1341 Views |  Like

L’orchestre symphonique de Montréal nous dévoile sa saison en grandes pompes 

La ville de Montréal déborde d’attractions et d’animations. Elle est aussi synonyme de culture avec des endroits comme le MAC et l’OSM dirigé par le grand chef d’orchestre Kent Nagano. C’est avec joie que Luxsure a pu assister en exclusivité au dévoilement de la saison de l’OSM 2017-2018. Cette nouvelle saison nous ouvre les portes des univers symphoniques de MAHLER, BEETHOVEN, MOZART ET VERDI.

C’est d’abord avec La Symphonie n8 « des Mille » de Mahler que l’OSM ouvre la saison avec faste du 19 au 21 septembre 2017. Ce monument de la musique occidentale constitue une sorte de credo artistique de Mahler qui met sa foi dans la communication entre les hommes et leur capacité à s’élever vers l’ « autre monde ».

La voix y occupe une place importante, si bien qu’elle peut s’apparenter plus à une cantate qu’à une symphonie. Pour représenter fièrement l’ambition de Mahler des moyens considérables sont mis en œuvre par l’OSM qui a rassemblé un éventail de chanteurs de premier plan et une masse chorale impressionnante qui se compose de huit solistes dont Marie-Nicole Lemieux, le grand chœur de l’OSM et les Petits Chanteurs du Mont-Royal, auxquels s’ajoutent les 118 musiciens de l’Orchestre.

L'OSM nous dévoile sa saison en grandes pompes 

Durant toutes la saison on retrouve plusieurs œuvres de Mozart aux combinaisons audacieuses dont des symphonies dans l’énergie de « Paris » et « Prague » et la Symphonie no 40 (21, 24, 25 FÉV), la Messe en do mineur (8 AVR), une œuvre pour chœur, et le Concerto pour clarinette (21-23 NOV) interprété par le suédois Martin Fröst. Il continue d’exercer son pouvoir de séduction dans sa Sinfonia concertante (10 DÉC), son Concerto pour piano no 12 (6 MAI) avec Leon Fleisher au clavier et sa Sérénade « Gran Partita » (24 NOV), interprétée en novembre dans le cadre de la série Musique de chambre.

Verdi sera également à l’honneur à l’OSM puisque son requiem sera joué le 21, 24, 25 MARS 2018. Giuseppe Verdi, attristé par la perte d’un ami, transcende sa peine dans une œuvre puissante. La longue expérience de la scène du compositeur transpire dans cette œuvre liturgique à grand déploiement où l’Orchestre interagit de manière intensément dramatique avec un quatuor vocal et un chœur imposant. Kent Nagano nous offrira sa vision de cette prière pour les morts, qui place l’homme face à son destin.

Enfin les œuvres de Beethoven viennent clore la saison avec l’intégrale des symphonies en une semaine (27 MAI AU 2 JUIN).   Kent Nagano partage avec le public sa fascination pour l’univers de Beethoven à l’occasion de cinq concerts. Les symphonies seront jouées dans un ordre qui tient compte de leur longueur, de leurs affinités ou de leur complémentarité. Cependant, le Festival Beethoven ne saurait se conclure autrement qu’avec la Neuvième symphonie. Le choix de cette œuvre selon l’OSM s’imposait pour terminer la saison 2017-2018 le 2 juin 2018.

 

Orchestre symphonique de Montréal
1600, rue Saint-Urbain
Montréal (Québec) H2X 0S1