Home Art de vivreCulture Rolex mécène de la restauration de l’Hôtel de la Marine

Rolex mécène de la restauration de l’Hôtel de la Marine

by pascal iakovou
0 comment

ROLEX, MÉCÈNE DE LA RESTAURATION DE L’HÔTEL DE LA MARINE

Animée de la volonté de contribuer à la préservation et à la transmission d’un patrimoine culturel unique inscrit dans l’histoire, Rolex France, déjà mécène de la restauration et de l’entretien des pendules du château de Fontainebleau (depuis 2008), de la restauration du cabinet d’angle du Roi au château de Versailles (depuis 2018), et de la rénovation de l’horloge monumentale du Panthéon (2019), est particulièrement heureuse d’accompagner le Centre des monuments nationaux dans sa campagne de restauration de l’Hôtel de la Marine.
Le mécénat engagé par la manufacture horlogère a permis la restauration de cinq pendules XVIIIe déposées par le musée du Louvre, ainsi que l’acquisition de la pendule aux mufles de lion qui retrouve ainsi sa place d’origine.

1-Facade sur la place de la Concorde © Jean-Pierre Delagarde - CMN.jpg

Façade sur la place de la Concorde © Jean-Pierre Delagarde – CMN Situé sur la place de la Concorde, entre les Champs-Élysées et les Tuileries, l’Hôtel de la Marine est un superbe ensemble architectural construit au XVIIIe siècle à la demande de Louis XV par son premier architecte Ange-Jacques Gabriel pour abriter une administration royale. Il abrita jusqu’en 1789 le Garde-Meuble de la Couronne avant de devenir, pendant plus de deux cents ans, le siège du ministère de la Marine. Avec le départ de l’état-major de la Marine, en 2015, un nouveau chapitre s’ouvre dans la vie du bâtiment qui est confié au Centre des monuments nationaux.

Lieu d’art et de patrimoine

L’Hôtel de la Marine est un lieu extrêmement riche tant d’un point de vue historique que d’un point de vue artistique, à l’égal des plus grandes résidences royales. Le premier intendant à s’installer dans le bâtiment, Pierre-Élisabeth de Fontanieu, s’y fait aménager à partir de 1772 de somptueux appartements décorés par Jacques Gondouin dans l’angle sud-est. Plusieurs pièces reçoivent un décor à la pointe du goût du siècle des Lumières et de qualité équivalente à celle des réalisations contemporaines sur les chantiers royaux. Un précieux cabinet des glaces est ainsi aménagé avec des miroirs peints de sujets galants.
En 1784, Marc-Antoine Thierry de Ville-d’Avray succède à Fontanieu. Il touche peu au décor imaginé pour celui-ci, à l’exception du cabinet des glaces où des putti viennent remplacer les représentations de femmes nues. Le cabinet servant de salle de billard est transformé en chambre pour son épouse, et Ville-d’Avray se fait aménager un autre appartement dans l’angle nord-est de l’édifice.
Les pièces d’apparat qui étaient à l’origine les salles d’exposition des pièces les plus précieuses et les plus prestigieuses du Garde-Meuble ont été fortement remaniées au XIXe siècle par l’état-major de la Marine qui en a fait des salons de réception. FullSizeRender.jpg

Pendule aux mufles de lion, acquise grâce au mécènat de Rolex France, dans la chambre de Madame Thierry de Ville-d’Avray © DR

La renaissance de l’Hôtel de la Marine

Tout en respectant la composition du bâtiment et les apports des occupants successifs, le Centre des monuments nationaux s’est donné pour objectif, chaque fois que cela était possible, de retrouver les décors intérieurs du XVIIIe siècle et de leur redonner vie.
Les appartements de Thierry de Ville-d’Avray ont été restitués selon un état très voisin de celui qu’ont connu les intendants du Garde-Meuble et que les inventaires d’époque ont minutieusement documenté. Le décor du XVIIIe siècle en faux marbre et en pierres appareillées de l’escalier qui mène aux appartements a été dégagé et restauré. Le cabinet doré, redécouvert grâce à des opérations de sondage, a retrouvé les lambris et décors occultés par les aménagements successifs.
Afin de pousser plus loin la restitution des appartements des intendants et d’en enrichir la visite, le CMN a mené un rigoureux travail d’identification, de recherche et de localisation des meubles et objets d’origine. A la fois instruments de précision et objets d’art, les horloges et pendules participent pleinement du décor des intérieurs du XVIIIe siècle. Chef d’oeuvre de l’horlogerie, la pendule aux mufles de lion, acquise grâce au mécènat de Rolex France, retrouve ainsi sa place dans la chambre de Madame Thierry de Ville-d’Avray. Chambre de Madame Thierry de Ville-d'Avray (c) Didier Plowy - Centre des....jpg

Chambre de Madame Thierry de Ville-d’Avray © Didier Plowy – CMN

Rolex, un engagement de longue date au service des arts et de la culture

Bien plus qu’un simple mot sur le cadran de ses montres, « Perpetual » est une philosophie inspirée par la vision de son fondateur Hans Wilsdorf qui guide Rolex dans tout ce qu’elle entreprend ; une quête inlassable d’excellence, la volonté d’explorer et de partager les connaissances pour bâtir un monde meilleur pour les générations futures. Inspirée par cette philosophie, Rolex encourage l’excellence artistique depuis plus de quarante ans.
Qu’il s’agisse d’architecture, de cinéma, de littérature, de musique ou de toute autre forme de créativité, Rolex oeuvre dans les coulisses et contribue à préserver et à perpétuer les trésors culturels grâce à des partenariats durables avec des institutions culturelles et des événements prestigieux, ainsi qu’avec des artistes exceptionnels et des talents émergents. C’est animée de cette volonté de contribuer à la préservation et à la transmission d’un patrimoine culturel unique inscrit dans l’histoire que Rolex France engage des actions de mécénat en soutien au patrimoine français. Plus d’informations sur rolex.org

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :