Home Horlogerie et Joaillerie FRED – SOLEIL D’OR

FRED – SOLEIL D’OR

by pascal iakovou
0 comment

Les pierres de couleur ont toujours fait battre le coeur de Fred Samuel. Cette passion, nourrie dès son enfance en Argentine auprès d’un père joaillier et négociant en pierres, puis lors de son apprentissage chez Worms à Paris, stimula son imaginaire autant que sa créativité, et se transforma en une expertise reconnue et recherchée.

En fondant sa Maison en 1936, le « Moderne Joaillier Créateur » attire rapidement une clientèle de célébrités qui raffole justement de ce type de pierres. Dès les années 1950, les grandes familles royales du monde entier lui passent à leur tour des commandes exceptionnelles. Pour les réaliser, Fred Samuel se met en quête de gemmes qui le soient tout autant et exécute de véritables chefs d’oeuvre. Considéré comme un pionnier en la matière, FRED s’impose dès lors comme le joaillier de la couleur. Expositions joaillières à Cannes, Monaco, Megève, Saint-Tropez ou encore à bord du paquebot France, ouverture d’une boutique à Monte- Carlo en présence de la Princesse Grace en 1976… : pour la Maison, l’époque est festive et fastueuse. C’est alors que le destin va décider de faire un clin d’oeil à celui qui a toujours eu foi en sa bonne étoile. En 1977, FRED va faire une rencontre extraordinaire avec l’un des plus incroyables diamants jaunes du monde : le SOLEIL D’OR, ainsi baptisé par la Maison tant sa couleur intense semblait avoir capturé en lui tout l’éclat et les rayons du soleil. À l’heure où ce joyau fabuleux revient dans le patrimoine de la Maison, Voici son histoire :

Beverly Hills, le 7 juin 1977. FRED inaugure sur Rodeo Drive sa première boutique américaine. Le jour aurait pu être marqué d’une pierre blanche, il le sera finalement par un diamant exceptionnel. Henri Samuel, le fils aîné de Fred Samuel, découvre en effet l’existence d’un diamant jaune : par son poids incroyable de 105,54 carats et sa teinte dite FANCY YELLOW considérée comme l’une des plus fascinantes, la pierre est d’une beauté extraordinaire en tous points.

« Pour un joaillier, tenir entre ses mains et commercialiser une pierre de cent carats demeure une expérience unique, et nous sommes très peu à travers le monde à l’avoir vécue. » Fred Samuel, Mémoires d’un Joaillier, Éditions du Rocher, 1992.

Combinée à son poids magnifique, cette couleur vibrante est rendue encore plus exceptionnelle par sa taille émeraude aux lignes élancées. Celle-ci est en effet rarissime dans sa forme, sa dimension et sa couleur car il faut que la couleur soit dense et homogène dans la matière. Chaque facette révèle ainsi des trésors de luminosité et leur observation se transforme en un véritable voyage fascinant.

En un instant, la magie opère. Littéralement subjugué, le joaillier acquiert sans hésiter ce trésor de la nature et fait entrer FRED dans un club très fermé : celui des grands joailliers détenteurs de pierres de plus de cent carats. Un ultime détail rend cette découverte encore plus inédite : contrairement aux autres diamants prestigieux, cette pierre spectaculaire est une gemme anonyme, offrant ainsi la chance rare à un joaillier de lui choisir un nom.

Un seul regard à sa couleur étincelante suffit à Henri Samuel pour la baptiser le SOLEIL D’OR. Par ces seuls mots, tout était dit, renforçant l’idée que le SOLEIL D’OR semblait destiné à croiser le chemin de FRED.

Littéralement perfusé de l’éclat de l’astre roi, il n’est pas sans rappeler la lumière de la Riviera, si chère à Fred Samuel. Sa radiance solaire incarne également la joie de vivre, l’optimisme, l’énergie et la chaleur qui animent chaque bijou imaginé par la Maison depuis 1936.

Le 5 octobre 1977, c’est avec cet astre précieux attaché à son cou -et en tête, déjà, le nom du client qui succombera à coup sûr à son charme qu’Henri Samuel embarque sur le Concorde à destination de Paris.

Et son intuition est la bonne. Le client ne résiste pas à l’éclat du SOLEIL D’OR, à la modernité de sa taille émeraude et son ratio incroyable. Son coup de foudre est tel qu’il préfère même l’acheter non monté, malgré les propositions de dessins visant à le sublimer. Parce que l’aura et la beauté du diamant sont uniques, la Maison désire toutefois organiser sa présentation au monde. Le SOLEIL D’OR est ainsi dévoilé le 24 novembre 1977 au sein de la boutique historique de FRED, au 6 rue Royale à Paris, lors de l’exposition « Quelques-uns… des plus beaux diamants du monde ». Mais l’histoire ne serait pas totalement signée FRED sans ce grain de malice qui sublime les petits et grands moments de la vie…

Pièce maitresse de cette exposition, le SOLEIL D’OR est également, quelques jours avant sa présentation officielle, la star d’un déjeuner organisé pour la presse et les amis de la Maison chez Maxim’s, célèbre restaurant de la rue Royale, en présence de l’actrice Margaux Hemingway.

« Le jour de la présentation du SOLEIL D’OR, chez Maxim’s, Henri était placé à côté de Margaux Hemingway. Il lui proposa de lui montrer le diamant qui était alors le plus beau de sa collection. Ravie, Margaux accepta et, jouant avec la pierre, fit semblant de l’avoir perdue. Affolement des participants, tout le monde s’affaira jusqu’au moment où elle fit réapparaître la pierre entre ses dents ! » se souviendra toujours Fred Samuel.

Une péripétie qui donnera vie à un cliché inoubliable de l’actrice faisant mine de croquer le diamant dans un sourire rayonnant.

Ce magnifique coup d’éclat, dans tous les sens du terme, met encore un peu plus le « Moderne Joaillier Créateur » dans la lumière, faisant de la Maison l’une des plus prestigieuses au point que, « dans les années 1980, FRED est le joaillier que son chiffre d’affaires classe au premier rang parisien. » Comptant parmi les fournisseurs favoris des cours royales et princières en particulier au Moyen- Orient, FRED poursuit sa quête de pierres exceptionnelles.

En 1986, dans la lignée du SOLEIL D’OR, FRED présente le « Soleil de Paris », un diamant jaune taille coussin de 70,62 carats, que la Maison magnifie sur un collier, somptueuse rivière à double rangs de diamants blancs taille brillants.

Perpétuant la passion de son fondateur pour les diamants et pierres de couleur,

FRED réunit quelque 50 spécimens à l’occasion de l’ouverture de sa boutique aux Galeries Lafayette l’année suivante, puis imagine l’incroyable parure « Arc-en-Ciel » sertie de 42 diamants de couleur en 1988.

On les retrouve par exemple dans la parure « Pretty Coeur », dont le collier de diamants blancs fancy cut est orné d’un magnifique diamant jaune taille coeur de plus de 15 carats, et dont la bague est rehaussée d’un diamant jaune taille émeraude de 11,25 carats.

A l’issue de sa présentation initiée par FRED en novembre 1977 à Paris, la radiance de SOLEIL D’OR s’éclipse donc dans le secret de collections privées. Mais le souvenir de celui qui reste considéré comme l’un des plus fabuleux diamants dans l’histoire de la joaillerie, -il figure à la 52e place sur la liste des plus gros diamants taillés du monde dans le livre « Famous Diamonds » de Ian Balfour- ne s’est jamais éteint. « L’histoire du SOLEIL D’OR est certainement à la fois pour moi, mais aussi pour la Maison FRED une immense fierté et une référence unique dans l’univers des grands joailliers » affirmait Henri Samuel en 2018. Aurait-il pu imaginer qu’une fois de plus, le destin allait décider de remettre cette pierre merveilleuse sur le chemin de FRED ?

À son arrivée, Charles Leung, CEO de FRED, projette de réaliser la première exposition rétrospective de FRED et faire ainsi rayonner l’audace créative, l’avant-gardisme et le savoir-faire d’une Maison née en 1936, à l’éternelle jeunesse.

Ainsi il lance un grand programme patrimonial visant à reconstituer plus de huit décennies d’archives, constituées entre autres de milliers de dessins et photographies, de lettres de clients célèbres et autres documents retraçant la fabuleuse histoire du « Moderne Joaillier Créateur ». Valérie Samuel, Vice-Présidente et Directrice Artistique de FRED, part alors sur la trace des pièces qui ont jalonné depuis 85 ans l’histoire de la Maison. Commence dès lors une véritable chasse au trésor au travers d’une campagne « FRED cherche FRED » lancée à travers le monde.

N’imaginant pas un moment retrouver le SOLEIL D’OR, elle tente notamment de remettre la main sur le certificat de la fabuleuse pierre. Au printemps 2021, cette classique recherche d’archives va alors transformer un rêve inavoué en une réalité folle : après 44 ans, comme s’il suivait dans l’ombre les pas de FRED, le SOLEIL D’OR ressurgit devant la petite-fille de Fred Samuel.

Polie et retaillée en taille émeraude à pans carrés, la pierre pèse désormais 101,57 carats. Cette nouvelle forme intensifie sa couleur, désormais « Fancy Intense Yellow » et rend le SOLEIL D’OR encore plus exceptionnel. Dans la Monographie qu’il lui consacre en mai 2021, le GIA (Gemmological Institute of America) note ainsi que « Le SOLEIL D’OR figure sans aucun doute parmi les pierres précieuses les plus impressionnantes du monde. La taille magnifique de ce diamant, associée à sa couleur exceptionnellement riche, ne se rencontre que rarement. La rareté de cette pierre dans la nature, associée à sa beauté spectaculaire, la place dans une catégorie exclusive… Le SOLEIL D’OR, dans sa forme finale, est un trésor pour lequel nou devons remercier la terre. » Comme son illustre prédécesseur, Valérie Samuel est hypnotisée par son éclat, pur condensé de lumière et de soleil :

 » En me retrouvant face à cette pierre maîtresse de l’histoire de FRED, j’ai enfin pu mesurer l’émotion que mon père et mon grand-père avaient ressentie avant moi. Sa beauté est un incroyable concentré d’émotions, elle bouleverse quiconque la regarde. Elle est inoubliable »

Il n’en faut pas plus pour décider la Maison à acquérir la pierre qui a ébloui le monde en 1977.

« On dit souvent que les pierres ont une âme. Et sans nul doute, celle du SOLEIL D’OR vibre d’une manière unique », livre Charles Leung. « Peut-être même faut-il voir un signe dans le fait qu’elle revienne à ce moment précis chez FRED… Elle nous rappelle tout le génie et l’expertise de la Maison en termes de Joaillerie. Sa couleur, tellement vibrante de jeunesse et d’énergie, et même de confiance en l’avenir, sera une inspiration permanente pour écrire la suite de l’histoire de FRED. »

Désormais revenu en pièce maitresse dans le patrimoine de FRED, le SOLEIL D’OR brillera lors de la première exposition rétrospective de la Maison à découvrir au Palais de Tokyo à Paris à l’automne 2022, puis en Asie au cours de l’année 2023.

Dignes d’un roman d’aventures, la vie et le destin de Fred Samuel y croiseront son esprit visionnaire et son savoir-faire illustrés par les pierres et les bijoux les plus fascinants qui ont jalonné l’histoire de FRED.

Parmi eux, des parures d’exception ou encore la broche « Oiseau » composée de saphirs multicolores pour un poids total de 56,70 carats et, bien sûr, le SOLEIL D’OR… « D’abord en acquérant l’un des diamants les plus incroyables qui fit de FRED l’un des rares joailliers détenteurs de pierres de plus de cent carats. Puis aussi en sachant immédiatement à quel client il ne peut qu’être destiné. Enfin en imaginant un événement à la hauteur de cette pierre extraordinaire, avec un tel sens de l’avant-garde, de l’audace et de l’innovation. Nous sommes en 1977 et, déjà, une émission de télévision lui est dédiée… ce qui était totalement inédit pour l’époque ! Cette vision, à la fois passionnément artistique et audacieuse, c’est là le génie de FRED. »

Merveille de la nature et joyau de cette prochaine exposition, le SOLEIL D’OR demeure une icône éternelle : dans son éclat rayonnent à jamais la lumière de la Riviera si chère au coeur de FRED, la joie de vivre solaire et l’esprit du « Moderne Joaillier Créateur »

www.fred.com

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :