Home Art de vivreCulture EXPOSITION STREET ART au Cloître ouvert

EXPOSITION STREET ART au Cloître ouvert

by lynda
1 comment

Le Cloître ouvert est un lieu d’exposition unique en son genre au cœur de Paris. Ce couvent Dominicain, dont les espaces sont gérés par l’agence Di Mezzo, est un espace original et lumineux  d’échanges culturels.

Du 11 au 30 janvier 2010, il accueille l’exposition STREET ART, qui présente les toiles de trois graffeurs créatifs, libérés et spontanés. Cinz, Junky et Zenoy, dont les œuvres  sont déjà reconnues par de grands collectionneurs, partagent aujourd’hui leur vision du monde contemporain avec un large public.

Naissance  de JUNKY :

Junky fait ses premiers pas dans l’art de rue dès la fin des années 80 taggant & vandalisant tous les supports à sa disposition tels que les murs, les trains etc…à travers son Gennevilliers (92) natal, puis dans les communes avoisinantes.

C’est au début des années 90, en fondant son crew le TJS – The Junkie Spray – qu’il va pouvoir imposer son style.  Il participe à une exposition mettant en lumière l’univers du Graffiti à l’Institut du monde Arabe en 1991. Conquis par ses toiles urbaines épurées & colorées, d’autres graffeurs de renom – Darco (FBI), Meo (TCG COP), pour ne citer qu’eux – l’invitent à participer à des expos, des festivals Hip Hop et autres manifestations en tout genre.

Il est également sollicité par des concessionnaires sur le Salon de l’Automobile pour décorer des stands,  des artistes à la recherche d’un logo original…Tous veulent attirer l’attention, soigner leur image grâce aux traits sans failles de Junky.

Si les disciplines graphiques occupent une grande place dans l’épanouissement culturel de Junky, la musique est, sans conteste, une passion pour ce féru de Jazz, de Rythm n’ Blues, de soul et de Hip Hop.En 1997, afin de piloter au mieux tous ses talents, cet artiste éclectique et versatile, fonde le Label Junkadelic Zikmu au sein duquel il est compositeur, producteur et Dj.

En parallèle, il est engagé par l’association « Paragraff », à Nanterre.  Il y encadre des ateliers de graffitis ouverts à tous et initie un large public aux joies des sprays, des poscas et de la gouache. Graffeur accompli et mature, Junky a conscience que la peinture offre des techniques et des possibilités d’expression infinies. Depuis ses débuts, il s’est discrètement essayé à la toile et compte bien en faire l’un de ses supports principaux ! Les amateurs d’arts plus classiques n’ont qu’à bien se tenir !

Naissance de CINZ :

Né en 1976, Cinz fait son entrée dans le monde du graffiti au début des années quatre-vingt dix. Seul au coin d’une rue ou le long d’une voie ferrée, Cinz travaille son style. Il devient membre du groupe D77 (Défonce sept jours sur sept).

A partir de 2001, il est sollicité par plusieurs municipalités et entreprises pour décorer villes et commerces ou encore pour la création de logo et autres outils de communication. Après avoir décidé de poser son art sur la toile, Cinz fait figure d’électron libre dans le milieu du graff. Sa première exposition date de 2000.

Cinq ans plus tard, il est invité à exposer au salon « Art&Craft » de Dubaï ce qui débouche sur la présentation d’un projet hors norme : la décoration d’une centre commercial à Abu Dabi.

Il expose à plusieurs reprises à Paris, court se ressourcer à New York et part à la conquête de la Bretagne en 2009. Ses oeuvres ont été exposées à Brest à la galerie Zonzon. Aujourd’hui, Cinz est animé par un grand désir d’ouverture. Ses créations en témoignent.

Naissance de ZENOY :

Le premier tag de Zenoy en 1987 naquit sous l’influence d’un copain qui revenait de New-York.

Dans les rues, puis dans les bus ou l’intérieur des métros, Zenoy fait ses classes. Il découvre la tradition du train qui fait voyager son art, comme une toile roulante qui traverse Paris et sa banlieue. Son objectif d’être vu par tous une fois accompli, il décide de faire évoluer son style.

Il peint des fresques sur façade (stade de Villeneuve la Garenne, salles des fêtes), participe à divers évènements artistiques et des sociétés comme Playsation, Adidas, Redbull font appel à lui pour réaliser en live des prestations de graff.

Zenoy réalisera un reportage de 60 minutes sur l’art urbain intitulé « Bomb Attack ». Son travail sur toile est exposé à travers l’Europe lors d’évènements Hip Hop et notamment lors de l’exposition intitulée « Rue », au Grand Palais. A la télévision, il partage sa passion du graffiti dans différentes émissions d’art et de culture. Ces oeuvres sont recherchées et appréciées des grands collectionneurs et amateurs de « street art ».

« Le graffiti fait partie de ma vie. Plus de vingt ans ont passé et mon engouement pour cet art est intact. L’important est de garder son plaisir tout en étant vu de tous. » – Zenoy.

Lynda, B.

 

PREMIÈRE NOCTURNE : MERCREDI 20 JANVIER 2010 JUSQU’À 21 H

SECONDE NOCTURNE : MERCREDI 27 JANVIER 2010 JUSQU’À 21 H

www.lecloitreouvert.com/

 Contact :

DI MEZZO

Stéphanie Guizol

stephanie.guiz[email protected]

 

Related Articles

1 comment

marie-odile 19 janvier 2010 - 1 h 34 min

Le cloître a cette particularité d’être l’un des derniers cloîtres parisiens auxquels on puisse accéder librement et de s’être voué à l’exposition d’art contemporain.
Quelle bonne idée d’exposer des graffeurs dans ce lieu, ancien espace de méditation, nouvel espace de paroles…

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :