1562 Views |  Like

ELIE SAAB Haute Couture Printemps-Eté 2017 – A l’Aube de l’Eveil

 

Pour la saison Printemps-Été 2017, ELIE SAAB rend hommage à une époque de l’histoire arabe qui nous a laissé un héritage culturel et artistique inestimable. Vers la fin du XIXe siècle et au début du XXe, jouissant d’une atmosphère de stabilité et de liberté, l’Égypte accueillait voyageurs et immigrants en provenance du Levant. Là, ils pouvaient s’exprimer et laisser s’exprimer leur talent créatif au théâtre, dans l’art, le journalisme, la musique et le cinéma, transformant l’Égypte en un foyer de progrès et un havre d’épanouissement pour la culture arabe.

La femme ELIE SAAB de la saison Printemps-Été 2017 est un reflet de cette époque dorée et une muse pour l’esprit créatif. C’est une femme qui aime la sophistication, une femme forte, et pourtant délicate, élégante et libre. Elle connait le vrai sens de la beauté et ne cesse de la chercher.

Entre les années 1940 et 1960, la musique arabe se hissa au sommet de sa gloire en Egypte, sous l’influence d’artistes égyptiens, libanais et syriens tels qu’Oum Kalthoum, Mohammed Abdel Wahab, Farid Al Atrash et Sabah, dont les voix, chansons, mélodies et paroles imprégnèrent l’âme des audiences arabophones dans le monde entier.

ELIE SAAB a voyagé dans le temps, puisant son inspiration dans les nombreux talents qui ont marqué cette époque ; dans une scène où la voix enchanteresse de Leila Mourad rencontre la passion de Nour El Houda pour le chant. Où l’envergure artistique de Mohammed Abdel Wahab converse avec le charme séduisant d’Omar Sharif. Où les tempéraments séducteurs de Hind Rostom et Sabah flirtent avec la sensibilité de Farid Al Atrash, et où le talent mature, et pourtant plein de légèreté de Shadia, croise le charisme et le romantisme d’Abdel Halim Hafez.

Rendant hommage aux femmes de cette époque florissante, ELIE SAAB adopte une approche élégante et créative par rapport aux lignes architecturales et motifs orientaux qui font apparaître des formes d’étoiles et des symboles illustrés sur des robes longues ou mi-longues volumineuses. Les broderies finement ouvragées représentent les palmiers de la ville de Doumyat, et rappellent d’inoubliables scènes de bateaux dansant sur le Nil tandis que la fluidité des tissus, tel un rêve, fait écho à la brise soufflant sur ce fleuve.

Des motifs inspirés de la calligraphie arabe recouvrent aussi des étoffes lisses et pures comme le tulle, la dentelle et la mousseline. Certains tissus reposent délicatement sur les épaules, d’autres sont coupés de façon à révéler en partie le dos et mettent en valeur la beauté du cou. Les accessoires mêlent la modernité de la transparence au charme classique des pierres. C’est une réinterprétation du style de l’époque, où les starlettes, au look fort et passionné, peignaient leurs lèvres et n’avaient pas peur d’assumer leur féminité.

C’est à travers une palette déclinant les nuances de gris, blancs, bleus et roses qu’ELIE SAAB injecte de la lumière et de la couleur dans les images en noir et blanc qui restent gravés dans nos mémoires. Et c’est son interprétation créative qui redonne vie à ces moments magiques du passé.