Home Horlogerie et Joaillerie Wallace Chan, maître joaillier d’exception

Wallace Chan, maître joaillier d’exception

by pascal iakovou
0 comment

Wallace Chan, maître joaillier d’exception

Le talent créatif de Wallace Chan dépasse l’art joaillier, il crée des œuvres uniques qui défient tous les codes.

De la Wallace Cut, révélée en 1987, à la maîtrise révolutionnaire du titane en joaillerie, le nom de Wallace Chan a souvent été associé par les médias et les connaisseurs aux élogieux qualificatifs de « lapidaire de génie », « inlassable précurseur », et « maître joaillier ». Aujourd’hui, Wallace Chan est une des signatures joaillières les plus recherchées par les collectionneurs avisés et exigeants. Les plus grandes maisons de vente aux enchères, dont Christie’s et Sotheby’s, ainsi que les plus grands musées et galeries, proposent et exposent ses créations joaillières et œuvres d’art. Des créations appréciées par de nombreuses célébrités ainsi que par d’éminents membres de familles royales.

En 2009, Wallace Chan est distribué aux Etats-Unis au sein des prestigieux grands magasins Bergdorf Goodman et Neiman Marcus. En 2010, Wallace Chan, fondateur et directeur artistique de la marque, est le premier artiste joaillier contemporain auquel le musée de la Capitale de Pékin consacre une rétrospective.

Brooch_Stilled Life by Wallace Chan


A l’automne 2012, Wallace Chan a été la première et la seule marque de joaillerie asiatique et chinoise invitée à exposer lors de la Biennale des Antiquaires de Paris. Les créations de Wallace Chan ont ainsi aux côtés de celles des plus prestigieuses maisons de la Place Vendôme.

Avec Wallace Chan, le design joaillier quitte le champ traditionnel de la joaillerie et entre dans une nouvelle dimension, celle des œuvres d’art que l’on peut porter. Chaque création de Wallace Chan raconte une histoire unique ou illustre une pensée philosophique. Elle est la somme d’un design novateur, d’un savoir-faire incomparable et d’une technique révolutionnaire. Elle synthétise la philosophie et la littérature orientales, le langage de la nature et la passion d’un conteur pour la création d’emblématiques œuvres d’art qui défient toute catégorisation.

« Chacune de nos créations joaillières a sa nature propre, son caractère et sa qualité. ‘Délimiter le spirituel par la forme’ a toujours été ce qui a nourri ma créativité. Les pierres précieuses me fascinent par leurs couleurs éclatantes. Leurs lignes me guident, leur diversité de formes et de tailles m’inspire et le langage de leur âme me touche. Mon intention n’est pas de créer des pièces de joaillerie qui ne seraient qu’un élégant et cher assemblage de pierres précieuses. Je veux créer des pièces surprenantes, des créations joaillières qui ne cesseront jamais d’étonner leurs propriétaires en leur révélant de nouveaux éléments, en leur procurant des sensations différentes et des réactions exquises, pour que l’histoire de chacune de nos pièces continue d’être alimentée », explique Wallace Chan, fondateur et directeur artistique de la marque.

Wallace Chan rend hommage à l’Art de la joaillerie orientale à la 26ème « Biennale des Antiquaires »

Wallace Chan, maître joaillier de renommée internationale, a fait ses débuts à la Biennale des Antiquaires en septembre, en présentant 50 bijoux incarnant l’essence de la philosophie orientale et inspirés par son amour de la nature et de l’humanité.

Pour sa première participation à la Biennale, le maître joaillier glorifie l’harmonie entre l’homme et la nature. Il est inspiré par le célèbre philosophe chinois, Zhuangzi, pour lequel tous les êtres vivants ne font qu’un. L’Homme considère que ce qui est beau est rare est précieux, et ce qui est laid est négligeable. Mais l’insignifiant peut être transformé en quelque chose de rare et précieux, et inversement, ce qui est rare et précieux peut perdre de son attrait et de son intérêt. Dans cet esprit, Chan dévoilera par l’intermédiaire de son art de la joaillerie, un monde dans lequel toutes les choses sont uniques et belles comme dans leurs formes naturelles.

Sur le thème « The Path to Enlightenment – Art & Zen », le stand sera décoré avec un sens de la beauté Zen orientale.

Eyes of Infinity, ensemble composé d’un collier, d’une bague et de deux broches sur le thème des deux scorpions tombant amoureux, est habilement élaboré avec des grenats démantoïdes, des rubis sang de pigeon et des saphirs jaunes. Le scorpion est rarement représenté comme un sujet plaisant dans la Chine ancienne, étant connu pour être un solitaire dangereux tapi dans l’obscurité. Cependant, selon Chung-yung, l’un des quatre anciens textes de Confucius, dans un monde idéal, toutes les choses doivent grandir ensemble sans se nuire mutuellement et tous les comportements seront acceptés sans se contredire les uns les autres. Selon les règles de la nature, un scorpion est donc aussi noble qu’une cigale. Chan célèbre cet idéal avec Eyes of Infinity, étant particulièrement impressionné par les nombreuses paires d’yeux dont chaque scorpion est doté, car les yeux sont ce que nous considérons être les fenêtres de l’âme, dans laquelle se trouve l’amour et où se réalise l’infini. Eyes of Infinity est paré d’un œil de chat Alexandrite de 45.51carats, nommé « The Wallace ». Selon la monographie du GIA, « The Wallace » est « remarquable car c’est le plus bel exemple d’œil de chat Alexandrite que nous ayons vu dans notre laboratoire»

« J’ai une histoire à raconter sur chaque bijou. En particulier, en qualité de créateur chinois en bijoux j’espère apporter à la 26ème Biennale des Antiquaires, l’essence de la philosophie orientale et de la culture chinoise. Mes bijoux sont créés pour ouvrir un profond dialogue entre les cultures ». -Wallace Chan.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :