1483 Views |  Like

Yanina Couture – automne/hiver 2016 2017

Yanina présentait sa collection Haute Couture automne hiver 2016 2017 lors de la Fashion Week de Paris. Cette somptueuse collection est directement inspirée de l’art populaire et de la littérature Russe. 

Yanina a choisi le paon, oiseau mythique du conte russe de Ivan Bilibine, « l’oiseau de feu », qui est un être féminin dans le texte russe. La femme qui porte ses modèles se transforme ainsi en cet oiseau majestueux, symbole de magnificence. Dans l’art russe, le paon était souvent représenté avec un buste et une tête de femme, entre l’oiseau de paradis et l’oiseau maléfique et les 39 modèles de ce défilé déclinent toutes les facettes de cette légende par une palette de couleurs allant du noir profond, aux couleurs de feu les plus intenses.

Cette collection est envoûtante, mais aussi fantastique et féerique, le défilé nous emmène dans un univers mystérieux, chargé d’émotions, les premiers modèles d’un noir intense, jouent avec les transparences et les parties dénudées. Les motifs de plumes noires semblent être à même la peau. Une série de longs manteaux noirs en velours, en peau et en fourrure aux volumes amples, recouverts de broderies brillantes comme des oiseaux de nuit.

Puis les couleurs commencent à apparaître avec du bleu, du gris et du blanc, petit à petit, les couleurs éclatantes dominent, manteau blanc et robe bleue bordée de motifs noirs et bleus représentant des éléments de la plume du paon. Les couleurs irradient la lumière. Les modèles se parent d’éléments tels que des plumes, des pièces de couleurs bleues et vertes aux reflets intenses.

La femme devient cet oiseau majestueux, son corps porte les plumes de paon qui en font une créature ensorcelante, les robes deviennent d’un rouge écarlate, puis de la transparence naît l’oiseau de feu entièrement brodé sur ru voile rouge transparent dont les courbes recouvrent la poitrine, les épaules, le ventre et les  hanches. Une série de modèles se décline dans le noir et blanc transparent, rebrodé de paillettes et de perles.

Le défilé se termine sur une traditionnelle robe de mariée d’un blanc qui irradie la lumière où le paon est ici un oiseau immaculé scintillant, une véritable féerie. Les 365 couleurs de la légende sont sûrement présente dans cette collection flamboyante qui fait de la femme qui la porte une créature magique et merveilleuse. Coup de chapeau également au merveilleux travail de broderie exécuté par les petites mains … de fées.

visuels : Claire Guillon pour Luxsure