Home Horlogerie et Joaillerie Girard-Perregaux marque le Temps chez Christie’s

Girard-Perregaux marque le Temps chez Christie’s

by Jessica Gauzi
0 comment

Jusqu’à hier, se tenait chez Christie’s à Paris, une exposition temporaire de la manufacture horlogère suisse Girard-Perregaux : « l’Art de marquer le Temps ». Pendant une semaine, on pouvait y retrouver des pièces d’exception anciennes et contemporaines, sélectionnées dans son musée de la Chaux-de-Fond. Au travers de ce parcours, l’histoire des deux siècles de cette maison suisse (qui a été rachetée par le groupe PPR l’an dernier) y est retracée.Comme guide privilégié pour avancer à travers les âges, le conservateur du musée, Willy Schweizer. Au-delà des pièces horlogères de la maison, l’exposition a été imaginée comme un voyage au cœur des temps forts de l’Histoire (création de l’ONU en 1945…), des styles marquants de chaque époque (Art Nouveau dans les années 1900…), et des innovations que chacune a révélée (le scotch vers 1930…) On peut même écouter des chanteurs (Michael Jackson…) ou voir des extraits de films (Charlie Chaplin…) qui ont particulièrement marqués leur époque. Un format vivant et moderne, rendant accessible cette retrospective qui est une première en France.

Parmi les pièces d’exception que la maison a présentées, on pouvait admirer la montre de poche « La Esmeralda » datant de 1889. Ce modèle remporta la médaille d’or à l’Exposition Universelle de Paris la même année, pour son célèbre mouvement Tourbillon sous trois Ponts d’or. C’est un des seuls mouvements horlogers qui permet de reconnaitre la manufacture, en l’occurrence Girard-Perregaux, sans boitier ni sans marque affichée, tellement il est unique.

On pouvait aussi découvrir des collections plus contemporaines, avec notamment la « Vintage 1945 Jackpot« , et toujours ce fabuleux mouvement Tourbillon sous Trois Ponts, qui vous invite à jouer à un bandit manchot miniature. Attention, un plaisir qui vous coutera plusieurs centaines de milliers d’Euros…

A l’issue de la visite, plus de 200 chanceux amateurs ont pu participé aux ateliers horlogers qui étaient organisés sur 7 jours. Pendant 1H30-2H, le chef d’atelier de la manufacture de la Chaux-de-Fond, où la maison est installée depuis deux siècles, vous initie au démontage et remontage d’un mouvement mécanique à remontage automatique GP4500, dotée de 26 rubis.

J’ai eu la chance de pouvoir y participer le dernier jour et quelle expérience !! Imaginez-vous en blouse de travail, avec votre loupe oculaire d’horloger, assis à votre poste, le nez sur un mouvement et les doigts ornés de mini-protections en latex. Car on ne touche jamais directement une pièce. Tous les outils sont à disposition (brucelle, tournevis, cloche de démontage, etc.) pour manipuler avec précaution quelques unes des 185 pièces de ce mouvement.

Se mettre dans la peau d’un maitre-horloger, quand on est amatrice de garde-temps, c’est impressionnant. Face à ce délicat mouvement, on se sent toute petite. Même si on s’affaire à respirer calmement, à prendre son temps, à maitriser le stress de faire sauter une vis ou un rubis, c’est un exercice périlleux tout autant que passionnant.

Et cette passion, c’est celle qui anime les jeunes horlogers, ceux grâce à qui les ateliers des manufactures suisses, dont celle de Girard-Perregaux, sont toujours créatifs et dynamiques. C’est pour faire découvrir ces talents que la maison a emmené huit d’entre eux dans une tournée mondiale, le « Young Watchmaker Tour » au travers des villes comme New York, Tokyo et en dernier lieu, toute une symbolique, Paris. Aller à la rencontre du public, en dehors de leur atelier, pour montrer que ce métier d’art de haute-voltige n’a pas pris une ride et séduit aujourd’hui des profils variés, masculins autant que féminins d’ailleurs.

Ils sont le renouveau d’un métier d’Art, qui a failli disparaitre dès la fin des années 60 lorsque les montres-bracelets à Quartz inondent le marché. Pourtant, le savoir-faire des manufactures traditionnelles auront raison de l’électronique. Notamment grâce à une maitrise de complications remarquables en Haute-Horlogerie, dans laquelle Girard-Perregaux se distingue.

Avec cette nouvelle génération d’horlogers, des amateurs de garde-temps toujours plus avertis et un marché des montres de luxe qui se porte bien, Girard-Perregaux continuera sans aucun doute de marquer  l’avenir de l’horlogerie.

Jessica Gauzi

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :