Home Mode Coco Chanel à l’écran : cigarettes et perles.

Coco Chanel à l’écran : cigarettes et perles.

by Manon Renault
0 comment

Après Keira Knightley, égérie du parfum Coco Mademoiselle, c’est Kirsten Stewart , autre habituée de la maison qui revêtira les perles le Gabrielle Chanel pour un nouveau court-métrage dirigé par Karl Largefeld . Comme pour « Once Upon a time », tournée en 2013, c’est la cité du cinéma de Luc Besson qui a accueilli le tournage. Cette fois-ci il s’agit d’un film « mise en abîme »: une mise en scène ou Kirsten Stewart interprète une actrice « arrogante » et « imbuvable » (Cf: Karl Lagerfeld) passant une audition pour jouer dans un biopic sur Coco Chanel. Un film tout autant sur la mythique créatrice de la maison aux sacs matelassés et tailleurs en tweed, que sur le métier d’actrice. Une sorte de satire, un geste audacieux, qui ne surprend pas de la part de Karl Lagerfeld.

Occasion de revenir sur les différentes actrices, ayant prêtées leurs traits à la poignante Coco Chanel:

Marie-France Pisier dans « Chanel solitaire » de George Kaczender (1981).Capture d’écran 2015-08-24 à 19.20.11Ce film se concentre sur l’incroyable ascension de Coco Chanel: la construction d’une héroïne moderne et de ses histoires d’amours tourmentés, notamment avec Boy Capel.

Shirley MacLaine et Barbora Bobulova pour le téléfilm « Coco Chanel » (2008).435197_f520

barbora-bobulova-coco-chanel-cbvhv1ezUn film bilan: le retour de Coco Chanel (Shirley MacLaine) sur son enfance, la mort de sa mère, son départ pour les Etat-Unis, jusqu’à son succès. Interprétée par Barbara Bobulova, l’actrice rejoue les grandes étapes d’une ascension qui ne s’est pas faite sans barrages.

Audrey Tautou dans « Coco avant Chanel » d’Anne Foutaine. (2009)giphy

960Retour sur le parcours de la couturière avant qu’elle n’habille toutes les femmes de France -et de la planète. Un portrait qui souligne le caractère effronté de la créatrice qui décide très tôt qu’elle  » ne sera la femme de personne ». Le portrait d’une indomptable interprété par la malicieuse Audrey Tatou, égérie du parfum Chanel n°5.

Anna Mouglalis dans  » Coco Chanel et Igor Stravinsky » de Jan Kounen (2009)tumblr_medui9e4rz1qhsnoto2_500  081217_anna_mouglalis_en_coco_chanel_aspx64754pagemainimageref_jpg_985181526_north_320x480Le récit de la rencontre entre deux créateurs hors-normes. Igor Stravinsky, fuit la Russie avec sa famille (c’est-à-dire enfants et femme), et rencontre Coco Chanel à Paris . Elle admire déjà sont oeuvres. Un coup de foudre : une liaison interdite. Quelle est la place de la passion dans le processus créatif ?

Keira Knightley dans le court-métrage « Once Upon a Time… » de Karl Lagarfeld. ( 2013)tumblr_mmho1r9DTW1ra34f4o4_250

Un court métrage qui revient sur les premières pièces qui ont permis à Gabrielle de devenir Coco : les chapeaux, qu’elle réalisait dans sa boutique de Deauville. Ici c’est l’actrice Britannique Keira Knightley , égérie du parfum Coco Mademoiselle, qui incarne la couturière.

Une vie sentimentale et une vie professionnelle en miroir -miroir asymétriques. Inventive, déterminée, elle ne redoute personne, à une heure ou les femmes sont encore sous l’emprise de maris rétrogrades et de robes maussades. Elle invente les jerseys, fait tomber les corsets. Personne n’y croyait: marnières, pantalons pour les femmes. Une dame qui jusqu’au bout innova, même du haut des marches de la rue Cambon. Ascension, construite de légendes et de mythes perpétués par la grande dame elle-même. Redoutée, c’est la vie sentimentale de Coco qui ramène le personnage au rang des mortels. Des déceptions, des tragédies…Beaucoup de films semblent se pencher sur ce côté du personnage, cette fragilité entourée d’une armure en perle…
Seul Karl Lagerfeld semble éviter ces épanchement et se concentrer sur l’audace de la grande Mademoiselle.

Une silhouette, toujours droite, cigarette entre les lèvres : Coco insoumise.

 

 

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :