Home Beauté et parfums TAKASAGO « PALETTE JAPON »

TAKASAGO « PALETTE JAPON »

by pascal iakovou
0 comment

1920-2022 LA PALETTE DES INGRÉDIENTS JAPONAIS EXTRAORDINAIRES

DE KYOTO À GRASSE UN HOMMAGE À L’ODYSSÉE OLFACTIVE DE TADAKA KAINOSHO

En 1910, un jeune professeur de chimie organique quitte l’Université Impériale de Kyoto pour une quête initiatique au long cours. Descendant d’une dynastie de samouraïs, Tadaka Kainosho, né en 1880, a décidé d’étudier la parfumerie occidentale dans sa capitale : Grasse. Il y apprendra les secrets de l’extraction des ingrédients naturels, ainsi que la fabrication et l’évaluation des parfums. De retour au Japon, Tadaka Kainosho fonde Takasago en 1920. La société, qui tire son nom de la légende de deux pins symbolisant l’amour éternel, deviendra l’une des pionnières de la chimie verte. Forte de son héritage centenaire et précieux, elle fait désormais partie des principales maisons de parfumeurs du monde.

close up photography of cherry blossom tree
Photo by Bagus Pangestu on Pexels.com

LA NATURE ET LA CULTURE DU JAPON, SOURCES D’INSPIRATION POUR LA PARFUMERIE.

Uniques, sublimes, la nature et la culture japonaises constituent pour Takasago des sources d’inspirations riches et infinies. Ces emblèmes, présents dans l’inconscient collectif mondial, traduisent les facettes complexes et multiples d’un Japon traditionnel, moderne et éternel. Ainsi, les scientifiques et parfumeurs de Takasago ont tiré de la riche culture ancestrale, olfactive et culinaire de l’archipel, des notes inédites à ce jour en parfumerie. Des ingrédients exceptionnels destinés à enrichir les créations composées par la Maison. Scientifiques et parfumeurs de la société ont également eu un accès exclusif aux îles d’Ogasawara et à l’île de Rebun, dans l’océan Pacifique. Des territoires du bout du monde, à la flore unique, dont certaines espèces ont été extraites par une technique respectueuse de l’environnement, le « headspace », qui capte l’air autour de la plante afin d’analyser et de répliquer son parfum, tout en préservant l’intégrité de l’écosystème. Cette harmonie entre l’homme et la nature fait écho à l’inspiration originelle de Tadaka Kainosho. Une quête de beauté vertueuse, l’essence même de Takasago.

man holding an umbrella
Photo by DSD on Pexels.com

CULTURE & HERITAGE

Des ingrédients inspirés de l’héritage emblématique du pays du Soleil Levant

Le tatami Issu de traditions ancestrales, le tatami symbolise l’art de vivre spirituel japonais. Une envolée florale rosée, qui se poudre au contact des notes de riz et s’alanguit sur un lit de santal crémeux. 

Le kodo Ou l’art du parfum au Japon. Un moment intimiste et précieux de découvertes olfactives. Des nuances de cèdre, de résines brûlantes et d’encens aux tonalités minérales.

DÉLICES

Une exploration de la richesse des traditions culinaires japonaises.

  • Le yuzu Ce petit agrume endémique nippon est employé dans la préparation de nombreux mets. Son huile essentielle, ici issue de la valorisation des restes de l’industrie alimentaire, est rare et précieuse. Elle dévoile des notes à la fois acidulées de mandarine et, plus amères, de pamplemousse.
  • Le mochi Dégusté durant la cérémonie du thé, pour contrebalancer l’amertume de l’emblématique boisson, le mochi est devenu la pâtisserie de référence au Japon. Des effluves gourmands et poudrés de riz et d’amande, qui mettent l’eau à la bouche.
  • Le sésame noir Abondamment employé pour ses propriétés gustatives et nutritionnelles, le sésame noir est également une source de bien-être. Une odeur subtile, légèrement animalisée, de café torréfié et de cuir.
  • Le shiso Un incontournable de la cuisine japonaise, employé en garniture ou en assaisonnement. Mais le Shiso était également adoré par les empereurs, pour ses vertus apaisantes et anti-inflammatoires. Son parfum vert et aqueux évoque le concombre
  • L’umeboshi Antidote ancestral prisé par les samouraïs pour lutter contre la mort, l’umeboshi est progressivement devenu un aliment essentiel, apprécié pour ses qualités nutritionnelles. Un ingrédient aux notes délicieuses de rhum, de prune, d’abricot sec et de raisin.
  • Le wasabi Un condiment épicé aux propriétés antibactériennes puissantes. Frais, il est réservé à une élite, tandis que sa déclinaison en pâte (une sorte de moutarde) est très populaire, jusqu’en Occident. Des effluves verts, poivrés, aillés et pimentés, évoquant également la mousse et les sous-bois.
  • L’algue Incarnation de la beauté et de la puissance de la mer, l’algue est un incontournable de la gastronomie japonaise. Cet ingrédient naturel révèle des inflexions iodées, salines et vertes.
  • Le poivre sansho Symbole de chance, de prospérité et de santé pour les enfants, cette variété de poivre est traditionnellement employée pour assaisonner le yakitori ou l’unagi, une anguille servie grillée. Son parfum pétillant évoque les agrumes acidulés et le gingembre frais.
  • Le thé sencha Le roi des thés verts, le plus populaire au Japon, bénéficie d’un procédé unique d’oxydation à la vapeur. Un ingrédient d’une grande finesse olfactive, convoquant l’image de la violette en fleur.
  • Le thé genmaicha Ce thé « pop-corn » résulte d’un mélange de feuilles de sencha et de riz soufflé. Son parfum déploie des notes de riz, ainsi que des facettes vertes et finement jasminées.
  • Le thé matcha Utilisé en poudre, broyé entre deux pierres, le matcha est associé à la cérémonie du thé. Un rituel immuable et délicat, permettant d’atteindre un haut degré de spiritualité, d’harmonie et de pureté. Sa note verte inédite, entre feuilles d’épinard et chlorophylle, évoque également la rose, le jasmin et le muguet. 

ALCOOLS & BOISSONS

Un véritable art de vivre, entre raffinement et excès.

labeled jar lot
Photo by Aleksandar Pasaric on Pexels.com
  • Le saké Kokuryu La perle du saké, à la pureté inégalée, grâce à l’emploi d’une eau d’une qualité exceptionnelle issue de la rivière Kuzuryu. Un parfum vif, frais et aldéhydé, aux facettes subtiles de rose et de litchi. 
  • L’umeshu Cette eau de vie à base d’alcool neutre est aromatisée à la prune d’abricotier du Japon, obtenue par macération du fruit dans le shōchū et le sucre. Les effluves de prune s’accompagnent de notes de pomme, d’osmanthus, de rose et de cuir.
  • Le Nikka Pure Malt La rencontre de l’Orient et de l’Occident. Nikka est la première marque de whisky née au Japon, au début du XXème siècle, et créée par Taketsuru, qui a su importer et réinventer le savoir-faire irlandais pour créer un produit de prestige. La fragrance de cet ingrédient, profonde et intense, est à la fois tourbée, cuirée et terreuse.

FLEURS & BOIS

Une immersion au cœur de la nature japonaise, sublime, méditative et apaisante. 

  • Le sakura en fleurs Le symbole de la beauté éphémère, une floraison aussi extraordinaire que furtive. Une fleur historiquement associée à la vie des samouraïs, considérée comme belle et noble, mais courte. Son parfum enivrant est à la fois rosé, vert, délicatement poudré et amandé.
  • Le kusunoki, l’arbre camphrier Il est l’emblème d’Hiroshima, un symbole de renaissance, le premier arbre à avoir repris vie après la catastrophe de 1945. Son odeur boisée, fraîche et aromatique, évoque à la fois le camphre, la lavande et le basilic.
  • Le kuromoji, l’arbre à lettres Ce petit arbuste, aux brindilles tachetées de noir, est employé pour la fabrication d’ustensiles de haute qualité, comme des cure-dents et autres piques à desserts. Un parfum à la fois délicat, pétillant et acidulé, qui rappelle la rose, le citron et la coriandre.
  • Le chêne mizunara Ce grand chêne endémique est le secret du précieux whisky japonais, tant convoité. Il confère à l’alcool des aspérités cuirées et sombres. Un ingrédient aux facettes boisées et fumées (cèdre et bouleau), légèrement ambrées.
  • L’hinoki sacré Ou « l’arbre à feu », aux propriétés spirituelles et thérapeutiques uniques. Un matériau d’exception, employé également dans la construction des temples et des sanctuaires. Les tonalités

FLEURS & FRUITS ENDÉMIQUES

A la découverte des terres inconnues.

Au cœur des îles japonaises préservées, Takasago a exploré les trésors d’une flore secrète, pour ramener des parfums de l’autre bout du monde, sans impacter ces ressources naturelles, rares et précieuses.

Les îles d’Ogasawara A 1 000 km au Sud de Tokyo, à la rencontre de l’océan Pacifique et de la mer des Philippines, les îles d’Ogasawara n’ont jamais été reliées à aucun continent. Créées il y a 48 millions d’années par l’activité volcanique, elles abritent une flore exceptionnelle, avec 441 espèces de plantes endémiques et sont, depuis 2011, inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO.

  • L’osmanthus shima mokusei Pour les japonais, l’osmanthus symbolise l’humilité et l’euphorie. Fleurissent en novembre, il est le témoin de l’arrivée de l’automne. Une fragrance lactée et fruitée (pêche, citron) évoquant également le thé vert, avec des facettes subtilement vanillées et poudrées.
  • Le lys shima gyoku shinka Cette jolie plante, qui résiste aux espèces invasives, est nommée « la lueur d’espoir pour la reforestation d’Ogasawara ». Une odeur solaire, intensément florale et épicée, entre jasmin, lys de Casablanca, ylang et tiaré.
  • La fleur de café Issue de l’unique café cultivé au Japon ! La fleur dévoile des effluves frais et délicats de jasmin et de muguet.
  • La fleur du fruit miraculeux Une plante originaire d’Afrique du Sud aux fruits rouges rubis, dont le goût surprenant passe progressivement de l’acide au sucré. Son puissant parfum, de fleurs blanches et de pêche (lactonique), se fait également boisé et terreux.
  • Le fruit de la passion Taino Ichigo C’est le fruit cultivé le plus populaire des îles d’Ogasawara. Une harmonie parfaite entre l’acide et le sucré. Un parfum à la fois doux et acidulé, qui dévoile une étonnante tonalité musquée.
  • Le citron Kikuchi d’Ogasawara Ce citron de forme arrondie a été introduit à Ogasawara par M. Kikuchi. Il se récolte jeune, juste avant qu’il ne jaunisse. Une grande fraîcheur olfactive, avec des facettes épicées et aromatiques prononcées.

L’île de Rebun Au cœur de la mer du Japon, au large d’Hokkaido, la petite île de Rebun est également appelée « l’île aux fleurs flottantes ». Plus de 300 espèces, dont de nombreuses endémiques, y fleurissent à la fin de l’été pour faire surgir la vision onirique d’un champ de fleurs suspendu au-dessus d’une mer azur.

  • L’hortensia japonais Tsuru Ajisai, de son nom, a la particularité de s’accrocher et de grimper aux arbres ou aux parois rocheuses. Un parfum de fleurs blanches solaires, accompagné de tonalités ozoniques et fruitées (pomme et banane verte).
  • Le nihonsuzuran, le muguet japonais L’emblème naturel de la préfecture de Yamanashi. Chaque année, à la fin du mois de mai, le festival de Suzuran lui est entièrement dédié. Ce muguet, vif et cristallin, déploie des facettes de jasmin, de lilas, ainsi que de rose et de litchi !
  • L’ezo kawara, l’œillet superbe L’incarnation de la beauté féminine, une fleur iconique, célébrée par les plus grands auteurs depuis la plus ancienne anthologie de poésie japonaise, le Man’yōshū. Son parfum floral épicé est aussi délicieusement ambré, baumé et poudré.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :