Home Mode La Galerie Hors-Champs présente Rafael Gray et Ari Rossner

La Galerie Hors-Champs présente Rafael Gray et Ari Rossner

by pascal iakovou
0 comment

La Galerie Hors-Champs présente Rafael Gray et Ari Rossner

Rafael Gray et Ari Rossner travaillent sur la beauté en tant qu’institution culturelle, et ajoutent à la tâche du photographe « de beauté » une distance permettant d’analyser cette culture normative.

Cette prise de distance, chez l’un comme chez l’autre, s’opère par la peinture, c’est-à-dire qu’à l’acte de figer ou de sélectionner une figure soumise à des diktats de séduction, ils répondent par la liberté du geste pictural, souvent violent ou volontairement « grossier ».

La photographie de mode ou de beauté, dans sa fonction initiale, consiste en une méticuleuse aseptisation du corps. Il s’agit de retirer la chair pour ne laisser que son idéal – et avec lui ceux qu’on lui associera indistinctement : l’idéal de jeunesse, du désir, du luxe etc.… Ces idéaux sont des utopies, ils sont forcément hors de porté puisque c’est en effaçant ce que la chair contient de réel, sa substance, qu’ils peuvent s’épanouir.

Les jets de peinture ou d’encres de Rafael Gray et d’Ari Rossner, prennent le rôle d’une seconde peau. Ils envahissent ces visages et corps parfaits, ajoutant à leur érotisme statufié celui du geste instinctif, à leur lisse sensualité celle de la matière et des textures. Les intentions de départ, leur procédé utilitariste, se révèlent alors pour enfin se troubler. Dans l’effacement de leurs traits, et la perte des repères représentatifs, ces intentions se métamorphosent en une recherche tout autant sensorielle que critique.

Le détournement du processus photographique est au cœur même de la démarche d’Ari Rossner. En imprimerie, la fabrication d’une image vers le papier passe par le transfert d’une plaque offset (en aluminium). Cette chaîne de fabrication, il va l’interrompre pour se focaliser sur la plaque recouverte d’encre et de peinture, ordinairement résidu du traitement industriel, et en faire le support définitif de son image, qu’il retravaille à nouveau.

L’effet découlé de cette technique, qui au premier abord consiste en une maitrise du hasard, est celui d’un nouveau souffle de vie. Chez Ari Rossner, la beauté semble être liée à l’inachèvement, à l’inattendu, donc à ce qui enfin, en ses froides gravures de mode, fait appel à une humaine-trop-humaine fragilité. Et c’est par cela que ses photographies respirent, et s’incarnent comme si elles étaient la structure d’un corps attendant une peau pour s’articuler.

Aux côtés du défouloir pictural d’Ari Rossner, Rafael Gray aborde plutôt ses compositions dans le but d’élaborer toute une iconographie de signes. Elles fonctionnent comme un jeu d’associations, à différents niveaux : d’abord les images entre elles, puis les traces de peinture qu’il ajoute et qui témoignent encore de son excursion dans le street art. Ces associations opèrent une relecture des affiches ou photos de presse récupérées lors de ses voyages, afin de voyager cette fois ci dans leurs attrayants visages et, par l’utilisation de la sérigraphie, d’en moduler à l’infini les registres.

Le choix de la sérigraphie nous interroge sur la beauté en tant que fabrication de masse. Sa série des « 3 Grâces », par exemple, expérimente les visages de 3 femmes dont Rafael Gray simplifie les traits pour n’en garder que les principaux atouts de séduction, et que l’acrylique orne pour les faire passer de la douceur à la violence, du mystère érotique à l’indifférence. Elles sont un standard de beauté qui ne cesse, à partir du même, de devenir autre.

Enfin, le signe apparaît par les traces faites notamment à la bombe aérosol. Ainsi que dans le graffiti, ces traces semblent contenir un discours (de publicité ?), une signature dont on ignore le sens. Dans la série des « 2 photogrammes de Marie », elles confrontent leur rugueuse texture, leurs lignes et directions avec le corps de Marie qui devient par là même une « bannière ». Mais à l’instar d’Ari Rossner, Rafael Gray ne fait que suggérer un propos critique qu’il ne formule pas, il préfère passer par la poésie, pour donner à en extraire les racines.

Curating : Hannibal Volkoff

Exposition du 22 novembre 2011 au 17 janvier 2012

Vernissage le 22 novembre de 18 heures à 21 heures

Galerie Hors-Champs
13 rue de Thorigny 75003 Paris
06 66 87 83 05
06 64 11 17 41
http://www.galerie-hors-champs.com

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :