2071 Views |  1

Au Pied de Cochon, le grand retour d’une institution parisienne

Il y a quelques jours, nous retournions dans un de nos restaurants préférés Au Pied de Cochon. Nous connaissons tous ce restaurant créé en 1947 par Clément Blanc à quelques encablures des Halles, Au Pied de Cochon devient très vite une institution parisienne. C’est un ambassadeur de la cuisine à la française
Cette adresse confidentielle du Ventre de Paris est alors encore planquée au 1er étage d’un immeuble de la rue Coquillière… Les habitués grimpent un escalier dérobé pour s’attabler. Très vite, Au Pied de Cochon devient un rendez-vous hétéroclite parisien où les Forts des Halles à la sortie du marché côtoient les noceurs des beaux quartiers
affamés après une nuit endiablée. Lève tôt et couche tard, ce joyeux monde se tape la cloche dans une ambiance fiévreuse et furieusement joyeuse qui va faire l’extraordinaire réputation et le supplément d’âme du Pied de Cochon.


Une âme parisienne.
S’installer sur les banquettes rouges de ce monument historique et mondain et s’accouder au comptoir à l’ancienne de ce décor rétro en diable, c’est se plonger dans l’essence de l’univers titi-parisien. Un lieu inspirant pour les intellectuels, les artistes et l’intelligentsia politique, sans oublier les grands étoilés en mal de gouaille chic comme Pierre Troisgros, Alain Ducasse ou Paul Bocuse.
Comme le dit l’adage, “Tous les chemins mènent Au Pied de Cochon”. Si Belmondo y terminait souvent ses nuits en bonne compagnie, La Callas y a croisé Gainsbourg, Robert Doisneau ou Joséphine Baker pendant que Jean Paul Gaultier y célébrait le succès de sa célèbre collection de 1995. Preuve de son esprit bon enfant, la troupe du Splendid s’y
est attablée le temps de gueuletons mémorables. Les stars hollywoodiennes Ursula Andress, Grace Kelly ou Jayne Mansfield (la blonde rivale de Marilyn) s’y sont même encanaillées… Jean Paul Belmondo, Charles Aznavour et Lisa Minelli Maria Callas une institution des
oiseaux de nuit parisiens
Un temps boudées, les Halles s’affichent depuis leur réhabilitation comme le QG hipster et bouillonnant, nouveau fief de la jeunesse parisienne créative et branchée. En renouant avec ses valeurs d’origine, son authenticité et une cuisine généreuse tournée autour des bons produits (“Less is more”…), Au Pied de Cochon fait plus que jamais office de
quartier général et de rendez-vous incontournable des nouveaux oiseaux de nuits et des influenceurs en mal de plats
instagrammables.

Peu importe l’heure, les Parisiens débarquent en bande pour satisfaire leurs faims de nuit et leurs envies canailles dans ce fief ouvert non stop depuis son ouverture ! Les amoureux flirtent autour d’un plateau de fruits de mer à la sortie du cinéma et les enfants du quartier y dégustent leur première crème brûlée.
Bref, le grand retour de la brasserie branchée a sonné !

Une carte canaille
La canaille est en vogue et les plats signatures et réconfortants du “Pied de Cochon”, à la carte
depuis 1947, s’affichent plus mode et actuels que jamais. Les poireaux vinaigrette et la soupe à l’oignon gratinée font sensation et les Parisiens renouent avec la tradition du pied de cochon grillé servi avec une béarnaise et des frites maison, du foie de veau et de la purée au beurre et d’une bonne andouillette sauce moutarde. Les escargots et le museau assurent leur come-back !
La côte de cochon et le boudin noir débarquent tout droit de chez Eric Ospital, le roi de la charcuterie basque qui livre tous les plus grands étoilés, sans oublier les huîtres à haute valeur ajoutée signées Gillardeau. Pour assurer le plateau de fromages, Marie Quatrehomme, Meilleure Ouvrier de France, orchestre une sélection aux petits oignons des meilleurs camemberts, Comtés et chèvres d’auteur à déguster avec le pain frais Moisan livré chaque matin. Quant à la divine purée, la sauce béarnaise,
les frites, les îles flottantes, le mille-feuille et la tarte tatin, tout est fabriqué avec amour et le plus grand soin par les brigades enthousiastes du Pied de Cochon.

On murmure que c’est ici qu’on peut se délecter de la Marée la plus fraîche… Normal ! Coquillages et crustacés sont livrés dès l’aube en direct de Rungis via des producteurs triés sur le volet… Il faut dire que le Pied de Cochon fait perdurer la tradition
de l’écailler et de son étalage pignon sur les pavés parisiens, ouvert 24h/24, en véritable précurseur “vintage” de la street-food ! Si les amateurs viennent partager des plateaux extraordinaires au cœur de la brasserie à midi ou à minuit, les brindilles parisiennes n’hésitent pas à y faire un saut pour se rapporter un dîner chic et light à déguster devant leur série préférée.
À la sortie des clubs dans le vent du quartier, les fêtards reprennent les bonnes habitudes titi et viennent engloutir une douzaine d’huîtres pour mieux surmonter une nuit blanche.

À la carte des desserts, les douceurs dignes des “Madeleines de Proust” nous replongent tout droit en enfance, des merveilleuses
profiteroles au chocolat en passant par une île flottante caramélisée ou des crêpes flambées au Grand Marnier (mention speciale). C’est sans compter tous les grands classiques du répertoire pâtissier : un millefeuille plus que parfait et un exceptionnel
baba… qui vous laisse dans le même état !

Un vrai régal et un service parfait ! Idéal pour passer une bonne soirée à n’importe quelle heure de la nuit.