Home Art de vivreCulture Maxence Cyrin – The Fantasist

Maxence Cyrin – The Fantasist

by pascal iakovou
0 comment

Remarqué pour deux albums de reprises (Novö Piano, où il revisitait des morceaux phares de l’indie-rock, de la pop et de l’électro et Modern Rhapsodies, consacré à la techno), le pianiste Maxence Cyrin est de retour avec The Fantasist, un album de compositions originales et instrumentales, aux tonalités romantiques et cinématographiques.

The Fantasist désigne un personnage trouble, que l’on pourrait définir comme le double oni- rique ou l’avatar lyrique de Maxence Cyrin. L’album, construit autour de multiples couleurs de claviers (le piano bien sûr, quelques synthés vintage, mais aussi l’orgue Hammond, le clavecin et le Mellotron – un ancêtre sixties du sampler), avec ses mélodies tour-à-tour ferventes et romantiques, ses moments de mélancolie et d’extase, évoque pour le compositeur les caprices d’esthète et le goût pour l’artifice du héros imaginé par Huysmans dans À rebours, ainsi que l’atmosphère réso- lument fin de siècle qui baigne ce roman publié en 1884. « Il y a beaucoup de moi dans cet album », confirme le compositeur parisien, « on y trouve des sentiments très affirmés, mais aussi une dimension rêveuse, qui n’est pas sans évoquer, toutes proportions gardées, la tradition romantique des poèmes sympho- niques. Dans La symphonie fantastique par exemple, Berlioz mettait en scène le personnage d’un musicien, atteint d’un mal étrange, appelé vague des passions, une sorte d’état de rêverie mélancolique, interrompu par des accès de délire et des visions amoureuses. D’un autre côté, c’est aussi un album très expressionniste, dont le côté enflammé pourrait rappeler par exemple Rachmaninov et son Concerto n°2 pour piano ».
Cependant, au-delà des références historiques et classiques, The Fantasist puise sans doute plus dans la musique de film et dans une certaine tradition française de compositeurs pop férus d’arrangements et d’orchestrations.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :