Home Horlogerie et Joaillerie Quand Marie-Amélie aime Boucheron

Quand Marie-Amélie aime Boucheron

by Marie Odile Radom
0 comment

Il suffit parfois d’une simple rencontre avec un bijou pour être marquée à jamais. Au détour d’un regard, un bijou nous frappe, nous attire, à tel point qu’on souhaite faire connaissance avec lui. On le porte telle une parure mais il devient vite le compagnon de tous nos moments forts, de notre quotidien. On ne s’imagine pas un instant vivre sans lui à nos côtés tant il a su s’intégrer dans nos vies. Il devient alors chargé de souvenirs, de secrets, de liens.

La Maison Boucheron, célèbre maison de Haute-Joaillerie de la Place Vendôme, a su tisser avec bon nombre de femmes remarquables des relations fortes à travers des bijoux d’exception. Témoin des plus belles histoires et des plus grandes émotions de ces femmes, anonymes et personnalités du monde des arts et des letttres, les bijoux de la Maison Boucheron sont raffinés et élégants. De Isadora Duncan à Sarah Bernard en passant par Édith Piaf et Kristin Scott-Thomas, les plus grandes artistes se sont parées des créations du célèbre joaillier révélant ainsi une sensuelle féminité ou ponctuant d’une manière raffinée un moment de vie intense.

Parmi toutes les créations proposées par la marque, un modèle en particulier a su séduire plus d’une femme et parmi elle la chanteuse Marie-Amélie Seigner : la bague Toi & Moi Serpent en or blanc et diamants. Le serpent, apparu en 1880, est devenu, au fil des collections, l’animal fétiche de la maison Boucheron. Lové sur lui-même, il enlace élégamment le doigt en or blanc ciselé pavé de 16 diamants ronds.

Cette bague accompagne Marie-Amélie dans les moments importants jusque dans ses instants les plus précieux, comme ceux qu’elle partage avec son public. Et il y en a eu des instants précieux ce mercredi 22 Septembre 2010 lors de son showcase privé au New Morning, où elle a présenté devant un public conquis et une partie de sa famille des extraits de son nouvel album Dans Un Vertige.

Marie-Amélie revient cinq ans après Merci Pour Les Fleurs avec un album à son image produit par My Major Company, un voyage aux confins de la chanson française, teinté de sonorités music-hall, sans oublier les mélodies « rock’mantiques » comme il lui plaît de les appeler. Et le voyage qu’elle nous a offert accompagnée à la guitare du compositeur William Rousseau est un voyage tout en émotion.

Showcase Marie-Amélie au New Morning © VERNHET / DALLE

Débutant par Mon Joli Prince, ode au Prince William, Marie-Amélie présente un texte rempli de jeux de mots et de références qu’elle développe dans son second titre Made in China, abordant le thème d’une relation amoureuse ratée. L’amour semble être au cœur de ses préoccupations de jeune trentenaire comme l’atteste Les Filles qui vacillent dans lequel elle dresse le portrait des filles de son âge qui attendent l’Homme. Puis l’artiste nous plonge dans une ambiance cabaret avec Je demande le silence. Les cordes s’invitent sur de nombreux titres dont le morceau Dans un vertige, titre éponyme de l’album. Et lorsque les premières notes de On se Regardait, premier single de l’album, ont retenti, sa main levée vers le public présentait un éclat sans pareil.

Ce showcase fut un succès et bien entendu la bague Serpent de Boucheron était là pour l’accompagner dans ce moment fort, tout en raffinement et sobriété.

On souhaite bonne chance à Marie-Amélie pour ce nouvel album et on espère la retrouver très prochainement.

Marie-Odile Radom

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :