, la Joconde, etc.. ). Des fascicules de scénarios montrent son implication dans leur écriture..

Des bornes d’écoute permettent de s’adonner au surréalisme de ses chansons. Quelques 500 sont à compter à son actif. La Java des bombes atomiques, Le tango interminable des perceurs de coffres forts, .. sont quelques exemples jouissifs de ses possibles. Quelques archives évoquent ses liens artistiques avec Salvador Dali, Serge Gainsbourg. Ses collaboration avec Duke Ellington, Miles Davis, sont connues tout comme leur amitié. Son implication à défendre le jazz et lui a donné envie d’intégrer plusieurs orchestres. Trompettiste ingénieux, il a su s’attirer la considération de quelques autres grands talents. Quantité de ses contemporains l’admirèrent et louèrent, à juste titre, sa capacité à métamorphoser les choses, les êtres. Quéneau, de ceux-ci, écrivait dans la préface de l’Arrache Cœur, sa confiance en l’artiste, « Boris Vian va devenir Boris Vian’.

Une très belle et émouvante mise en perspective d’un travail d’exception et d’une époque. Cette exposition permet d’approcher au plus prés cet être incroyable. Le visiteur, comme en partance pour un ailleurs exaltant, devient le témoin de la transfiguration du réel en Art

Afin de parfaire cette mise en lumière, trois sculptures animées ou ‘objouets interloquants’ scandent le parcours.
Elles ont été crées par Guénolé Azerthiope et comportent des allusions à cette enfance contentinoise. Ludiques, elles permettent de se remémorer, au-delà de leur intérêt esthétique, l’attachement de Boris Vian au surréalisme.

D’où viens-tu Boris ?
Exposition jusqu’au 23 décembre 2012
02 33 01 85 89

www.letourp.com
Entrée gratuite

Related Articles

1 comment

Josianne 19 novembre 2012 - 11 h 48 min

Intéressante expo (gratuite en plus) ! Merci pour l’info !

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :