Home ModeFashion Week Smalto SS2012 Paris Fashion Week

Smalto SS2012 Paris Fashion Week

by pascal iakovou
0 comment

L’homme couture Smalto
Pour ce défilé Printemps Eté 2012 , la maison Smalto a décidé de mêler prêt à porter et couture. Le défilé ayant été précédé d’une dizaine de pièces exceptionnelles, uniques réalisées au sein de la maison Smalto, seule griffe masculine inscrite à la Chambre Syndicale de la Couture. Une collection tout en finesse et en retenue. On soulignera le finale où Alexandre Cunha a été accompagné d’un mannequin enfant tous les deux en Smoking trois pièces col châle. Ce même finale qui nous a valu les honneurs d’une diffusion de notre video sur Good Morning America sur ABC, ainsi que plus de 40 000 vues.

Une collection donnant la part belle aux cuirs.
Avec la complicité des ateliers, Youn Chong Back insuffle son sens aigu de la modernité aux cuirs exotiques. Un exercice artisanal tellement minutieux que l’oeil ne distingue ni surépaisseur, ni raccord sur ce smoking kimono en agneau plongé dont le col est incrusté d’une bande de patte d’autruche; sur ce trench d’été en chèvre velours aux empiècements crocodile ; et sur ce perfecto dont le corps est taillé dans l’autruche, les emmanchures dans des pattes d’autruches si étroites, et le bas du dos dans un agneau plongé matelassé. Même le classique smoking col châle réinterprète ce traitement des peaux en s’inspirant de leur relief par des broderies au bord des revers, tandis qu’un fil main incrusté de microperles noires dessine les écailles du crocodile sur une veste militaire. Dessous, se glisse une chemise à col cassé et plastron dont le remarquable plissé en biais a nécessité de longs métrages de coton. Le luxe de ne pas compter, de ne pas montrer. Juste de suggérer.

Les influences des 70’s s’expriment par les coupes et les longeurs dans une humeur minimale, sharp tout en relief.
Il y a d’abord les matières: ces soies, ces cotons, ces lins et ces mélanges de peaux -cuirs exotiques et cuirs lisses – qui donnent un grain, une texture à l’allure.
La structure: emprunté au sur-mesure, elle s’appuie sur l’épaule traditionnelle Smalto, à la ligne légèrement ascendante et au roulottage juste accentué. Et la géométrie des empiècements et des surpiqures qui soulignent le patronage : une couture suit le profil des revers d’une veste tandis que sur la version smoking, c’est une pièce de satin qui joue les trompe-l’oeil ; des points effet main scandent la martingale d’une veste officier ; des doubles surpiqures courent sur le revers d’un col, les poignets et les poches d’un caban court… Toujours la même signature tailleur qui concède à la silhouette son aplomb, sa construction, ses proportions, et son élégance.

Il y a bien ces allusions vintage dans les chemises aux imprimés cachemire, aux motifs cinétiques, aux fleurs presque psychés. Mais la coupe – petit col, petit poignet – prend tout son sens dans un vestiaire masculin contemporain. Même la palette naturelle infusée de bleu qui tire vers le vert, de prune, de lie de vin, de brun cigare ou chocolat témoigne d’une luxe en sourdine. En accord avec son époque et les fondamentaux de Smalto.

Backstages

Related Articles

%d blogueurs aiment cette page :