Home Art de vivre A LA DECOUVERTE DES VINS D’ALSACE

A LA DECOUVERTE DES VINS D’ALSACE

by Sophia Lafaye
0 comment

Le 105 rue Faubourg St-Honoré a été le lieu d’une intéressante dégustation de vins d’Alsace. Organisée par la région Alsace et quelques viticulteurs, elle a permis de mettre en lumière de précieux breuvages. Vins rouges, vins blancs, rosés, ont dévoilé leur capacité de séduction. Tout un savoir-vivre a été entraperçu par petites gorgées.

Au-delà des usuelles classifications par cépage, les vins avaient été répertoriés en fonction de leurs caractéristiques. Les vins ’Frais‘, fiers, éclatants, sont issus généralement d’un lieu-dit Alsace Grand Cru. Les vins ’Intenses‘, procurent des sensations plus introspectives, évoquant les sous-bois. Les vins ’Moelleux’ , incontournables, s’avèrent délicats, délivrant de surprenants arômes.
Les vins ’Effervescents‘, ou Crémants d’Alsace apportent une note festive indéniable.

Quoiqu’il en soit les 7 cépages d’Alsace étaient présents. Le Riesling, les pinots (Blanc, Gris, Noir), le Sylvaner, le Gewürztraminer, le Muscat. En Alsace, ils donnent au vin leur appellation. Une trentaine de vins aux accents gustatifs divers, ont permis de voyager un instant dans cette belle région. A noter quelques superbes bouteilles à acquérir déco couvrir absolument. En premier, il est impératif de mentionner le singulier Gypse (2010), de Sylvie Spielmann. Alliage subtile de pinot noir, blanc et gris, ce vin est typé. D’une intense minéralité, il évoque parfaitement le terroir terrain sur lequel ces vignes prospèrent, une ancienne carrière de gypse. A mentionner également quelques Riesling. Le Riesling (2010) Finey-Sohler, le Riesling Grand Cru (2008) de Winzenberg. Le dernier, très minéral, présente moins de rotondité en bouche que le premier.

Un pinot gris de François Schmitt est de très belle facture. Le Maréchal (2010) est extrait du terroir Bollenberg. Vin puissant, subtil, il peut accompagner des mets raffinés. En bouche, il délivre progressivement des saveurs briochées, une ampleur insoupçonnée. Vin de garde, il pourrait être encore plus intéressant dans quelques années. Ce vignoble relativement récent (1972), offre une grande diversité de vins avec une attention particulière à la qualité.

Les pinots noirs étaient également très bien représentés. Celui de Bachert Noëlle (2001), présente un intéressant goût de cassis, très prégnant. Le domaine Lucien Albrecht (Le Pinot Noir Weid 2009) est une réelle splendeur. Les papilles distinguent un délicat goût de griottes, et enfin de noix. Elevé en fut de chêne, il délivre des nuances raffinées. Vignerons de tradition, depuis 1425, les Albrecht paraissent s’intéresser au vin tels des alchimistes. Ils démontrent une réelle maitrise.

Un Gewürztraminer de 2005, Vendanges tardives, de la Maison Trimbach offrait une agréable perspective sur les vins de Vendanges Tardives en Alsace.

Le Domaine Jean-Marc Bernhard, Gewürztraminer Grand Cru Mambourg 2009 est une superbe réussite. Liquoreux, avec en bouche un arrière plan minéral, il se savoure instant par instant. Une note d’agrumes est à mentionner (citron vert, kumquat).

Afin de parfaire la mise en condition, quelques viticulteurs étaient présents. Une interview de l’une d’entre eux, Sylvie Spielmann, adhérente des diVINes, a été réalisée.

Vous avez participé, il y a un an, à la création des DiVINes, une association de femmes liées au vin en Alsace. Avez-vous recouru à un processus particulier afin de choisir cette appellation ?

Nous avons lancé uns sorte de concours de propositions via notre page Facebook.
Celle-ci nous a séduit.

Vigneronnes, œnologues, cavistes, sommelières, combien de femmes alsaciennes ont adhéré ?

Une soixante de femmes.

Quels étaient vos objectifs ?

Nous souhaitions donner une tribune à ces femmes, qu’elles puissent s’exprimer. Evoquer leurs situations mais également pouvoir s’entraider. Au travers de Facebook, chacune d’entre elles peut poser une question, obtenir facilement et rapidement une réponse. En fonction des problèmes, cela s’avère fort très utile.

Nous essayons également de nous réunir avant les vendanges, etc..

Vous avez un autre objectif faire découvrir le vin et vos domaines. Que proposez-vous concrètement ?

Nous organisons des dégustations au sein des divers domaines. Leurs thèmes peuvent varier. Des visites du Musée du Vignoble sont possibles. Depuis peu, nous accueillons dans les divers vignobles des élèves.

A partir de quel âge les accueillez-vous ?

Le public peut-être très jeune. Nous travaillons régulièrement avec des élèves d’Ecoles primaires.

Avez-vous d’autres projets ?

Oui, nous essayons constamment d’émettre d’autres idées.

Etes-vous en contact avec d’autres associations régionales de ‘vigneronnes’ ?

Oui, les DiVINes font partie du Cercle national des ’Femmes de vin’. Des Bourguignonnes, des bordelaises, des Languedociennes etc, ont une démarche similaire à la nôtre. Nous organisons parfois des évènements collectifs. Par exemple, en Juin 2011, une dégustation commune a eu lieu pendant le Vinexpo à Bordeaux.

Vous êtes vous-même vigneronne, pouvez-vous parler de votre Gypse (2010), présent dans cette dégustation ?

Il s’agit d’un assemblage de pinot blanc, gris, noir. La particularité du terroir est son utilité première. Pendant un siècle, ma famille a exploité une carrière de gypse à cet endroit. Elle a été comblée et des vignes ont été plantées.
Le vin est typé, très minéral. Ses arômes sont atypiques inus

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :