Home Art de vivreCulture Ruinart, mécène de l’art

Ruinart, mécène de l’art

by pascal iakovou
0 comment

Il y a quelques semaines, nous assistions pour Ruinart à une double célébration, son partenariat avec le salon Paris Photo ainsi que le Yokohama Project. Une fois de plus, Ruinart nous prouve qu’il est le champagne de l’art.

Voici quelques images de nos selections sur Paris Photo.

Ce jour là nous célébrions aussi le vernissage du projet Yokohama. The Yokohama project est d’abord une histoire de famille, celle de Giada Ripa et de son aïeule Mathilde Ruinart de Brimont. Le point de départ est un album photo, composé de photographies anciennes datant de plus de 150 ans, retrouvé par l’artiste Giada Ripa dans sa maison du Piémont en Italie. Vues, notes historiques et types autochtones du Japon, 1868, composé de 53 impressions colorées à la main, représente des portraits et des vues de la ville de Yokohama (Japon) et de ses alentours. Son auteur est Felice Beato, « narrateur visuel » de la société japonaise dans les années 1860. Il est alors originaire de Venise et décide de s’établir au Japon au moment où furent de nouveau accueillis les visiteurs occidentaux alors que le Shogun (grand général pacificateur des barbares) avait jusque là interdit l’accès aux étrangers hors missions diplomatiques.Pendant 50 ans, jusqu’au début du 20ème siècle, les photographies de Felice Beato vont alors constituer en Occident – une des principales sources d’imagerie collective de la société asiatique, utilisées alors comme illustrations dans de nombreuses publications, carnets de voyage ou journaux. En parallèle, Mathilde Ruinart de Brimont, artiste amie de Felice Beato et muse de plusieurs intellectuels, partit pour l’orient en 1867 avec son mari diplomate. Elle fournit une description riche et vivante au travers de deux manuscrits : « Carnet de voyage » et « Voyage au Japon ».Forte de ses premières pistes d’exploration, Giada Ripa décide de suivre les traces de son ancêtre et de Felice Beato et s’envole au Japon avec l’envie de saisir le pays à travers son objectif, 150 ans plus tard.  De ce voyage est née l’exposition « The Yokohama Project 1867 – 2017 », structurée en deux chapitres qui croisent son travail contemporain de photographe à une double approche d’archive et d’anthropologie. Elle cherche à travers son regard d’artiste occidentale à établir un lien entre les images de Felice Beato des années 1860 et la figure de son aïeule. Avec leurs tentatives respectives, elle identifie les analogies locales et contemporaines et amène à la réflexion sur les transformations de la société et du paysage à Yokohama et de ses alentours. Par un aller-retour constant entre le passé et le présent, Giada Ripa croise, recoupe et rassemble les représentations occidentales du Japon d’hier qui peuvent encore exister aujourd’hui.   Yokohama project a été réalisé en collaboration avec Ruinart. Il a été exposé jusqu’à fin novembre à la Galerie Magda Danysz.

La maison Ruinart est née au cœur du « siècle des lumières », courant intellectuel qui a fortement contribué à l’Art de Vivre à la française. Le faire perdurer, le développer et l’exporter est donc une mission très naturelle pour la doyenne des maisons de champagne.

Son engagement dans le domaine de l’Art s’exprime à travers sa participation aux plus grandes foires d’art internationales mais aussi et surtout via ses commissions auprès d’artistes de renom qui donnent leur vision de la maison. Une manière de faire partager son patrimoine, son histoire, son savoir-faire et ses cuvées à travers le monde.

La maison Ruinart est aujourd’hui le champagne officiel des plus grandes foires d’art à travers le monde. Elle accompagne plus de 30 d’entre elles parmi lesquelles Art Basel, Masterpiece London, Art Paris, Art Stage Singapore, ARCO Madrid, Pavillon des Arts et du Design et Expo Chicago.

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :