Home ModeFashion Week Olivier Saillard pour J.M. Weston « Commandes Très Spéciales »

Olivier Saillard pour J.M. Weston « Commandes Très Spéciales »

by pascal iakovou
0 comment

Commandes Très Spéciales, une performance conçue et réalisée par Olivier Saillard

« Comme l’ombre à tes talons collée 

J’emporte le bruit lent de nos pas assemblés »

Après son « Défilé pour 27 Chaussures », présenté en juin 2018 au Grand Palais, Olivier Saillard, directeur artistique, image et culture de J.M. Weston, imagine une nouvelle performance qu’il orchestre dans un lieu singulier. Dans le quartier de Palais-Royal à Paris, c’est au cœur du Café de l’Epoque, bistrot historique ouvert pour la première fois en 1826 et adossé à la galerie Véro-Dodat, qu’il révèle une collection particulière : au menu du jour, le Mocassin 180, modèle iconique de J.M. Weston, prend de la hauteur et de l’ampleur en triplant sa semelle. Monté sur semelle de cuir issue de la tannerie Bastin, il accompagne le ballet de ces garçons de café d’un jour.

Dans ces « Commandes Très Spéciales », disponibles uniquement sur mesure, les codes de la chaussure selon J.M. Weston se trouvent bousculés. Avec Olivier Saillard, chaque mocassin devient l’acteur d’une réflexion, sublimant le geste de la création, le mouvement du corps, l’importance d’une attitude ou d’un pas, le rapport du marcheur à la poésie quotidienne… Ici, la tige d’un modèle est brodée de fils de bâtis multicolores dessinant les lignes de découpe. Là, elle est brodée à la main par la Maison Lesage, ou sérigraphiée d’un poème. Là encore, un mocassin 180 est construit d’une unique pièce de cuir, avant que la sérigraphie ne recrée l’impression de la bride et des coutures. Clous, performations, montage à l’envers, bords dentelés… le savoir-faire de la Maison se trouve sublimé par une collection unique de 17 modèles exaltant de prouesses techniques.

Particulièrement prisées des garçons de café pour leur confort, leur maintien et leur solidité, les chaussures J.M. Weston sont devenues le signe de l’élégance au quotidien. « J’ai voulu créer une collection particulière qui soit également l’occasion de passer un moment collectif, joyeux et tendre. Ce qui se raconte autour d’un café ou d’un plat n’est pas toujours à prendre au pied de la lettre, mais on peut refaire le monde en prenant un verre. J’avais envie de réunir les amis de Weston, librement et poétiquement », explique Olivier Saillard.

Dans le décor Années 30 du Café de l’Epoque, au son des verres qui s’entrechoquent et des machines à café fumantes, Olivier Saillard libère le champ de tous les possibles en rendant un hommage poétique à la manufacture de Limoges et aux artisans qui la font vivre. Seules l’exigence et les techniques les plus aguerries des artisans de J.M. Weston peuvent permettre autant de trompe-l’œil, de jeux d’optique et de rêveries de cuir. Posture, allure : la chaussure incarne un moment de vie parisien aussi bien que le matériau d’une création sans limite, portée par le savoir-faire.

Proposé en noir et marron Bergeronnette, le mocassin 180 Triple Semelle sera lancé au mois de Février 2019.

Les performances d’Olivier Saillard

Avec Olivier Saillard, directeur artistique image et culture de J.M. Weston, la création est un manifeste. Ses performances, organisées dans le cadre de la semaine des défilés homme à Paris, sont autant d’événements sur mesure, non pas conçus pour présenter les modèles de la saison mais pour faire découvrir les secrets de la maison, mettre la lumière sur un modèle emblématique, sublimer la tradition et le savoir-faire du bottier. Lors d’un moment suspendu dans le temps, Olivier Saillard imagine autant de manières de raconter la maison J.M. Weston, avec humour et poésie. Après son « Défilé pour 27 Chaussures » en juin 2018 au Grand Palais, mis en scène en collaboration avec la chorégraphe Mathilde Monnier, c’est dans l’écrin du Café de l’Epoque qu’il choisit aujourd’hui de mettre en valeur un modèle iconique : le mocassin.

© Ruediger Glatz

 

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :