Home Horlogerie et Joaillerie BULGARI – OCTO FINISSIMO TATOO AQUA

BULGARI – OCTO FINISSIMO TATOO AQUA

by pascal iakovou
0 comment

OCTO FINISSIMO TATOO AQUA

Quand l’Art de la précision mécanique rencontre l’Art du tatouage

Mariage des arts pour les transcender en synergies puissantes, rendant hommage à la force de la mer.

Deuxième opus d’une série dédiée aux éléments naturels, l’Octo Finissimo Tattoo Acqua plonge dans l’eau, pour se parer d’un tatouage de vagues comme le visage le plus sauvage, le plus puissant et indomptable des océans.

Une édition singulière de seulement 30 pièces.

Comme une seconde peau. L’Octo Finissimo. Sa finesse et sa légèreté lui ont procuré dès son lancement un statut unique d’icône horlogère. Comme une seconde peau. La montre porte un message identitaire. Sujet différent, insolite. Trois hommes – Laurent Picciotto, fondateur et propriétaire de Chronopassion à Paris, l’une des personnalités les plus influentes de l’horlogerie contemporaine ; Mo Coppoletta, esthète reconnu pour son art du tatouage artistique à Londres et Fabrizio Buonamassa Stigliani, Directeur exécutif de la Création Produits chez Bulgari – ont posé un regard sur le langage indélébile de l’art gravé dans la peau, en le réinterprétant sur le métal de l’Octo Finissimo, avec la maitrise des lignes, des formes, des volumes, des aspérités. Un regard qui capture notre époque.

Le tatouage est ancestral, multiculturel. Aujourd’hui forme d’expression individuelle de soi, le tatouage est considéré pleinement comme une forme d’art, qui a ses propres courants, ses propres styles, de l’abstrait au portrait, du figuratif à l’hyperréalisme, du tribal au moderne. Le tatouage évolue à une vitesse sidérante. Sorti de la rue, il s’est ouvert à d’autres techniques, à de nouveaux styles, et surtout à des artistes avec leur bagage visuel et culturel, comme Mo Coppoletta, directeur artistique et designer.

C’est ce courant artistique contemporain que capte l’Octo Finissimo Tattoo Acqua. Un regard sur une pratique qui puise ses origines dans les traditions communautaires. Un langage identitaire qui révèle sa dimension artistique à travers son histoire et son renouveau contemporain. Aujourd’hui encore, les tatoueurs innovent et cherchent à exploiter toutes les possibilités expressives qu’offre le tatouage. Comme ils le feraient sur n’importe quel support « conventionnel », ils allient compétences techniques, précision, créativité, sens de l’esthétique et audace artistique.Autant de points communs avec l’horlogerie contemporaine dont l’Octo Finissimo en est une icône.

Si le premier opus de la série a été réalisé en 2021 sur le thème de l’élément naturel de l’air avec une représentation de nuages, c’est l’eau avec son visage le plus sauvage, le plus puissant et indomptable des océans qui a retenu cette année l’intérêt des trois hommes.

Avec un motif de vagues entrelacées qui symbolisent la puissance et l’éphémère, le métal – le titane qui fait partie de l’ADN de l’Octo Finissimo – les volumes et les surfaces de la montre sont véritablement transcendés par le dessin. La montre offre ainsi un visage fluide tout en rondeurs d’un motif naturel d’eau qui contraste avec le design architectural et les traits géométriques de l’Octo. La précision du résultat gravé au laser afin de retranscrire l’œuvre avec la plus grande précision, est éblouissante.

Fabrizio Buonamassa Stigliani, directeur exécutif de la création produits, Bulgari Horlogerie, a déclaré : « L’Octo Finissimo nous offre un univers de création presque sans limite. Son design est à la fois si géométrique et rigoureux, et en même temps si versatile qu’il nous permet une multitude de personnalités. L’Octo, dont j’ai la joie de fêter les dix ans cette année, ne cesse de nous surprendre et de stimuler notre créativité. Le concept du tatouage est ici véritablement utilisé comme un élément graphique qui couvre toute la surface de la montre, les courbes et les mouvements aquatiques contrastant avec la rigueur du design du boîtier et du bracelet créant ainsi un dynamisme inattendu. »

Mo Coppoletta ajoute : « Tout en suivant les grandes tendances de l’art contemporain, le tatouage est désormais passé dans le domaine de l’abstraction. Ce que l’on voit sur la peau de certaines personnes pourrait tout aussi bien se retrouver sur une toile. Ce que je trouvais passionnant dans ce projet, c’était de décorer un objet si fin qu’il deviendrait une extension du poignet du porteur. »

Et Laurent Picciotto de conclure : « J’apprécie tant emmener les marques sur de nouveaux territoires d’expression. La marque de confiance qu’elles me témoignent, me touche à chaque fois. Donner naissance à ce second opus avec Bulgari, nous a permis d’explorer de nouveaux univers. Initier les paradoxes avec l’Octo Finissimo est un terrain de jeu unique, sur toile d’une profonde amitié avec mes amis Fabrizio Buonamassa Stigliani et Mo Coppoletta. »

Cette montre exceptionnelle affiche une épaisseur totale de seulement 5,15 mm grâce au mouvement extra-plat à remontage automatique d’une épaisseur de 2,23 mm, rendue possible grâce, entre autres, à un micro-rotor en platine. Véritable prouesse d’ingénierie, sa réserve de marche est portée à 60 heures.

La montre Octo Finissimo Tattoo Acqua est une série limitée en exclusivité chez Chronopassion à Paris, et éditée en seulement 30 exemplaires.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :