Home Art de vivreCulture Qui es-tu Peter à l’Espace Louis Vuitton

Qui es-tu Peter à l’Espace Louis Vuitton

by Marie Odile Radom
0 comment

« Tous les hommes rêvent : mais pas de la même façon. Ceux qui rêvent la nuit dans les tréfonds de leur âme se réveillent au matin pour penser que ce n’était que du vent : mais ceux qui rêvent en plein jour sont des personnes dangereuses car elles agissent leurs rêves les yeux grand ouverts et veulent que le monde réel soit comme leur rêve. C’est ce que j’ai fait. » T.E. Lawrence

Jusqu’au 09 janvier 2011, l’exposition « Qui es-tu Peter ? » proposé à l’Espace culturel Louis Vuitton explore le thème de l’enfance éternelle à travers le mythe de Peter Pan. Treize artistes de la scène contemporaine s’emparent du conte et donnent leur vision du personnage né en 1904 sous la plume de l’écrivain écossais James Matthew Barrie.

Michel François, 2010 Scribble, Tube d’aluminium, Plâtre, dimensions variables Courtesy Gallery Xavier Hufkens, Bruxelles © Adagp, Paris 2010

Peter Pan est un garçon qui refuse de grandir, devenu depuis le mythe contemporain de l’éternel enfant. Sans se soucier de l’impossible, son imagination est sa plus fidèle alliée pour nourrir le flot intarissable d’aventures dont il est toujours le héros. Depuis peu, il est devenu un syndrome caractérisant les personnes fuyant les responsabilités de leur vie d’adulte. Mais n’est-ce-pas plutôt la dimension créative se cachant en chacun de nous, où l’audace rencontre l’impossible pour élargir le monde vers l’inconnu, que représente Peter Pan ? C’est à cette question qu’ont essayé de répondre les treize artistes à travers 13 regards bien distincts parfois très adultes sur le lien entre enfance et créativité.

Lothar Hempel, 2006, Voyage sans fin, Bateau, MDF, photographic paper, lights 203.2 x 114.3 x 325.1 cm 80 x 45 x 128 ins © Lothar Hempel

L’expérience débute dès l’arrivée dans les 400 m² dédiés à l’art contemporain de l’Espace Louis Vuitton, au 7ème étage de la boutique Vuitton des Champs-Elysées. Pour y accéder, un seul moyen : un ascenseur conçu par l’artiste danois Olafur Eliasson et qui réserve une petite surprise pour les non-initiés nous mettant directement dans l’ambiance. On pénètre alors dans un sas qui nous mène vers « Neverland« , le royaume de Peter Pan.

Grégoire Bourdeil, 2010 Everland © Grégoire Bourdeil

L’exposition débute par l’œuvre de l’artiste Grégoire Bourdeil qui nous propose une installation en plusieurs temps abordant le thème du pirate et la frontière entre le bien et le mal. Everland nous propose deux murs de photographies se répondant, l’un présentant une affiche d’un film inexistant tandis que l’autre contient des photos extraites du film et prises à Paris, Moscou et New-York, comme autant de preuves de l’infiltration d’une piraterie moderne dans les milieux financier, politique ou encore religieux.

Grégoire Bourdeil, 2010 Tirage couleur, 60 x 40 cm © Grégoire Bourdeil

Jolly Roger symbolise ce nouveau symbole pirate et flotte au dessus de la Maison Louis Vuitton. Mais la partie la plus intéressante de son installation reste Wendy, installation vidéo montrant comment la fiction peut plier la réalité à son image en faisant osciller le plongeoir en aluminium présent devant nous lors de la chute de Wendy visible sur la vidéo. Cette mise en scène montrant Wendy captive et bâillonnée symbolise parfaitement le passage vers le monde adulte et la perte de l’innocence.

Melonie Foster Hennessy, 2010 Qui a le temps de grandir ???????, Installation, 1/180 photographie, portrait de Peter Pan (Dorian), projection en technique 3D Courtesy Galerie Vanessa Quang © Melonie Foster Hennessy

L’installation Qui a le temps de grandir ??????? de Melonie Foster Hennessy pénètre le temps en confrontant, à travers un travail de photographie sonore projetant des hologrammes de visages dont l’un subit le passage du temps de 7 ans 77 ans, la volonté de grandir de Wendy et l’éternelle enfance de Peter Pan.

Laurent Pernot, 2010, Vous ne mourrez jamais, Néon, Fusain sur papier Courtesy Galerie Odile Ouizeman © Laurent Pernot

Laurent Pernot envisage la mort et l’éternité à travers deux installations. L’installation vidéo La Fenêtre propose un paysage extérieur à travers lequel on peut peut-être observer la pays imaginaire. La pièce la plus forte de cet artiste est une enseigne lumineuse Vous ne mourrez jamais. L’artiste détourne l’enseigne publicitaire pour poser une question existentielle centrale devenue la clé de voûte de Peter Pan, celui-ci ayant décidé de ne plus grandir et par extension de ne pas mourir.

Arnaud Kalos, 2010 Des ombres dans la magie du trésor, Les Enfants au trésor © Nicolas Julliard

Arnaud Kalos évoque en un film Les Enfants au Trésor où des ombres font irruption dans le trésor de l’enfance. Il utilise le film tourné par sa mère, lors de la découverte d’un trésor de 6000 monnaies d’argent datant du 3ème siècle qu’il avait faite avec ses frères et sœurs quand il avait huit ans. L’artiste y met en scène des ombres représentées par nos silhouettes se dessinant à travers le faisceau de projection, allégories des peurs enfantines mais surtout une mise en avant de la part d’ombre du monde.

Nicolas Julliard, 2010 L’hydrophyle, Captures vidéo © Nicolas Julliard

Virginie Yassef, en une pépite d’or géante, ouvre un ailleurs A six soleils de marche tandis que le Chinois Ji Ji descend en rêve sur terre. Jean-Philippe Illanès présente, dans la vitrine de la rue de Bassano, la maison de Peter Pan où les objets ont subi de drôles de détournements. L’Argentine Marina de Caro imagine des utopies d’éducation et la vidéo de l’Hydrophile de Nicolas Julliard sonde des confins abyssaux mais terriblement apaisants. Janaina Tschäpe propose l’écologie du Neverland, l’île de Peter Pan où Lothar Hempel met en scène des charades et Michel François des constructions d’idées.

Jérôme Zonder, Papa, Fusain sur papier Courtesy Galerie Eva Hober © Jérôme Zonder

L’œuvre la plus bouleversante et la plus magique est à mon avis l’installation imaginée par Jérôme Zonder. Au détour d’une porte débute le couloir de circulation de l’Espace Culturel, espace étroit et clos permettant de passer d’une partie à une autre. S’étirant sur plusieurs mètres, l’installation The father’s and mother’s wood apparaît alors tout autour de nous, nous happant et nous emmenant dans un univers étrange et fascinant. Une fresque totale en noir et blanc, recouvrant l’ensemble des murs, sols et plafonds nous enveloppe mais c’est pratiquement une vision de charnier, de corps enchevêtrés partiellement dénudés, de crânes et d’images infernales, un cauchemar graphique qui nous conduit aux portraits du père Papa et de la mère Maman de Peter Pan. Cette fresque, puissante vanité, ne se laisse pas uniquement voir, elle devient presque vivante, on la parcourt, on essaye de la contourner, de la traverser mais on finit par piétiner ces corps emmêlés au sol car il n’existe aucune possibilité d’y échapper.

"LES PANDA" DE JI JI - VERNISSAGE DE L'EXPOSITION "QUI ES TU PETER" A L'ESPACE CULTUREL LOUIS VUITTON

L’exposition « Qui es-tu Peter ? » est d’abord une réussite scénographique de toute beauté avec une diversité des œuvres très appréciable. Profitant des méandres labyrinthiques de l’Espace Culturel Louis Vuitton, le visiteur se perd et passe d’un espace à un autre, ouvre une porte pour entrer dans un nouvel univers, revient en arrière. Il se laisse entraîner d’une œuvre à une autre, complétement pris dans une sorte d’articulation autour d’univers oniriques et parfois inquiétants. On plonge alors dans un monde où tous les sens sont en éveil et où la question posée prend alors tout son sens.

La fenêtre - Laurent Pernot

Mais avant tout, en perdant nos repères d’adultes dans ce labyrinthe sensoriel et en nous confrontant à un monde merveilleux parfois cruel, « Qui es-tu Peter ? » nous invite à une véritable introspection. Et si Peter était finalement cette part d’inconscient qui serait à l’origine de toute notre créativité et qu’on nomme l’enfance ?

Exposition Qui es-tu Peter ?
Du 1er octobre 2010 au 9 janvier 2011

Espace Culturel Louis Vuitton
60, rue de Bassano, 75008 Paris
Ouvert du lundi au samedi de 12h00 à 19h00, le dimanche de 11h00 à 19h00.
Entrée libre

Marie-Odile Radom


Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :