Home Art de vivre A RIDE IN SAUMUR

A RIDE IN SAUMUR

by Sophia Lafaye
1 comment

La ville de Saumur a accueilli dernièrement un captivant évènement. Présentation de quelques instants volés.

L’espace d’un week-end, la célèbre cité s’est métamorphosée, transportée en une autre époque.

Pour la deuxième année, elle a organisé le Special Anjou Vélo Vintage Tour. L’enjeu est de retranscrire l’atmosphère des premiers temps du Tour de France, bicyclettes anciennes et vesture adhoc.
Un réel univers émerge sous nos yeux.
L’élégance, la superbe élégance française renait. Le chic, l’ultra chic est d’assortir stylistiquement sa bicyclette et les habits. La gageure est de taille. Un concours à l’appui, il s’agit de montrer sa capacité à s’inspirer d’une date autre, à effectuer un réel voyage spatio-temporel.
Les styles, les périodes historiques s’entrechoquent pour le plaisir des yeux. Ludique, telle est l’atmosphère, indéniablement. Les Bustiers des années 50, cohabitent avec les hauts de forme XIXème.

Le jeu plait.

Diverses nationalités sont représentées. Japonais, coréens, italiens et anglais affluent. Entre un retour espiègle à l’enfance et la recherche historique, le week-end est plus que riche, surprenant et quasi-enchanteur Plus de 13 000 personnes se sont aventurées à Saumur ce week-end là.

Le samedi matin, les concurrents et visiteurs sont arrivés sur le site. Un village vintage impressionnant a été crée afin de les divertir. 6 000 M2 ont été dédiés au vélo à travers les âges. Des boutiques étaient capables de vous fournir un engrenage des années 40 à 80, d’autres étaient consacrées à la mode. Chapeaux, sacs, chaussures, tout était envisageable. La satisfaction était à son paroxysme.
De nombreuses activités étaient proposées. Une exposition Vélos de Légende, organisée par le Conseil Général de Maine-et-Loire, permettait d’admirer quelques superbes spécimens. Tous appartenaient à la collection d’Emmanuel Dehan et remémoraient les modèles usités par les ‘Grands’, Bobet, Mercks, Poulidor, etc ..

Une poste ‘à l’ancienne’ avait a été reconstituée à partir de la collection d’un angevin, Olivier Groult. Grace à elle, chacun pouvait envoyer des télégrammes particuliers. Leur texte, arrivé en son lieu de réception se voyait typographié à la façon d’un ’old timer’.
Un stand a servi quelques mets audacieux. Usitant les ’légumes à l’ancienne’ produits par la Coopérative agricoles de Maine-et-Loire, des chefs régionaux ont osé Les tomates et guignolet, Le tartare d’asperges vertes et blanches aux noisettes torréfiées.. Etc.. Tout a été fait pour le divertissement optimal.

Le midi, une réception a lieu au domaine Gratien & Meyer. Entre cocktails et jazz band, une visite des caves a été organisée. Le saumurois a dévoilé quelques uns de ces charmes secrets. Techniques anciennes de vinification, dégustation, chaque instant s’est avéré précieux. Saumur brut, demi-sec, rosé, crémant de Loire, les vins ont affiché leur singularité. A envisager également le Festillant. Création de la maison Gratien&Meyer, cette boisson réalisée à partir des cépages locaux, a été désalcoolisée. Si l’alcool a disparu les aromes sont encore très présents. Blanc, rosé voire agrémenté de diverses manières (aromatisé au Cranberry, au Pamplemousse etc,..), le nectar mérite une certaine attention.

L’Après-midi, le concours. Les concurrents se présentaient selon quatre catégories, Branché, Glamour, Sportif, et Authentique .. Les machines de course étaient rutilantes, les yeux des compétiteurs emplis d’espoir.
Tous ont joué d’inventivité et d’adresse pour finaliser une tenue, pour présenter une apparence cohérente et particulière. Trente deux tenues singulières ont captivé le public Un prix spécial, hors catégorie, récompensant encore plus la créativité et la témérité a été attribué. Citons entre autres les noms de Mme Baruzzo (Prix special du Jury), de Delphine Lemoigne (1er Prix Glamour), Christophe Delucas (1er Prix Branché), Christian Cappeleto (2ème Prix Sportif), Bernard Letscher (3ème prix Sportif), Alexandre Voisine (2ème Prix Authentique) et son Grand-Bi,..

Le soir, une réception a été donnée par la Maison Bouvet-Ladubay. Le diner a permis d’entrevoir la richesse des productions locales. Un bal agrémenté de Lindy hop a enchanté les présents. Il a permis de varier les plaisirs. Les étoffes se mariaient, les imprimés des tissus, se juxtaposaient à l’instar de l’Histoire.
La Musique, la Danse créaient une sensation de liberté, presque équivalente à une échappée extraordinaire. Le week-end s’annonçait trépidant. Il fallut rentrer pas à pas, en prévision du lendemain, tout pareillement prometteur. ..
Saumur illuminée, la citadelle et château, surplombant la Loire, laissaient songeur. Douce sensation et délectation. A tout étranger à ce monde, la beauté ligérienne s’affichait.

La renommée de la région, de ses joies visuelles et gustatives, n’est pas fortuite.

Le lendemain, le dimanche, l’ambiance était sportive. 1400 Personnes étaient présentes .
Tout un chacun pouvait contre la somme de 12 euros et la location d’une bicyclette, participer à une course cycliste de qualité. Quatre parcours étaient proposés , 34 km pour les sportifs occasionnels, addicts des découvertes, 58 km pour les aguerris, et 100 km pour les amateurs de performance. Chaque itinéraire faisait découvrir outre un paysage superbe, le patrimoine local. Des domaines viticoles, des châteaux, chaque arrêt était une agréable surprise.

Le premier, celui des 34 km, offrait de belles perspectives. Retranscription de quelques instants efforts sportifs, à vivre au présent. A Saumur, sur la ligne de départ, chacun trépignait. Les cyclistes, tous transportés à l’idée de l’aventure, s’afféraient dans les ultimes préparatifs. Et hup, ! Le frémissement d’un drapeau et ils se sont élancés vers les bords de Loire. Quelques voitures de collection les accompagnaient.
En se faufilant entre les vignes, chacun se délectait, percevait les caractéristiques du saumurois, le Bien-vivre, le Bien-manger, la convivialité.. Un lieu idéal pour des séjours à courte ou longue durée.

La course se poursuivit. Un premier arrêt au Château de Parnay, une dégustation de vins particulièrement intéressants y était offerte. . . Les bulles claquaient, explosaient en bouche. Le vin blanc pétillant ou non, distrayait agréablement les papilles. Bicyclette à la main, les uns et les autres s’amusèrent, se ressaisirent. Quelques secondes, quelques minutes, et il était temps de repartir. Chacun réenfourcha sa bicyclette. L’étape suivante fut, à Souzay, un village troglodyte. Spécialité des bords de Loire, ceux-ci sont très typés. Généralement présents dès le XIIème siècle, ils sont le témoignage de l’habitat médiéval local. Les habitations creusées à même la roche offraient une protection contre les intempéries et incertitudes quotidiennes. Elles abritaient également un grand nombre d’activités commerciales. Là, ce dimanche, des boulangers réouvrirent les fours ancestraux et réalisèrent les ’fouées’ une spécialité locale. De la Pâte à pain et du fromage judicieusement alliés surent apaiser agréablement l’appétit des sportifs. Il fut l’heure de reprendre la route, ..

Au loin, se profilait le château de Montsoreau. Dans la cour, un pique nique gastronomique a été organisé. Tous les participants se délassèrent. Assis, allongés dans l’herbe rase, ils s’octroyèrent un repos salvateur.

Quelques minutes consacrées à des nouvelles amitiés et le départ fut annoncé.

Le retour vers Saumur se fit dans l’allégresse. A droite, à gauche, des bicyclettes, des triplettes, des jeunes femmes avec des rubans dans les cheveux, des hommes aux lunettes de motard, .. ! Un audacieux circulait en bi-cycle ! Le Grand bi est apparu vers 1870. Progressivement, la taille de la roue avant est devenue omniprésente au détriment de la roue arrière, petite. L’enjeu était d’accroitre la vitesse de l’engin. Parfois controversé pour sa dangerosité, il devint très usité vers 1884. Lors de l’Anjou Vélo Vintage Tour, Marc Lebreton, champion du Monde de grand-bi en 2009 et 2011 a permis à chacun de se familiariser à sa ligne inusuelle.
Encore, encore, ! L’élégance, l’élégance, la multiplicité et le style. Chacun à son rythme s’achemina vers la ville. A l’arrivée, les concurrents validèrent leur participation. Là, sur le podium, ils exprimèrent toute la joie de découvrir ce pays, cette région. Bien sûr, tous les aspects de la balade ont été évoqués. Les uns privilégièrent la gastronomie, le vin, d’autres la convivialité et les talents des viticulteurs.

Tous ont été conquis. Pour sûr, ils reviendront et avec panache réentreprendront le Anjou Vélo Vintage Tour.

Une superbe aventure, impressionnante par la diversité des sensations qu’elle offre, par l’accueil réservé par les saumurois à cette manifestation. La ville entièrement mobilisée, palpite ce week-end du Grand Tour. Elle se dévoue toute entière au visiteur, au touriste impressionné par cette disponibilité. Célèbre pour ces chevaux exceptionnels, son Ecole du Cadre Noire, Saumur pourrait être dorénavant reconnue par ses montures d’acier.

Venez, venez, vous ne pourrez le regretter, !

A consulter pour préparer tout séjour en Anjou, http://www.anjou-velo-vintage.com/ , http://www.anjou-tourisme.com/ et Le Guide Evasion Anjou édité par Hachette. Les deux derniers suggèrent des hébergements, une analyse du Territoire et une très belle approche de son potentiel.

En dehors du week-end de l’Anjou Vélo Vintage, des randonnées sont suggérées, itinéraires à l’appui, à pied, à bicyclette, .. !

A noter, les apéros Jazz au domaine Gratien&Meyer , tous les vendredi soirs jusqu’au 7 septembre. Détails sur http://www.gratienmeyer.com

Et quelques caves à visiter, www bouvet-ladubay.fr, www.chateaudeparnay.fr, http://www.gratienmeyer.com

Related Articles

1 comment

Location voiture Casablanca 15 mars 2013 - 14 h 40 min

Thanks for finally talking about > A RIDE IN SAUMUR – LUXSURE – Fashion Magazine < Loved it!

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :